Dossier Silver Economy
Consulter tous les dossiers silver économie


Focus sur les dispositifs de prévention des chutes en EHPAD et Résidences Services

La chute au sein d’établissements spécialisés, de type EHPAD, est une problématique qui a de nombreuses répercussions sur l’autonomie et la qualité de vie des résidents. Ce fléau étant la 3e cause d’admission en médecine aiguë, il est important de se pencher sur les dispositifs de prévention mis en place à ce jour, pour limiter les facteurs internes de chute de la personne âgée.

Chambre dans établissement spécialiséSource : Tarkett – Floor In Motion

On estime qu’environ un tiers des personnes âgées de 65 ans et plus chute chaque année. Cette proportion augmente avec l’âge et les femmes sont quasiment deux fois plus nombreuses à chuter que les hommes.

Chiffrées à environ 2 par an par résident en EHPAD, les chutes des aînés engendrent des conséquences physiques et psychologiques : diminution de la mobilité, perte de confiance en soi, limitation des activités quotidiennes, déclin des capacités fonctionnelles… Enfin, elles constituent la principale cause de décès par traumatisme de cette tranche d’âge (12 000 décès en 2015).

Les chutes des seniors : un fléau multifactoriel

chute - accident de la vie courante -- SOMSelon sa définition, la chute correspond à « l’action de tomber au sol indépendamment de sa volonté. Elle est associée à des déficiences sensorielles, neuromusculaires et ostéo-articulaires ».

Il existe plusieurs types de chutes :

  • La chute dite lourde : perte de verticalité rapide associée à un choc
  • La chute molle : lorsque la personne arrive à se retenir (à un meuble par exemple)
  • La chute syncopale : lors d’une perte de connaissance

Les causes des chutes peuvent s’avérer multiples et résulter de différents facteurs :

  • Les facteurs personnels : l ‘âge, l’état de santé et l’état physique (amenant une réduction de l’acuité visuelle ou auditive, troubles de l’équilibre, réflexe amoindris…)
  • Les facteurs comportementaux : liés aux activités quotidiennes à risques (prise de risques, alcool, médicaments…)
  • Les facteurs environnementaux : liés à l’espace d’habitat (éclairage insuffisant, lieu de passage encombré, sol glissant…)

Les conséquences des chutes sont elles-aussi nombreuses et de plusieurs ordres :

  • Traumatique: fractures, plaies, contusions, hématomes…
  • Psychologique: peur de rechuter (syndrome post-chute) qui entraîne à la fois une désadaptation posturale et une réduction des activités
  • Social: réduction des activités qui se traduit par un repli sur soi et donc un renoncement progressif à sa vie sociale

Lire l’infographie : Répercussions médico-économiques des chutes des seniors

Plus le temps passé au sol est long, plus les conséquences de la chute sont graves. Il est donc primordial de pouvoir détecter une chute pour le maintien de l’autonomie des personnes âgées.

Une politique de prévention des chutes mise en place dans les établissements

La détection des chutes représente un véritable enjeu pour les EHPAD et les autres solutions d’hébergement. C’est pourquoi ces dernières sont de plus en plus impliquées. Elles s’emploient à réaliser des diagnostics personnalisés avant chaque admission : le risque du patient est donc évalué dès son arrivée.

Chute - accident de la vie courante - SOMLes établissements cherchent à prévenir les chutes, leur récidive et leurs complications en employant divers moyens :

