Télémédecine : 74 % des Français y seraient favorables (enquête)

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

En septembre dernier, la Fondation de l’Avenir (en partenariat avec la BFM et le groupe MFP) a mené une enquête en ligne afin de déterminer l’opinion des Français sur la télémédecine, en particulier les domaines impliquant une relation directe entre médecin et patient, soit la téléconsultation et la télémédecine.

bfm-mfp-fondation-avenir

Réalisée auprès d’un échantillon de 1 154 personnes représentatif de la population française dans sa globalité (âge, genre, lieu de résidence et revenu net du foyer), l’enquête montre que ces deux disciplines bien que relativement mal connues, sont néanmoins envisagées de manière plutôt positive par les Français.

Un certain manque d’informations

Bien que 75 % des personnes interrogées aient entendu parler de la télémédecine, elles sont une minorité (25 %) à savoir précisément en quoi elle consiste. Si « téléconsultation » et « télésurveillance » sont aussi des termes familiers pour la grande majorité du panel (75 et 79 % respectivement), ils sont bien moins nombreux à pouvoir en donner une définition exacte. 63 % d’entre eux le reconnaissent : ils disposent de peu d’informations concernant le fonctionnement, les avantages et les risques de la télémédecine.

enquete-telemedecine

Télémédecine : un point de vue globalement positif

Si 7 % des Français interrogés s’opposent farouchement au concept de télémédecine, une très grande majorité (74 %) lui réserve un avis positif, en particulier les habitants des petites villes, les seniors de plus de 65 ans, les hommes et les catégories socio-professionnelles supérieures.

La téléconsultation est une discipline à laquelle les Français hésitent encore à recourir pour leurs enfants (34 %) ou leurs parents (38 %), mais qu’ils envisagent pour eux-mêmes (56 %). La télésurveillance, pour sa part, suscite un intérêt légèrement plus élevé : 60 % des personnes interrogées y feraient appel pour elles-mêmes, 58 % pour leurs parents et 35 % pour leurs enfants.

Télémédecine : Les motivations et les freins

La télésurveillance et la téléconsultation présentent l’une comme l’autre des avantages aux yeux des Français interrogés, mais suscitent également des craintes et des interrogations.

Parmi les raisons qui pourraient les motiver à recourir à la télémédecine, les Français ont cité :

  • la possibilité de rester chez soi ;
  • le gain de temps ;
  • la rapidité d’intervention en cas d’urgence.

À l’inverse, les freins évoqués sont :

  • un sentiment de déshumanisation ;
  • la peur d’une erreur de diagnostic ;
  • la crainte d’une défaillance technique.

Les résultats de cette enquête permettent d’imaginer une présence croissante de la télémédecine dans le quotidien des Français. La télésurveillance, en particulier, est une discipline qu’ils sont prêts à envisager comme pratique courante. Moins fiable à leurs yeux, la téléconsultation reste pour l’instant considérée comme une solution de dépannage.

> Consulter les résultats détaillés de l’enquête télémédecine
> Le site de la fondation de l’avenir : www.fondationdelavenir.org


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page