Cyril Haëntjens lance une pétition pour une TVA à 5,5 % sur les protections contre l’incontinence

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

L’incontinence urinaire touche entre 3 et 7 millions de Français dont deux tiers sont âgés de plus de 60 ans. D’après une enquête de l’IFOP de 2019, 13 % des personnes âgées de 64 à 74 ans et près du quart des plus de 75 ans déclarent souffrir d’incontinence au quotidien.

Hormis des traitements médicamenteux, rééducatifs ou chirurgicaux, l’une des solutions est l’achat de protections palliatives absorbantes. Le problème est qu’elles ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie. De plus, la TVA de ces produits est fixée à 20 %. Par conséquent, les protections contre l’incontinence représentent un budget conséquent pour les seniors.

Les protections contre l’incontinence, un produit de luxe

Depuis 2016, Cyril Haëntjens milite face à ce qu’il juge être une inégalité et propose aux parlementaires de réduire la TVA à 5,5 % sur les protections contre l’incontinence. Pour éveiller les consciences et mobiliser l’opinion sur ce sujet d’intérêt public, Cyril Haëntjens a lancé une pétition sur change.org.

Argent des seniors - Pouvoir d'achat en baisse - Pauvreté - Précarité - Retraite

Bien que produits de première nécessité pour plus de six millions de Français, majoritairement âgés de plus de 60 ans, les protections contre l’incontinence restent un produit de luxe. L’achat de ces produits représente une charge financière particulièrement importante pour le revenu d’une personne âgée ; environ 150 € par mois pour cinq protections quotidiennes. La pension moyenne de retraite s’élevant à 1091 € par mois, cette dépense représente 14 % du revenu total.

Cette contrainte budgétaire oblige certaines personnes plus fragiles à arbitrer entre plusieurs postes de dépenses, parfois au détriment d’une bonne alimentation. Elle peut également inciter les personnes à porter plus longtemps leurs protections ou bien à tenter de les fabriquer elles-mêmes… Ces attitudes engendrent des risques comme des infections bactériennes, mycosiques et des maladies, induisant ainsi un coût supplémentaire pour l’assurance maladie.

« L’État reste sourd à cette inégalité »

Plusieurs étapes ont rythmé le débat concernant cette inégalité au sein de l’Etat français :

  • Le vote favorable des Sénateurs, mais les rejets des examens des amendements en séance publique à l’Assemblée nationale en 2018
  • L’affirmation erronée du Rapporteur estimant à tort la disposition contraire au droit européen alors qu’un taux de TVA réduit est déjà appliqué en Belgique et aux Pays-Bas
  • L’interpellation sur ce sujet par Marlène Schiappia, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations
  • La confirmation de la Conseillère économique de la Commission Européenne sur la conformité de baisse de TVA à 5,5 % compte tenu de la directive 2006/112/CE** du Conseil du 28 novembre 2006.
Cyril Haëntjens

Mais pour Cyril Haëntjens, « l’Etat reste sourd à cette inégalité et persiste à maintenir ce taux élevé de TVA« . Pour lui, « le temps est venu de la mobilisation via une pétition nationale car ce sujet est d’intérêt public« .

En tant qu’aidant comme des millions de personnes, j’ai connu la réalité de nos seniors contraints au choix, aussi injuste que dégradant, de trancher entre se changer ou manger…

Cyril Haëntjens

Une pétition pour dénoncer ce constat

C’est cette situation indigne qui est dénoncée par Cyril Haëntjens depuis 2016. Avec l’aide de l’Association d’Aide aux Personnes Incontinentes (AAPI), le collectif Georgette Sand et le Club Ensemble pour Bien Vieillir, Cyril Haëntjens milite auprès des parlementaires. Il leur propose que le taux appliqué à ces protections soit en cohérence avec leur nécessité, à savoir 5,5 %, au même titre que les protections hygiéniques féminines par exemple.

C’est une question d’équité et de moralité. À l’aube d’une France qui comptera en 2060 un Français sur trois, âgé de plus de 60 ans, le nombre de personnes souffrant d’incontinence va inéluctablement augmenter.

Cyril Haëntjens

Pour infléchir la position de l’Etat et compte tenu de la montée en puissance des plateformes de pétitions en ligne, privées ou gouvernementales, Cyril Haëntjens espère mobiliser l’opinion, éveiller les consciences et enclencher le débat, au moyen de cette pétition lancée sur change.org.

L’ambition de Cyril Haëntjens

Son ambition est de créer un grand mouvement citoyen de solidarité qui sera porté à la connaissance des parlementaires auprès de qui il compte bien poursuivre ses actions d’informations afin qu’ils puissent apprécier que l’incontinence peut être vécue comme un véritable handicap jusqu’à parfois provoquer un sentiment dégradant.

Incontinence - Incomed

La honte suscitée entraîne souvent l’isolement et le repli sur elles-mêmes des personnes incontinentes. Ce tabou, en plus de participer à la dégradation de l’image des personnes âgées, peut provoquer la dépression chez les personnes concernées.

L’objectif de Cyril Haëntjens est donc de réunir le plus de signatures possible pour peser dans le débat lorsque viendra en octobre prochain le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2022.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page