  • Réviser au besoin l’ordonnance pour réduire le nombre de médicaments et promouvoir leur bon usage
  • Sensibiliser le personnel soignant aux personnes les plus à risque et aux stratégies d’accompagnement
  • Prévenir la prise de risques dans les activités quotidiennes en éduquant les résidents sur les bonnes marches à suivre
  • Prévenir et réduire la peur de chuter chez les résidents
  • Traiter et prévenir les pathologies aigues et chroniques
  • Préserver ou rétablir l’équilibre et la marche par l’activité physique
  • Prévenir et réduire la dénutrition et les carences en vitamine D et en calcium
  • Prôner l’utilisation d’une aide technique à la marche en cas de troubles moteurs (type déambulateur)
  • Prescrire des séances de kinésithérapie : travail sur l’équilibre, renforcement de la force musculaire…
  • Corriger les facteurs de risque modifiables (incluant les facteurs environnementaux)
  • Réduire le risque de chute en EHPAD en adaptant l’environnement
Floor in motion en hopital

Source : Tarkett – Floor In Motion

Le milieu des établissements s’adapte de plus en plus aux besoins des seniors. Par exemple, les meubles sont à portée de main, la salle de bains et les toilettes sont sécurisés et pratiques (mains courantes et barres de maintien pour se tenir). La luminosité est également adaptée, notamment dans les zones à risques (couloirs, escaliers…).

Outre les technologies de déclenchement d’alerte type téléassistance pouvant être actionnés directement par la personne, il existe des dispositifs de détection automatique, utilisés dans les EHPAD et résidences services. Ils permettent d’analyser en temps réel les mouvements et l’attitude des personnes âgées.

Consulter notre dossier : Chute de la personne âgée : Détection, conseils et prévention

Les dispositifs de détection automatique mis en place dans les établissements

Des dispositifs de détection automatique sont mis en place dans les établissements dans l’objectif de s’adapter aux besoins des résidents via les nouvelles technologies qui, aujourd’hui, nous le permette.

  • Les capteurs de micromouvements et les capteurs sensoriels

Les capteurs permettent d’analyser en temps réel les mouvements et l’attitude des personnes âgées. Ils permettent au personnel soignant de suivre plus facilement les patients et d’intervenir rapidement en cas de problème. Ces capteurs sont capables de différencier les chutes brutales des chutes à cinétique faible.

Certaines entreprises proposent également des systèmes de déclenchement automatique donnant des informations utiles concernant le rythme quotidien des patients, et notamment la durée et la qualité de son sommeil. En observant la courbe d’activité, le personnel soignant peut également contrôler les effets des prescriptions médicales.

  • Les capteurs environnementaux

Le principe est ici d’analyser l’actimétrie de la personne âgée, généralement grâce à des capteurs infrarouges de mouvement ou détecteurs d’ouverture installés sur la porte de la salle de bain par exemple.

Il s’agit d’analyser l’activité de la personne âgée en permanence, de manière à pouvoir détecter une situation qui diffère de l’activité normale, les habitudes de vie des bénéficiaires ayant été préalablement analysées par le système de façon autonome. Ainsi peuvent être détectées des absences prolongées de passage dans une pièce de vie, l’absence d’ouverture du réfrigérateur, l’absence de mouvement…

  • Les capteurs vidéos
Capteur de sol Tarkett

Source : Tarkett – Floor In Motion

Associée à des algorithmes d’analyse, la vidéo surveillance peut également devenir un outil intéressant d’analyse de la chute, en permettant par exemple, de détecter qu’une personne est au sol dans une zone où elle devrait être normalement debout, en analysant que la durée passée dans la salle de bain ou dans les toilettes est anormalement longue…

  • Les capteurs de sol

L’idée consiste à placer des capteurs sous le revêtement de sol afin de détecter si la personne est au repos, en mouvement, ou a chuté. La solution FloorInMotion, proposée par Tarkett, est un parfait exemple.

Zoom sur FloorInMotion Care de Tarkett

Tarkett FloorInMotionFace aux enjeux majeurs que constitue le vieillissement de la population, Tarkett, leader mondial en solutions innovantes de revêtements de sol, s’est engagé à développer des solutions contribuant à améliorer la qualité de vie des personnes âgées et de leurs aidants.

