Restitution des travaux de la phase 1 du projet IDA « Innovation-Domicile-Autonomie » à Rennes

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Ce 22 Juin 2010, à Rennes, a été présentée la restitution des travaux de la première phase du Projet IDA (Innovation-Domicile-Autonomie), projet initié par l’ASSAD du Pays de Rennes et ayant pour objectif de favoriser l’autonomie à domicile de personnes âgées en développant des technologies pour l’autonomie.

IDA ASSAD de RENNES

Ce projet vise ainsi à trouver des alternatives au placement en établissement, en apportant au sein du logement de la personne âgée un ensemble de produits et services lui permettant de continuer à vivre dans son environnement familier malgré l’augmentation de la dépendance.

L’ASSAD du Pays de Rennes est une association loi 1901 spécialisée dans les services de soins et maintien à domicile, et dans l’accompagnement et l’aide aux personnes dépendantes.

La présentation de cette première phase du projet IDA se réalise à l’issue de 3 ans de réflexion et d’expérimentation construites avec divers partenaires institutionnels (Conseil Général, Ville de Rennes, Chambre de Commerce, Université de Rennes…), ainsi que des entreprises de conception de Gérontechnologies dont notamment Communicartes i-Pocarte, Ordimémo, Delta Dore, Laudren Electronique, Solem Electronique, Intervox Systèmes, Spartimes Innovations, Urmet Captiv…
La société ayant pour rôle de piloter et de structurer les travaux étant la société de conseil Arelia.

Le principe d’expérimentation du projet IDA :

Le projet IDA à été construit selon deux axes de travail :

  • La mise en place d’un appartement prototype qui a permis d’effectuer des tests techniques de produits, d’analyser les usages (…) ce sont ainsi environ 600 personnes qui ont visité cet appartement en l’espace de 15 mois.
  • L’équipement de logements, 5 au total, habités par des volontaires locataires du parc social de Rennes, les habitants de ces logements ayant entre 80 à 96 ans. Cette phase de mise en situation réelle permet de valider l’utilité, l’utilisation et l’utilisabilité par les personnes directement concernées.

Méthodologie et critères d’évaluation d’IDA :

La véritable Innovation du projet IDA est la méthodologie qui a été mise en place pour l’évaluation des technologies au service de l’autonomie des personnes âgées : à partir d’un inventaire initial des besoins, un processus d’adaptation des produits à été mis en œuvre, ces adaptations sont fortement impactées par les retours des utilisateurs afin qu’ils répondent mieux aux besoins des personnes âgées dépendantes et à leur acceptabilité.

Notons qu’il n’y a pas de bonnes ou mauvaises solutions technologiques, mais que chaque utilisateur exprime des besoins différents à un instant donné, ces besoins peuvent ainsi trouver une réponse auprès des diverses technologies pour l’autonomie qui peuvent être proposées.

Ainsi la méthodologie mise en place par IDA se veut centrée sur les utilisateurs, 50 à 60 produits ont été proposés à ce processus d’évaluation, au final une dizaine de solutions ont été retenues.

Le processus d’évaluation IDA, une démarche de co-conception orientée vers les usagers et les personnes âgées :

  1. Les produits sélectionnés doivent avant tout répondre à un besoin identifié,
  2. La seconde étape consiste en une validation technique, ergonomique ainsi que de l’installation des produits selectionnés,
  3. Suit une validation éthique et des critères d’acceptabilité par des professionnels du Maintien à Domicile,
  4. Enfin IDA soumet les technologies à une validation des utilisateurs finaux afin de vérifier l’usage réel des produits proposés.

L’une des conclusions tirée par le projet IDA est l’intérêt de mettre en place un label national dans le domaine, un indicateur de confiance permettant des actions de communication harmonisées afin de rassurer, informer et guider les collectivités dans leurs choix de financement, ainsi que les familles dans leur choix d’achat.

Les préconisations issues du projet IDA :

Entre autres conclusions de cette première phase du projet IDA, des préconisations ont été proposées dans le domaine des technologies pour l’autonomie et de l’adaptation de l’habitat des personnes âgées.

