[Dossier] « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? » : ce qu’il faut savoir de la concertation Grand Âge et Autonomie

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Le lundi 1er octobre 2018, Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, a lancé la grande consultation citoyenne sur le Grand âge et l’Autonomie, dans le prolongement du plan d’action du même nom annoncé le 30 mai dernier. SilverEco.Org, partenaire presse de cette concertation nationale, fait le point sur ce que vous devez retenir.

La concertation Grand âge et Autonomie d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, lancée ce 1er octobre, est une consultation citoyenne inédite par son ampleur. L’objectif est de permettre à tous les Français de formuler des propositions concrètes en répondant à la question « comment mieux prendre soin de nos aînés ? ». Cette consultation, en partenariat avec Make.org, rassemble l’ensemble des parties prenantes aux niveaux national et régional, et remettra début 2019 un rapport opérationnel pour nourrir une réforme ambitieuse dans la perspective d’un projet de loi. La concertation intervient en complément des mesures annoncées lors de la feuille de route du 30 mai dernier. N’hésitez pas à y participer !

Mobiliser massivement les Français grâce à un dispositif inédit du 1er octobre au 1er décembre 2018

La plateforme Make.org est une solution digitale de consultation capable de mobiliser massivement les Français. Chaque citoyen peut se prononcer sur les propositions faites par d’autres citoyens et proposer à son tour sa propre idée. La plateforme permettra de recueillir une contribution citoyenne utile pour nourrir les travaux de la mission de concertation grand âge et autonomie.

Des propositions concrètes en 2019 pour définir les contours d’une réforme ambitieuse

Par lettre de mission en date du 17 septembre 2018, le Premier ministre a demandé à Dominique Libault,
conseiller d’Etat, de conduire une réflexion sur le grand âge et l’autonomie. Cette mission rapportera à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé. Elle formulera début 2019 des propositions concrètes permettant au Gouvernement de définir les contours d’une réforme ambitieuse et d’un futur projet de loi. Un conseil d’orientation et un comité scientifique assureront la gouvernance de la concertation.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la feuille de route « grand âge et autonomie » présentée le 30 mai dernier, qui a également permis d’engager des premières mesures pour répondre aux besoins en matière de prévention, de soutien aux EHPAD et aux aidants, mais également d’accès aux soins.

Source : Ministère des Solidarités et de la Santé

Couvrir l’ensemble des aspects de la prise en charge de la perte d’autonomie

« Face à un véritable défi démographique, -en 2060, le nombre de personnes en perte d’autonomie atteindra 2,45 millions, contre 1,6 million en 2030-, notre ambition est de transformer en profondeur la manière dont est reconnu et pris en charge le risque de perte d’autonomie lié au vieillissement. Notre priorité est de sécuriser cette prise en charge dans la durée et sur tout le territoire. Nos travaux seront
conduits dans une double perspective pour apporter des réponses concrètes immédiates et des mesures à moyen et long termes. Nous devons trouver les voies d’un accompagnement de qualité et équitable, tout en assurant la liberté de choix des personnes âgées. Or il n’y aura pas de liberté de choix sans repenser l’offre et sans reposer la question de la définition et de l’évaluation de sa qualité », explique Dominique Libault, pilote de la concertation.

La concertation et le débat qui se déroulent entre octobre 2018 et début 2019 portent sur un champ large :

  1. Permettre le libre choix des personnes âgées, l’exercice de leurs droits et leur consentement aux mesures les concernant ;
  2. Identifier les moyens d’une prévention plus efficace de la perte d’autonomie et d’une politique de
    recherche plus ambitieuse ;
  3. Simplifier le parcours des personnes âgées en assurant une continuité et une plus grande rapidité dans la prise en charge ;
  4. Définir les mesures nécessaires pour soutenir les aidants familiaux et trouver de nouvelles formes
    d’accompagnement solidaire des personnes âgées, par le bénévolat notamment ;
  5. Apporter des réponses aux enjeux de formation, de qualité de vie au travail et d’attractivité des métiers pour les personnels intervenant dans l’accompagnement et le soin aux personnes âgées ;
  6. Redéfinir une offre préservant au maximum la liberté de choix de la personne et le respect de son cadre de vie ;
  7. Rénover les aides et les prestations pour les rendre plus lisibles, plus équitables, en maîtrisant les charges financières pour les familles ;
  8. Définir les modalités de financement des prises en charge à domicile et en établissements afin d’en garantir l’accessibilité pour les familles ;
  9. Accroître la qualité des prestations en établissements et à domicile.