 FloorInMotion Care, le service d’alerte et d’information en temps réel pour les aidants

Tarkett- sol intelligent et connecté

FloorInMotion Care est un service d’alerte et d’information en temps réel, couplé à une solution de sol connecté, et destiné aux établissements médicalisés et aux résidences Seniors.

Un capteur installé sous le revêtement de sol détecte les mouvements du résident dans son espace de vie connecté. En cas de chute, une alerte est envoyée automatiquement sur le système d’appel malade permettant ainsi une intervention rapide du personnel.

Les équipes médicales disposent également d’une interface utilisateur, accessible en mode SaaS, qui leur permet d’être informées en permanence de l’activité de chaque résident. L’outil a ainsi pour vocation de faciliter la détection de comportements inhabituels la nuit notamment, ou bien encore le repérage de personnes à risque.

concept-Tarkett-Floorinmotion-Care

Sécurité et confort pour les résidents comme pour leurs aidants

Invisible, sans équipement à porter, sans maintenance, disponible 24h/24 et insensible à la présence de liquide sur le sol, la technologie se fait totalement oublier des résidents comme de leurs aidants.

Les résidents apprécient tout particulièrement le confort de la plinthe lumineuse qui se déclenche la nuit lorsqu’ils se lèvent : pas besoin de chercher un interrupteur dans le noir au risque de chuter.

De leur côté, les soignants peuvent compter sur un écran de monitoring à partir duquel ils peuvent visualiser en un seul coup d’œil, l’activité de l’ensemble des chambres et intervenir rapidement en cas de besoin.

De la prévention à la détection

L’idéal est bien entendu de pouvoir éviter la chute des personnes âgées à terme, car si la détection permet une intervention rapide, des séquelles physiques et psychologiques demeurent.

Insolite : Du fait du vieillissement croissant de la population, des géants du secteur tendent aussi à s’intéresser à la e-santé, comme par exemple Google. La firme aurait déposé un brevet présentant diverses innovations permettant de créer une salle de bains entièrement connectée et intelligente !

En effet, chacun des objets aurait la possibilité d’analyser les comportements des sujets et de transmettre les informations aux professionnels de la santé, du siège de toilettes au miroir, en passant par la baignoire. Cette proposition n’est pour l’instant qu’hypothétique.


Comments

  1. Alain Anfosso says:

    Problème majeur aujourd’hui, aucun industriel ne peut fournir le taux de détection/non détection de sa solution.
    Un flou juridique se présente devant nous. Les tests dans des organismes certifiés, l’évaluation et la certification de ces produits dits « intelligents » doivent être envisagés.

    PS : la solution proposée par Tarkett est un exemple. Vous prenez peut-être un risque à dire que c’est un parfait exemple ?

    • Bonjour et merci de votre commentaire.
      La solution Tarkett est un parfait exemple de détection de chute via des capteurs de sol, l’utilisation de ce terme ne concerne que le fait que ce soit un très bon exemple et ne constitue pas un jugement de valeur de la part de notre rédaction.
      Quant aux tests des différentes solutions qui existent, garantir une détection à 100% des chutes est complexe tant les cas de figures sont nombreux (chute molle, chute avec choc, chute syncopale…). Toujours est il que ce type de capteurs est un appui conséquent aux aidants professionnels en EHPAD.

Commenter

[Votre email ne sera pas publié ni diffusé - vous pouvez utiliser un pseudo dans le champ "name"]
[Les commentaires sont en DoFollow et modérés]

*


SilverEco ® - Gérontechnologie ®
© 2008-2017 ONMEDIO - Tous droits réservés

Numéro ISSN : 2276-0393
Silvereco.fr est un media d'information édité par ON-MEDIO sous la direction de Jérôme PIGNIEZ.
L’objectif du portail national de la silver économie est de dresser un panorama complet des actualités de la Silver économie et de référencer les acteurs en France de la Silver Eco, ainsi que leurs offres de produits et services.


FERMER
CLOSE