Elise Richard : « Cessons de maltraiter nos vieux »

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Dans ce livre venant de sortir aux éditions du Rocher, Élise Richard, après 3 ans d’enquête fouillée et documentée, livre un éclairage juste sur la situation de l’aide aux personnes âgées dans notre pays, tant du point de vue des personnes âgées que des professionnels à domicile comme en établissement.

Logo ADPA

Elle montre bien comment le manque de personnel, dû aux financements insuffisants décidés par les pouvoirs publics, oblige les professionnels à courir en permanence, au péril de leur santé et donc à ne pas passer suffisamment de temps auprès des personnes âgées qui en sont les victimes.

Les familles souffrent aussi d’une telle situation et tentent de pallier ces manques en établissement et surtout à domicile où le risque d’épuisement les guette. C’est une immense maltraitance sociétale : maltraitance des personnes âgées, maltraitance des familles, maltraitance des professionnels. Élise Richard décrit ce à quoi conduit l’incurie des politiques publiques dans ce domaine depuis de très nombreuses années.

Même si l’AD-PA ne partage pas toutes les analyses d’Elise Richard, l’Association conseille la lecture de ce livre à tous ceux, à la tête de l’État et des départements, qui depuis 20 ans considèrent qu’il n’est pas prioritaire d’adopter une vraie loi grand âge et autonomie.

En effet, la population peut espérer que la description des conséquences concrètes au quotidien d’un tel manque de décision peut éveiller la conscience des politiques, quelle que soit leur appartenance, à la veille du rendez-vous majeur des présidentielles


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Elise Richard : « Cessons de maltraiter nos vieux »”

  1. La ficelle est un peu grosse pour ne pas dire grossière en période pré-électorale.
    D’abord, merci de nous laissez jugent si cet éclairage est juste ou pas.
    Ensuite après avoir badigeonnés sur 240 pages que cela été dû exclusivement à l’incurie des politiques publiques, il serait interessant de nous expliquer ce que vous proposer de concret et comment vous financez les mesures d’augmentation de moyens que vous demandez. A ce propos, n’y a-t-il qu’une augmentation de moyens qui soit nécessaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page