Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées : Les seniors victimes de maltraitances et de violences ne peuvent plus être des « sous-citoyens »

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Aujourd’hui a lieu la journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées. La fédération France Victimes alerte sur les « sous-droits » de facto des seniors ne pouvant pas toujours se rendre à la police ou à la gendarmerie pour porter plainte. Elle fait des propositions pour leur permettre de s’exprimer et d’être mieux accompagné.e.s par les associations d’aide aux victimes.

Lire aussi : Maltraitance des personnes âgées : prévenir, reconnaître les signes et lutter contre le phénomène

En 2019, la fédération France Victimes, 132 associations partout en France, a accompagné près de 20 000 personnes âgées (+65 ans) victimes, 2 400 de violences intrafamiliales et 154 seniors victimes de violences dans des établissements. Durant le confinement, la fédération n’a pas constaté d’augmentation. Ces chiffres sont sans doute trompeurs, puisque les seniors sont très peu informés et n’ont pas toujours les moyens de signaler les faits de violences dont ils sont victimes, en particulier dans les établissements pour personnes âgées.

Maltraitance personnes âgées - établissement- ehpad-SOM

En ce sens la fédération France Victimes propose :

  • De rendre obligatoire une information visible dans les lieux accueillant les personnes âgées (établissements, Centres Locaux d’Information et de Coordination (CLIC), association de seniors…) avec un numéro d’appel pour signaler les faits dont elles sont victimes ;
  • De rendre obligatoire la nomination et la formation des référents « victimes » qui seraient habilités à signaler des faits et à recueillir des révélations du résident, de sa famille, ou de membres de l’établissement, et à mettre en place, si le cas le nécessite, une mise sous protection urgente ;
  • De rendre systématique une demande d’évaluation des besoins spécifiques de protection de la victime âgée suite à un dépôt de plainte ou un signalement.

La fédération France Victimes est particulièrement sensible aux violences à l’encontre des seniors, qui doivent pouvoir être reconnus et pris en charge comme chaque citoyen. Elle travaille dans cet objectif avec les services ministériels. Elle met également aujourd’hui en place un groupe de travail sur l’adaptation des politiques publiques d’aide aux victimes à ces personnes âgées, afin de leur permettre d’être accompagnées comme toute autre personne victime.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées : Les seniors victimes de maltraitances et de violences ne peuvent plus être des « sous-citoyens »”

  1. Dr Arnaud ZELER

    Plusieurs obstacles à la vie sexuelle des résidents en EHPAD peuvent constituer une forme de maltraitance, entrainer des retentissements psychologiques négatifs et être une entrave aux libertés individuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page