Avec une levée de fonds de 2,5 millions €, Alantaya souhaite devenir un acteur majeur de la nutrition médicale

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : NUTRITION & DENUTRITION

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Alantaya, crée en 2013 et spécialisée dans la diététique à distance répond à un besoin patient : « Comment retrouver le plaisir de manger en tenant compte d’une ou de plusieurs pathologies ? ». Afin de devenir un acteur majeur de la nutrition médicale, Alantaya vient de lever 2,5 millions d’euros auprès d’investisseurs privés et familiaux.

Logo Alantaya

Les missions d’Alantaya

Alantaya guide et accompagne les patients à distance à l’aide de trois dispositifs :

  • un télé-conseil par des diététiciens professionnels,
  • un bilan diététique personnalisé,
  • une application de génération de menus.

« Aujourd’hui, 81% des français pensent qu’une alimentation variée, saine et équilibrée, est le critère le plus important pour préserver la santé (…) Paradoxalement, les pathologies sur lesquelles l’alimentation a un impact fort continuent d’augmenter (…) Bien s’alimenter est plus complexe que 5 fruits et légumes par jour !

Il faut proposer des solutions qui permettent à tous de disposer d’une alimentation adaptée et personnalisée. C’est l’ambition d’Alantaya : que tous nos patients retrouvent le plaisir d’une alimentation équilibrée répondant à leurs besoins », explique Yannick Taes, Fondateur d’Alantaya.

Consulter notre dossier : Alimentation et Alzheimer : les bonnes pratiques au quotidien

Régime-santé-poids- nutrition

Une levée de fonds de 2,5 millions €

L’objectif principal de cette levée de fonds est de réaliser des expérimentations en partenariat avec les professionnels de la santé, pour améliorer l’observance d’un régime alimentaire lié à une pathologie et son impact sur la qualité de vie du patient.

« Cette levée de fonds est un véritable tremplin dans la mise en oeuvre d’expérimentations et d’études cliniques. Notre objectif est de multiplier ces actions afin d’élargir le spectre des pathologies implémentées dans nos algorithmes », commente Yannick Taes.

Lire aussi : Quelles solutions contre la dénutrition des personnes âgées ?


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page