Les petits frères des Pauvres demandent à participer à la concertation citoyenne sur les personnes âgées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AUTONOMIE & DEPENDANCE

Partager cet article

Mercredi 30 mai 2018, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a dévoilé sa feuille de route pour relever le défi du vieillissement de la population à court et moyen terme. Les réactions ont été nombreuses dans le monde de la Silver économie. Les petits frères des Pauvres demandent à participer à la concertation citoyenne sur les personnes âgées.

L’association Les petits frères des Pauvres a réagi aux annonces d’Agnès Buzyn et souhaite que les politiques publiques fassent des personnes âgées une priorité durable.

Une situation critique

Pour les petits frères des Pauvres, que le gouvernement apporte des réponses immédiates à la situation critique dans les EHPAD était nécessaire, même si ces solutions à court terme ne répondent pas aux enjeux globaux de la transition démographique et du vieillissement.

Il est urgent que les politiques publiques fassent des personnes âgées une priorité durable en englobant tous les sujets : l’habitat, la ville, le transport comme le souligne la Ministre des Solidarités et de la Santé mais aussi la pauvreté, l’isolement sur les territoires urbains comme ruraux, l’exclusion numérique, la fraternité entre les générations…

Une concertation citoyenne pour une société plus inclusive

Aux côtés de nombreuses personnes âgées isolées, tout particulièrement les plus démunies, l’Association les petits frères des Pauvres demandent à participer à la concertation citoyenne destinée à penser une société plus inclusive pour mieux accompagner nos aînés et notamment ceux ayant besoin d’aides à l’autonomie. Comme le rappelle Alain Villez, président de l’Association, « il est indispensable de construire une politique ambitieuse et volontariste, fondée sur un contrat social prenant en compte effectivement les besoins exprimés par les personnes âgées. Cette politique doit permettre à chacune d’entre elles d’avoir des conditions de vie dignes jusqu’au bout de la vie -quels que soient sa situation, son parcours, ses ressources, et son état de santé- en favorisant une société solidaire, inclusive et fraternelle».


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut