Chiffres du chômage 2014 en France : la population senior particulièrement concernée

Partager cet article

En 2014, avec une hausse annuelle de 5,7% du nombre de chômeurs, la France métropolitaine a quasiment atteint la barre symbolique des 3,5 millions de demandeurs d’emploi n’exerçant aucune activité. En comptant les chômeurs exerçant une activité réduite, ce chiffre atteint 5,2 millions. La hausse risque fort de se poursuivre en 2015 face à des prévisions de croissance insuffisantes pour réduire la courbe du chômage.

Les travailleurs de plus de 50 ans restent une population particulièrement concernée : en 2014, le chômage des seniors a en effet augmenté de 10,8% par rapport à 2013. Ils font partie, avec les chômeurs de longue durée, des deux populations les plus touchées par le chômage.

1280px-Pôle_Emploi_LyonUn taux de chômage record pour l’ensemble de la population française

Extrait  - "INFOGRAPHIE ANIMEE L'évolution du nombre de chômeurs depuis 2007"
Extrait – « INFOGRAPHIE ANIMEE L’évolution du nombre de chômeurs depuis 2007 – Les Echos »

En 2014, le chômage a augmenté continuellement de mois en mois (à l’exception du mois d’août) pour atteindre un taux de +5,7% de chômeurs (+189 000) en métropole. En décembre 2014, le nombre de chômeurs de catégorie A (n’ayant exercé aucune activité dans le mois) a augmenté de 8 100 personnes. Si l’on intègre les chômeurs de catégorie B et C (exerçant une activité réduite), les chiffres ont même doublé du mois de novembre à ce lui de décembre, en passant de  +22 100 à + 46 000 inscrits à Pôle Emploi.

En moyenne, la durée d’inscription à Pôle emploi atteint aujourd’hui 539 jours, soit un an et demi. 2014 se hisse au rang de la 4ème pire année en matière de lutte contre le chômage depuis 1997.

A la vue de ces chiffres, le ministre du Travail François Rebsamen a affirmé dans un communiqué que les efforts du gouvernement ne faibliraient pas en la matière : « Le plein déploiement du Pacte de responsabilité et de solidarité et une amélioration de l’environnement économique, dynamiseront l’emploi en 2015. En tout état de cause, l’effort du Gouvernement ne faiblira pas. » Le Pacte de responsabilité et solidarité doit octroyer 40 milliards d’euros aux entreprises d’ici 2017 en échange de négociations notamment sur l’emploi. Le Premier Ministre Manuel Valls quant à lui affirmait le mardi 27 janvier que « 2015 [devait] être l’année de la remobilisation et de la reconquête, mobilisation pour la croissance et la compétitivité de nos entreprises ». En février et mars 2015, le ministère du Travail devrait présenter son plan en faveur des chômeurs de longue durée ainsi qu’une série de mesures de lutte contre les discriminations à l’embauche.

De son côté, l’Unédic prévoit une hausse de 104 000 demandeurs d’emploi en 2015 en affirmant que « La faible croissance limiterait la progression de l’emploi total, qui serait alors insuffisante pour compenser la hausse de la population active ».

Le chômage touche toutes les populations de chômeurs mais en termes d’âge, les seniors restent les plus concernés (+10,8%). L’autre population la plus concernée est celle des chômeurs de longue durée qui a enregistré une hausse de 9,7% en 2014 : à noter que les seniors sont particulièrement affectés par le chômage de longue durée (plus d’un an d’inactivité) face à la frilosité des entreprises.

Le chômage des seniors : l’âge reste un facteur discriminant

Le chômage touche aujourd’hui plus de 800 000 seniors en France métropolitaine (chômeurs de catégorie A, n’exerçant aucune activité). L’âge reste un facteur discriminant à l’embauche contre lequel les gouvernements, dont la France, sont fortement incités à lutter face à l’allongement de la vie active.

