Télémédecine : de la tablette tactile et du smartphone à la grande distribution

Avec l’avènement des TIC, tous les aspects de notre quotidien prennent un nouveau visage. La médecine ne fait pas exception à la règle. Alors que chez nos voisins anglais, on encourage le téléchargement d’applications pour mobile spécialisées afin de limiter le nombre de consultations superflues, et que les États-Unis s’apprête à lancer un surprenant concept d’ « e-clinique », certains hôpitaux français commencent tout doucement à tirer parti d’un outil inattendu sur ce terrain : la tablette tactile. Quel avenir se prépare pour cette nouvelle pratique de la médecine ?

Télémédecine : Des consultations via application mobile

Au Royaume-Uni, le nombre d’applications pour mobile dédiées à la santé ne cesse d’augmenter. Plus de 500 à ce jour ont été rencensées par Andrew Lansley, ministre de la santé, dans l’idée d’encourager les médecins à en recommander l’utilisation. Interprétation de symptômes, suivi de grossesse ou de maladies chroniques, vérification des signes vitaux, … toutes les données relatives à la santé des Anglais peuvent être transmises à leur médecin.

Ce système qui leur permet de suivre l’évolution des symptômes de leurs patients âgés ou souffrant de maladies chroniques en leur évitant de se déplacer présente également l’avantage de réduire le nombre de consultations, et par là même les dépenses du NHS, le système de santé public du pays. Environ 15 000 britanniques se sont déjà laissés séduire par cette nouvelle forme de consultation, des patients qui selon le gouvernement anglais vont moins souvent chez le médecin que la moyenne nationale.

Le NHS a également lancé sa propre application « NHS Direct », qui prodigue des conseils de santé (application disponible sur iPhone ou Android)

nhs-direct nhs-direct

Télémédecine : Un cabinet virtuel en plein supermarché !

Sur le même principe de téléconsultation se prépare aux États-Unis le lancement d’un concept étonnant de clinique virtuelle (merci à Jean Michel Billaut pour sa veille).
Walmart, le géant de la distribution outre-Atlantique, a en effet ouvert dans l’un de ses supermarchés de Pennsylvanie un cabinet équipé de matériel médial sans fil. Accueilli par une infirmière, le malade est « examiné » à distance par un médecin. Né d’un partenariat entre Walmart et BCS Global, fournisseur de services de collaboration visiophoniques, ce concept actuellement en phase de test offrirait une alternative moins coûteuse que les consultations dans les cabinets et cliniques traditionnels.
Le fait de pouvoir prescrire sur le lieu de l’achat des médicaments n’étant pas inintéressant ni inintéressé, soit dit en passant.

Vidéo de présentation de Smart Care Doc System

La tablette, l’avenir de la télémédecine ?

Parmi les difficultés auxquelles les EHPAD sont confrontées, la pénurie de médecins spécialistes figure en bonne place. Si jusqu’à présent les établissements se voyaient contraints de transporter le patient à l’hôpital pour lui faire subir des examens le plus souvent coûteux, l’arrivée de l’iPad et de son application FaceTime (par exemple) pourrait bien changer la donne.

Une consultation à distance avec un spécialiste est désormais possible, moins lourde sur le plan logistique, moins coûteuse qu’un appareil de visioconférence, et parfois moins lourde de conséquences qu’un traitement prescrit « à l’aveugle » par un médecin non spécialiste. Jean-Marie Bolliet, directeur du Centre Hospitalier Intercommunal du Bassin de Thau (CHIBT), en est persuadé : la tablette est une partie de solution, c’est pourquoi il a équipé son établissement d’une trentaine d’iPads (voir l’article de Slate.fr).

Télémédecine : le corps médical réservé

L’adoption de ces outils et de leurs applications semble toutefois prendre du temps, bon nombre de médecins restant attachés à l’échange de visu avec leurs patients (pour plus d’informations : la définition du colloque singulier) et peu convaincus de l’efficacité de la télémédecine comme solution au problème de la démographie médicale. Comme toute nouvelle technologie, celle-ci s’imposera sans doute avec le temps.

La télémédecine est légalisée en France depuis 2010, la CNIL a d’ailleurs édité un Guide sur la Télémédecine, cependant la pratique est encore loin d’être généralisée pour les particuliers. La télémédecine se développe principalement en France de médecin généraliste à médecin spécialiste pour une aide au diagnostic, notamment en EHPAD .


Commenter

[Votre email ne sera pas publié ni diffusé - vous pouvez utiliser un pseudo dans le champ "name"]
[Les commentaires sont en DoFollow et modérés]

*


SilverEco ® - Gérontechnologie ®
© 2008-2014 ONMEDIO - Tous droits réservés
Numéro ISSN : 2276-0393