  • Préconisation de solutions liées à l’habitat :
    Accessibilité au logement par des systèmes de gestion des clefs et d’ouverture automatique des portes,
    Sécurisation des trajets nocturnes par des chemins lumineux,
    Automatisation de volets roulants,
    Systèmes de vigilance et d’alertes
  • Préconisation d’une évolution des solutions de téléassistance :
    Intégrer des nouveaux périphériques appairés sur le terminal de téléassistance afin de sécuriser le logement et de permettre à la personne de pouvoir alerter par des déclencheurs fixes même si elle ne dispose pas du médaillon sur elle
  • Préconisation de nouveaux moyens de communication et d’information numériques :
    Une des conclusions de l’expérience est qu’il n’y a pas de bonne interface (télévision, ordinateur simplifié, écran tactile…) pour la personne âgée mais que chaque interface peut trouver son public. Un autre fait constaté par le projet IDA est que les personnes âgées à qui il à été proposé ce type de systèmes ont toutes refusé une installation à domicile, la principale raison étant la peur de ne pas savoir utiliser tel ou tel outil informatique. Le fait que l’expérimentation in situ n’ait pas pu être réalisée est regrettable mais montre que pour ces produits un accompagnement plus important est nécessaire. Les utilisateurs ne doivent pas être « livrés à eux même » face à ces technologies, l’expérimentation d’un Atelier Loisir Numérique Sénior a ainsi permis de montrer que l’utilisation en groupe, dans un espace neutre, en favorise l’acceptabilité.
  • Préconisation de la coordination des interventions au domicile des personnes âgées

L’approche économique :

Les aspects financiers et le coût d’accès aux technologies pour l’autonomie ont également été étudiés dans le cadre d’IDA. Ainsi le coût de l’adaptation d’un logement (comprenant l’accès à l’immeuble avec une platine de rue, accès au logement avec un système de cylindre débrayable, système de sécurisation des trajets nocturnes, pilotage de volets roulants, et système de vigilance et d’alerte) a été chiffré à 2265 € HT pour les frais d’acquisition des matériels avec un coût mensuel de 14 € HT. S’ajoute à cela des frais d’installation estimés à 1000 € HT.

La question du financement reste cependant entière et devrait faire l’objet de la prochaine étape du projet IDA visant à travailler sur des nouveaux modèles économiques.

Les prochaines étapes du projet IDA :

Les acteurs institutionnels du projet IDA ont exprimé leur volonté de continuer à travailler ensemble dans le cadre des prochaines phases de ce projet. Seront notamment étudiés plus précisément l’accès au numérique ainsi que les aspects financiers.

Un plan d’action a également été validé. Il consistera à adapter, sur le territoire de Rennes Métropole, 1200 logements du parc social au cours des 6 prochaines années. Comparé en terme de nombre de places en maisons de retraite, ces 1200 logements seront équivalent à la construction de 2 ou 3 EHPAD. Ce type de comparatif apparait comme tout à fait intéressant pour commencer à mener une nouvelle approche économique pour le déploiement des technologies pour l’autonomie et des gérontechnologies au domicile des personnes âgées.

Les technologies retenues dans le cadre de ce plan consistent à la mise en place de :

  • Systèmes d’accessibilité aux immeubles pour les intervenants à domicile et les secours
  • Systèmes de volets roulants motorisés
  • Détecteurs de gaz, de fumée et de température
  • Systèmes de déclenchement fixes associés à un service de téléassistance en remplacement des médaillons classiques qui ne sont pas portés ou « cachés » sous les vêtements car jugés trop stigmatisants

En conclusion de ces travaux, les acteurs du projet IDA insistent sur le fait qu’une forte impulsion politique est nécessaire pour solvabiliser le marché de la dépendance, ceci s’intègre d’ailleurs dans le cadre de la mise en place d’un cinquième risque dépendance.

Le développement des nouvelles technologies dans le maintien de l’autonomie à domicile à démontré une véritable utilité dans le sens où il permet :

  • de respecter le choix des personnes,
  • d’améliorer les conditions de vie à domicile,
  • de sécuriser les personnes âgées et leur entourage,
  • de retarder une institutionnalisation non désirée, et ainsi l’évolution de la dépendance notamment dans le cadre de la désorientation et du déficit sensoriel,
  • d’améliorer les conditions de travail des intervenants à domicile et la qualité des services rendus à l’usager.

Les stands d’expositions de gérontechnologies à l’occasion de la restitution du projet IDA le 22 Juin à Rennes

Intervox et Custos
>> Les dispositifs de téléalarme Intervox Systèmes et Custos Téléassistance

Ordimémo
>> L’interface tactile pour personnes âgées Ordimémo

Urmet et Spartimes Innovation
>> Les dispositifs d’accès au logement Urmet Captiv et Spartimes Innovation


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Restitution des travaux de la phase 1 du projet IDA « Innovation-Domicile-Autonomie » à Rennes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page