Les seniors peinent plus que toute autre catégorie de population à retrouver du travail s’ils perdent ou quittent leur emploi de façon précoce : les entreprises restent encore frileuses pour embaucher des seniors proches de l’âge de la retraite. Le rapport d’évaluation de l’IGAS sur le Retour à l’emploi des seniors au chômage rappelait que « recruter un senior est d’abord vécu comme une contrainte par les entreprises ».

Pour rester actifs, les seniors sont souvent contraints d’accepter des emplois précaires de courte durée sans espoir de débouchés sur un emploi stable afin de faire la jonction entre emploi et retraite. LIndice Global Age Watch 2013 classait la France à la 41ème place dans le domaine de l’emploi et de l’éducation des seniors.

Le 23 juin 2014, le ministre du Travail François Rebsamen annonçait un plan d’action pour relancer et dynamiser l’emploi des seniors. En juillet 2014, lors de la Grande Conférence Sociale pour l’emploi, l’emploi des seniors a figuré parmi les priorités du gouvernement avec l’emploi des jeunes et Manuel Valls a exposé les principales mesures du plan d’action en faveur de l’emploi pour les seniors. Elles concernent la lutte contre la discrimination à l’embauche, la possibilité pour les seniors de poursuivre leur carrière professionnelle jusqu’à l’âge de la retraite, l’accroissement des moyens pour le retour à l’emploi des seniors en cas de perte d’emploi, et le soutien d’initiatives locales et des démarches innovantes en faveur de l’emploi des seniors. Les CIE (Contrat d’Insertion dans l’Emploi) devaient notamment se concentrer sur les populations particulièrement touchées par le chômage dont les seniors et les chômeurs longue durée.

France-mieux-travailler-avec-lage-OCDE-300x268
Rapport OCDE « Vieillissement et politiques de l’emploi »

En août 2014, l’OCDE publiait un rapport sur le vieillissement de la population et les politiques de l’emploi en France, où était précisé qu’« Entre 2008 et 2011, seuls 55 % des seniors sont passés directement de l’emploi à la retraite. Les autres ont connu à la fin de leur carrière des périodes de non-emploi, souvent de longue durée. » Le rapport apportait plusieurs préconisations dont :

  • la lutte contre la discrimination liée à l’âge,
  • une révision des ruptures conventionnelles jugées trop attractives pour les employés seniors et les employeurs, mais qui s’accompagnent peu souvent d’un retour à l’emploi par la suite,
  • un renforcement des actions de Pôle Emploi en matière d’accompagnement des seniors.

En novembre 2014, François Hollande annonçait un contrat aidé pour les chômeurs seniors afin qu’ils bénéficient d’aides de l’État pour favoriser la jonction entre l’emploi et la retraite. Le report de l’âge de la retraite de 60 à 62 ans avait en effet mis de nombreux seniors en situation financière difficile.

La mise en pratique de ces différentes annonces au cours de l’année 2015 sera, à n’en pas douter, suivie de près par les seniors mais aussi par l’ensemble des acteurs de la Silver économie, filière qui rappelons-le, est légitimement investie dans le maintien de l’activité et de l’emploi des seniors.

Jérôme PIGNIEZ

BFMTV.com : Chômage: la difficulté des « seniors » à retrouver du travail


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


2 réflexions sur “Chiffres du chômage 2014 en France : la population senior particulièrement concernée”

  1. C’est désolant mais le chômage touche aussi bien les jeunes que les seniors. Moi même si je suis arrivé à une certaine âge, j’ai toujours mis à niveau mes connaissances. En épatant mon boss avec ce que j’ai appris au cours de ma formation cisco ccent, j’ai pu garder mon poste. Merci alphorm!
    alphorm.com/tutoriel/formation-en-ligne-cisco-icnd1-ccent-100-101

  2. C’est bien pour vous Christian, mais si comme moi vous aviez travaillé dans une société, qui étranglée par les charges sociales, s’est retrouvée à être mise d’office en liquidation judiciaire, vos stages et formations de tous genres ne vous auraient pas plus aidé que moi je l’ai été.
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut