Europ Assistance et Capitis Conseil lancent Aidalage : le premier contrat d’assistance aux aidants

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : CINQUIEME RISQUE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

En France, 8 personnes dépendantes sur 10 sont aidées au quotidien par leur entourage familial ou amical (Source : Etude N°771 de la DREES – août 2011). Ces aidants naturels doivent souvent faire face seuls à cette lourde responsabilité tout en conciliant leur vie professionnelle et familiale, ce qui est source d’épuisement physique et moral.

A partir de ce constat alarmant, CAPITIS CONSEIL S.A, société lyonnaise indépendante de gestion de patrimoine s’est associée à EUROP ASSISTANCE, pour commercialiser en direct une solution innovante d’aide aux aidants, le contrat Aidalage.

Aidalage s’adresse à toute personne qui aide au quotidien, à titre gratuit, une ou plusieurs personnes de son entourage direct en situation de perte d’autonomie, en raison d’une maladie, d’un accident ou d’un handicap.

Ce contrat d’assistance unique sur le marché peut être souscrit par le particulier même si l’état de dépendance de son proche aidé est déclaré depuis longtemps.

Aidalage est proposé sous deux formules annuelles, au choix :

  • La formule « Essentiel » intègre 4 prestations d’assistance, qui permettent d’établir un diagnostic de la situation et d’analyser les besoins à couvrir :
  1. Conseil social par une assistante sociale – l’Aidé ou l’Aidant bénéficie d’une information, d’un conseil et d’une orientation afin de l’aider à choisir la prise en charge la mieux adaptée à sa situation et d’un accompagnement pour la constitution des demandes d’aide (APA…).
  2. Audit de l’habitat – études de l’adaptation du lieu d’habitation de la personne en perte d’autonomie pour faciliter son maintien à domicile.
  3. Diagnostic financier – ce diagnostic permet de déterminer si le patrimoine et les revenus de l’aidé ou de l’aidant seront suffisants pour supporter les coûts de la dépendance. Des solutions concrètes sont proposées par écrit à l’aidant afin de préserver au maximum ses ressources financières.
  4. Solution de vie – évaluation multidisciplinaire des besoins de la personne aidée et orientation vers les réseaux de services de proximité agréés par Europ Assistance.
  • La formule « Confort » vise quant à elle, au-delà du bilan, à améliorer le confort de vie de l’aidant comme de l’aidé. La formule « Essentiel » est ainsi complétée par l’accès et la prise en charge de soutien psychologique pour l’aidant, l’écoute conviviale de la personne aidée, la livraison de médicaments et de repas à son domicile, la recherche d’une auxiliaire de vie, le remplacement de l’aidant en cas d’hospitalisation, la gestion des travaux à domicile, la mise à disposition gratuite d’un coffre-fort électronique pour archiver les documents importants, …

Les deux formules peuvent être souscrites en ligne, directement sur le site aidalage.fr ou par téléphone auprès des conseillers de Capitis Conseil. Le contrat est conclu pour une durée d’un an, renouvelable par tacite reconduction. La formule Essentiel est proposée au tarif de 35 € TTC par mois et la formule Confort au tarif de 48€ TTC par mois. Afin de favoriser la solidarité familiale, il est possible d’opter pour une co-souscription (entre frères et sœurs, par exemple) et cela jusqu’à 5 personnes. Le coût de la mensualité est alors réparti entre chaque co-souscripteur.

« Capitis Conseil et Europ Assistance sont heureux de lier leurs compétences et leur savoir-faire pour donner naissance à un contrat novateur, qui illustre une nouvelle génération de services d’assistance personnalisée, ou Care Services, qui accompagne les personnes et leur famille, de façon ponctuelle ou permanente, dans toutes les circonstances de la vie quotidienne.« 

Source : Communiqué Europ Assistance et Capitis Conseil


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


2 réflexions sur “Europ Assistance et Capitis Conseil lancent Aidalage : le premier contrat d’assistance aux aidants”

  1. En réponse à Baudelin ( dont je peux comprendre le pointe de vue ) je dirais qu’à une époque ou l’état est en quasi faillite et a du repousser sa réforme de la dépendance au calendes grecs….il n’y ravit que 2 solutions :
    – soit espérera bien fort et prier chaque jour à la cathédrale pour que le « gratuit » nous sauve
    – soit réconcilier le public-privé avec un minimum d’ethic et de transparence
    a chacun son point de vue ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page