Une vaste concertation nationale « grand âge et autonomie » rassemblant parties prenantes et usagers
entre octobre 2018 et février 2019

  • Donner la parole aux personnes âgées prises en charge en établissements et à domicile, aux aidants et aux professionnels, grâce à des groupes d’expression et des entretiens individuels. Cette démarche intégrera plus de 60 personnes pour mieux comprendre les besoins et les attentes, puis tester les pistes envisagées.
  • Des forums régionaux en métropole et outre-mer mobiliseront plusieurs centaines d’institutionnels, d’opérateurs et d’associations de bénéficiaires et d’aidants, pour faire remonter leurs analyses de terrain et s’inspirer de leurs bonnes pratiques.
  • 10 ateliers nationaux thématiques, regroupant des représentants de l’Etat et des collectivités, des experts, des personnes âgées, ainsi que des représentants des associations et des fédérations d’usagers et de professionnels. Le travail des ateliers portera sur l’ensemble des thématiques et sera organisée en quatre grandes étapes : diagnostic, priorisation des objectifs, identification puis approfondissement des pistes retenues, formalisation et validation des conclusions.

Une mobilisation exceptionnelle de la société civile pour mieux prendre soin de nos aînés

Une coalition massive d’une quarantaine d’acteurs de la société civile, dont l’OCIRP, le Synerpa, Klesia, la Fondation Korian, CNSA, La Poste, Primonial, CAREIT, ou encore l’AD-PA, a décidé de soutenir et d’amplifier la grande consultation #PourNosAînés. Ils annoncent leur engagement dans la transformation des propositions citoyennes émergentes en actions concrètes pour améliorer la vie de nos aînés en France d’ici 2021.

Pierre Mayeur, directeur général de l’OCIRP, déclare : « Cette Grande cause, c’est à la fois un exercice d’intelligence collective et un levier de mobilisation. Pour des actions concrètes en faveur de Nos Aînés. Parce qu’ils le valent bien. Parce qu’ils en ont besoin. Acteur de la prévoyance à but non lucratif, l’OCIRP est particulièrement sensible au renforcement du lien de solidarité intergénérationnelle. Dans le cadre de notre engagement social, il nous est donc apparu naturel de devenir partenaire fondateur aux côtés de la communauté d’actions. »

Pour Florence Arnaiz-Maumé, Déléguée Générale du SYNERPA : « Dans le prolongement de la feuille de route présentée par la Ministre le 30 mai puis de l’annonce, le 13 juin dernier, par le Président de la République d’une loi sur la dépendance en 2019, ce lancement constitue une première étape constructive. Par son ouverture à tous les acteurs concernés, et notamment le grand public sur la plateforme participative Make.org, par les thématiques sélectionnées et les groupes de travail constitués, cette consultation est pleinement en phase avec les enjeux du vieillissement. Comme l’a souligné Dominique Libault, le secteur du Grand Âge est aujourd’hui prêt pour engager une réflexion et une transformation concertées. Conformément à ses engagements en faveur de l’évolution continue du secteur, le SYNERPA prendra toute sa part à cette concertation à la hauteur de cette question sociétale majeure : l’accompagnement des seniors. »

« Nous sommes très heureux de prendre part à cette consultation citoyenne, qui aborde des thèmes qui nous concernent tous, parmi lesquels l’intergénérationnel, les aidants, la fin de vie. Cette dynamique positive est en cohérence avec la mission de la Fondation pour faire évoluer le regard de la société sur les aînés et favoriser une société inclusive à leur égard. Nous contribuerons activement aux ateliers mis en place à l’issue de la consultation pour que les bonnes idées deviennent réalité » souligne Sophie Boissard, Présidente de la Fondation Korian pour le Bien-vieillir.

L’AD-PA affirme qu’elle participera pleinement à cette consultation et ajoute : « Le rappel du terme « autonomie » est essentiel pour ne plus utiliser le terme stigmatisant et âgiste de « dépendance ». […] Pour autant, au-delà des idées nouvelles qui pourraient apparaître et qui seront toujours utiles, l’AD-PA rappelle que la question fondamentale restera celle du montant des financements que l’État mettra en oeuvre pour pallier les retards français, que ce soit dans l’aide à domicile ou en établissement. »

Jérôme Pigniez, Président de On-Medio/SilverEco.org, se félicite également de cette initiative  : « Nous allons y participer pleinement et relayer auprès de nos réseaux et internautes cette consultation afin qu’un maximum de contributions y soient relayées, dans la foulée d’ailleurs de la concertation « bien-vieillir 2017″ que nous avions lancé en 2017 au moment du débat présidentiel. »


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut