Confinement : 12.5 millions de seniors potentiellement en danger à domicile ?

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Depuis le début de la crise Covid-19, l’attention est légitimement portée sur le système hospitalier et la situation des personnes âgées en EHPAD, pourtant 94,5% des seniors vivent à leur domicile où ils ne sont pas protégés pour autant. C’est « l’effet iceberg » qu’illustre l’Observatoire ERGOCALL, plateforme nationale dédiée à la protection des seniors isolés à domicile.

Réalisé auprès de 2 000 personnes âgées de 65 ans et plus, l’Observatoire ERGOCALL révèle que 41% de ces seniors n’ont reçu aucune visite en 2 mois, se retrouvant ainsi isolés de la sphère sociétale. Cependant les risques auxquels ils sont potentiellement confrontés sont bien réels : chutes au sein du domicile (38% ont chuté récemment), non-respect du confinement pour rompre l’isolement et la solitude (68% sortent plusieurs fois par semaine) et dégradation de l’état de santé psychique.

La pandémie de Covid-19 affecte particulièrement les seniors qui subissent un double impact sanitaire et social. En France, ils représentent 20% de la population, soit 13,1 millions de personnes dont 12,5 vivent à leur domicile. Nous savons qu’il y aura plus de décès à domicile demain qu’il n’y en a en EHPAD aujourd’hui. Les politiques de prévention à destination des seniors à domicile seront de fait déterminantes pour l’avenir de notre pays, alerte Alexandre Petit, Président d’Alogia Groupe et co-fondateur d’ERGOCALL.

Cliquer ici pour consulter l’infographie de l’Observatoire ERGOCALL

Isolement senior - Solitude - Tristesse - Vieillesse

Un confinement partiel pour les seniors à domicile

Si l’on porte beaucoup d’attention à la situation des seniors à l’hôpital et dans les EHPAD depuis le début de l’épidémie de coronavirus, il faut savoir que la majorité d’entre eux est actuellement à domicile avec une définition du confinement souvent floue.

Depuis le début de l’épidémie, la parole a été légitimement donnée à l’hôpital. Très peu de gens ont parlé du domicile, pourtant il est bien en première ligne de cette épidémie avec 80% des personnes impactées, Dr Yvon Le Flohic, Médecin généraliste et Analyste au cours des crises sanitaires

Selon l’Observatoire ERGOCALL, 75% disent respecter les consignes de confinement. Pourtant ils sont 68% à sortir plusieurs fois par semaine, notamment pour faire leurs courses (55%) mais aussi pour se changer les idées et sortir de l’enfermement (13%).

Une situation qui peut s’expliquer par le fait que 85% des personnes âgées interrogées vivent seules, 50% reçoivent moins de visites qu’avant le confinement et 41% ne voient plus personne.

La notion de confinement semble floue pour les populations les plus âgées : on se demande si les sorties de premières nécessités ne recouvrent pas en réalité un besoin de relation sociale. Cela met en lumière le problème de l’isolement pendant le confinement, explique le Dr Pierre Bismuth – Médecin généraliste et Médecin expert.

Un isolement encore plus grand

Habitués à recevoir de la famille ou des professionnels soignants, ils sont aujourd’hui encore plus isolés : 56% n’ont pas d’aide de professionnels à domicile et 34% ont vu leurs interventions diminuées ou supprimées. Ce confinement met à mal leur moral : 56% des seniors se disent angoissés et redoutent son prolongement.

D’une part, on observe une dimension anxiogène très présente : les personnes âgées ont peur de contracter le virus et d’en mourir. D’autre part, on constate un effet dépressogène dû au prolongement de la durée de confinement : la perspective de revoir leurs proches, de sortir à nouveau et de retrouver une vie normale s’est évaporée. Le confinement aura des impacts psychiques majeurs et durables, déplore le Dr Jeoffrey Carpentier, psychiatre spécialisé dans l’expertise des troubles post-traumatiques.

Le domicile lieu de tous les risques

Le domicile est un terrain familier et de confiance pour les seniors : 93% des personnes appelées ne se sentent pas en danger dans leur logement. Pourtant, entre difficultés physiques et solitude entraînant une baisse des capacités cognitives, le risque de chutes et d’accidents domestiques est considérablement aggravé :

  • 59% des seniors ont des difficultés physiques
  • 44% des seniors éprouvent des difficultés pour accéder à leur logement
  • 38% ont chuté récemment et 77% d’entre eux indiquent que cela s’est passé au sein de leur logement.

La chute est une des premières portes d’entrée dans la dépendance. Risque important entrainant une dégradation phénoménale, c’est la première cause de mortalité chez les seniors. Isolés, ils y sont particulièrement exposés, et ce d’autant plus que la solitude engendre une baisse des capacités cognitives, seconde porte d’entrée dans la dépendance, précise le Dr Jérôme Marty, Médecin gériatre et Président du syndicat de l’Union française pour une Médecine Libre.

Le domicile alors perçu comme sécurisé devient le lieu de tous les dangers. Une situation qui à court et moyen terme pourrait mobiliser massivement le système de santé, déjà épuisé.

L’Observatoire ERGOCALL

Call-center-centre-d'appels-téléassistance

L’Observatoire ERGOCALL est le fruit de l’étude de la situation des personnes âgées isolées à domicile au plus près de la réalité pendant cette période de confinement et de crise sanitaire mondiale. À la demande de structures de protection sociale (Groupe Vyv et AG2R LA MONDIALE) et de bailleurs sociaux notamment (Domofrance, Logevie – Groupe Action Logement), la plateforme a opéré 2 000 appels de protection et de prévention auprès de seniors. Ces appels sont réalisés par des professionnels de santé, ergothérapeutes spécialisés dans le maintien à domicile des personnes âgées, durant les semaines 4 et 5 du confinement (du 6 au 18 avril 2020). Les conclusions ont été menées sous l’égide d’un conseil scientifique composé de 11 professionnels médicaux et sociaux, experts reconnus dans leur domaine de compétences et référents dans leur spécialisation :

  • Dr Jean-Marie Amodeo – Praticient hospitalier, Algologue et Urgentiste
  • Dr Geoffrey Carpentier – Psychiatre spécialisé dans l’expertise des troubles post-traumatiques
  • Thomas Chargé – Ergothérapeute et Directeur Général d’ALOGIA Groupe
  • Pr Olivier Guérin – Chef du pôle de gérontologie, Responsable du service gériatrie et thérapeutique au CHU de Nice et Président de la société française de gériatrie
  • Pr Stéphane Lafitte – Professeur de cardiologie au CHU de Bordeaux et Fondateur d’une association à destination des seniors
  • Dr Yvon Le Flohic – Médecin généraliste – Participation à l’analyse des crises sanitaires
  • Dr Jérôme Marty – Médecin gériatre et Président du syndicat de l’Union française pour une Médecine Libre
  • Sandra Mirailh – Directrice de projet innovation sociale chez Action Logement
  • Dr Franck Parize – Médecin conseil national GAN Assurances
  • Dr Séverine Pioc – Médecin expert
  • Audrey Stervinou – Manager Ergothérapeute chez ALOGIA Groupe

L’Observatoire ERGOCALL publiera ses résultats de manière bimensuelle. L’objectif à terme est de pouvoir mener une étude terrain complète et d’utiliser l’analyse co-construite avec le conseil scientifique comme fondation d’une stratégie post-Covid19 dédiée aux 12,5 millions de seniors français et aux 11 millions d’aidants.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page