Plan Alzheimer 2014-2019 : l’association France Alzheimer réagit

Partager cet article

Marisol TOURAINE, Geneviève FIORASO, et Laurence ROSSIGNOL, ont lancé mardi 18 novembre le Plan national maladies neuro dégénératives 2014 – 2019. L’association France Alzheimer a réagi au lancement de ce nouveau Plan Alzheimer dans un communiqué de presse intitulé « Maladies neurodégénératives : comment peut-on faire plus avec moins ? », que nous diffusons sur Silvereco.fr. logo-france-alzheimer Le Plan maladies neurodégénératives a officiellement été présenté ce mardi 18 novembre. Même si France Alzheimer et maladies apparentées se satisfait qu’un nouveau plan de santé publique vienne enfin mettre un terme à la longue attente des familles, l’Association ne cache pas son scepticisme quant au périmètre de ce Plan, au budget qui lui est alloué, ainsi qu’à son application concrète sur le terrain. France Alzheimer et maladies apparentées se satisfait que les avancées apportées par les Plans Alzheimer successifs puissent aujourd’hui profiter aux personnes touchées par d’autres pathologies. En effet, l’Association s’est toujours montrée favorable à la déclinaison des actions mises en place, sous réserve d’un périmètre cohérent, du respect des spécificités de chaque pathologie et d’un financement à hauteur des besoins. Or, le Plan présenté hier n’apporte pas ces garanties. En annonçant une liste de pathologies, non exhaustive et susceptible d’évoluer, le Gouvernement dévoile un Plan sans pour autant en définir le périmètre. Dans ces conditions comment répondre de façon adaptée aux spécificités de chaque pathologie? Comment prendre en compte les besoins propres et la singularité de chaque personne malade? Car si une approche commune peut être pertinente, et favoriser une compétence transversale a toutes ces pathologies, notamment en matière de recherche, les besoins des personnes malades, liés à leur âge ou à la prédominance des troubles moteurs ou cognitifs par exemple, ne peuvent être envisagés sous un seul et même angle. Le budget consacré à ce Plan inquiète également et pose une équation impossible à résoudre: comment faire plus avec moins? 470 millions d’euros, dont 270 millions seulement pour le volet sanitaire et médico-social, sont aujourd’hui censés répondre aux besoins de plus de 1 million de personnes malades, et plus de 4 millions en y intégrant leurs aidants. Cette somme apparaît largement insuffisante pour un Plan de cette ampleur. Par ailleurs, aucune information n’ayant été apportée sur les sources du financement, celui-ci est loin d’être garanti sur toute la durée du Plan. Les 96 mesures ne sont donc pour l’instant que de simples déclarations d’intention ! Enfin, ce Plan ne permet pas en l’état d’apporter aux personnes malades et à leur famille des réponses immédiates et concrètes. Pas de calendrier, pas d’indicateurs de suivi, pas d’objectifs à court terme. Assurément, ce plan pèche par manque de rigueur. Comment dans ces conditions offrir aux familles des améliorations visibles et mesurables sur le terrain au quotidien? France Alzheimer et maladies apparentées regrette que la longue attente des familles ne puisse être compensée par une mise en application rapide de mesures concrètes et à la hauteur des besoins. Néanmoins, elle reste déterminée à tout mettre en œuvre, notamment par sa participation au comité de suivi du Plan, pour rendre ce dernier efficace et porteur d’améliorations sur le terrain au quotidien. »


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut