Nomination de Pascale Boistard au poste de secrétaire d’Etat aux personnes âgées et à l’autonomie

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Jeudi 11 février, le remaniement ministériel opéré par le Président de la République François Hollande et son Premier Ministre Manuel Valls a vu  le départ de Laurence Rossignol du poste de Secrétaire d’Etat aux personnes âgées et à l’autonomie. Elle est désormais remplacée par Pascale Boistard.

Le gouvernement Valls III compte 38 ministres et secrétaires d’État contre 32 dans le gouvernement précédent. Il se veut strictement paritaire avec 19 hommes et 19 femmes.

Pascale Boistard

Un « échange de dossiers » entre Pascale Boistard et Laurence Rossignol

Pascale Boistard devient officiellement la nouvelle secrétaire d’Etat auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie après avoir occupé, entre août 2014 et février 2016, le poste de Secrétaire d’État chargée des Droits des femmes.

Elle succède ainsi à Laurence Rossignol qui est quant à elle désormais Ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes. Le remaniement crée donc un « chassé croisé » entre les deux femmes, qui échangent leurs dossiers de prédilection.

Retour sur les réalisations de Laurence Rossignol

Laurence Rossignol a occupé le poste de Secrétaire d’État chargée de la Famille, de l’Enfance, des Personnes âgées, et de l’Autonomie entre 2014 et février 2016. Elle a ainsi porté durant le temps de sa mission le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, initié par Michèle Delaunay et finalement adopté par les députés et les sénateurs en décembre 2015.

> Laurence rossignol passe le flambeau à Pascale Boistard sur Twitter


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Nomination de Pascale Boistard au poste de secrétaire d’Etat aux personnes âgées et à l’autonomie”

  1. lavie kergourlay renée

    bonjour ayant un mari, ancien kinésithérapeute fauché à 68ans par un AVC avec atteinte frontale, et entré en EHPAD il y a maintenant 5 ans .
    La vie dans cet EHPAD n’est pas un long fleuve tranquille . Nos présences aident les résidents à avoir des moments agréables, nous les sollicitons. Nous continuons notre chemin.. Mais ces mêmes présences ne sont pas perçues par la Direction comme une aide, nous demeurons des gêneurs, nous révélons les erreurs, les dysfonctionnements, la retenue des informations, ce qu’il est permis d’appeler la maltraitance institutionnelle. Il faut faire face, être soutenu pour ne pas céder aux humiliations, et aux invitations de départ. Je ne suis pas seule… mais que faire ?? ARS informé mais silence. La direction restreint les contacts avec représentants familles et évacue les questions que nous soumettons. ce n’est pas son domaine .. les représentants des résidents sont très âgés choisis par la direction (pas de candidats) « très honorés d’apposer leur signature au bas du cpte rendu », mais pas de changement
    Impuissance !! alors que ces personnes qui sont nos ainés constituent ce qui est appelé la Silver Economie. (rappel de ces propos sur .. (Fr5) ce jour ), mais la réalité quelle est elle aux sein de certains établissements ??? on contourne, on se justifie, on évite l’extérieur, manque d’humanité, dissimulation, accusation , ..on s’accorde des satisfecit car on tend vers une économie, Certes le personnel n’est pas assez nombreux, mais est il reconnu? encouragé?? , mis sous silence comme les familles . Il tourne !! Tous nous craignons les représailles, les propos accusateurs, l’invitation au départ pour n’importe quelle raison … des familles dénoncent mais rien ne bouge ..pas retenus. Puis un jour, un moment, les propos entendus laissent un espoir et on reprend la plume …ordi..
    Respectueusement. RLK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page