Corse : 360 000 euros pour la création d’un « Silver Economie Pôle Corsica »

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, est en visite en Corse aujourd’hui à l’occasion de la création du « Silver Economie Pôle Corsica ».

Corsica - Corse logo région - silver économie
360 000 euros de soutien à la Silver économie pour trois ans en Corse

Pascale BoistardUne convention réunissant tous les acteurs locaux impliqués dans la Silver économie et permettant la création du « Silver Economie Pôle Corsica » doit être signée aujourd’hui à Cargèse par les représentants de l’Etat, des collectivités territoriales et des acteurs locaux impliqués dans le développement de la Silver économie.

L’agence régionale de santé (ARS) va engager 360 000 € de soutien sur une durée de trois ans. Les signataires formeront le comité de pilotage qui sélectionnera et financera les projets retenus pour être développés en Corse.

acteur silver ecoUn comité de projets doit être mis en place avec tous les acteurs du territoire intéressés par la thématique de la Silver économie afin de proposer des projets, selon un cahier des charges qui sera défini par le comité de pilotage. L’université de Corse sera par ailleurs associée à la démarche.


Séniors : l’EHPAD de Cargèse inauguré et une convention sur la Silver Economie signée

 

Créer des synergies pour favoriser l’essor de la Silver économie

Les projets devront couvrir divers champs de compétence, comme :

  • la santé : prise en compte des fragilités, des poly-pathologies, des maladies chroniques ;
    l’habitat : domicile, établissements de santé, établissements médico-sociaux, lieux de vie collectifs, aides au logement ;
  • l’aménagement du territoire et de la ville : transports, mobilité, accessibilité, aménagement des plages ;
  • la culture et le social : participation citoyenne, lutte contre l’isolement, accès aux loisirs ;
  • la technologie : télémédecine, domotique, objets connectés ;
  • l’économie : aides financières et sociales des usagers, coût des technologies proposées, implication des entreprises, création d’emplois ;
  • l’accompagnement individuel, y compris le rôle des aidants ;
  • la formation (initiale et continue) et la recherche.

Une démarche de type « Living Lab » sera engagée : citoyens, habitants, usagers seront donc considérés comme des acteurs clés des processus de recherche et d’innovation. Le but est d’agir de façon coordonnée et complémentaire, de créer des synergies.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page