La Fondation Korian présente les résultats de l’étude « DemAsCH », pour améliorer la qualité des prescriptions médicamenteuses en maisons de retraite

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La Fondation Korian pour le Bien-vieillir présente aujourd’hui les résultats d’une grande étude de prévention de la iatrogénie médicamenteuse réalisée au sein de maisons de retraite médicalisées. Lancée en octobre 2017, cette étude, intitulée DemAsCH : Démasquer les AntiCHolinergiques, avait pour objectif d’évaluer l’impact en maisons de retraite d’un programme d’optimisation thérapeutique collaboratif sur le taux de prescriptions potentiellement inappropriés d’anticholinergiques.

Cette étude a été mise en oeuvre avec le soutien de l’Association du Bon Usage du Médicament et en collaboration avec le groupe Vidal, la société Medissimo et l’équipe de recherche du Gérontopole « Bien Vieillir en Champagne-Ardenne ».

Cette étude fait suite à l’analyse que nous avions conduite en 2015 en collaboration avec Vidal et Medissimo d’un million de lignes d’ordonnance concernant 14 000 patients dans 110 maisons de retraite du groupe Korian. Il en ressortait une utilisation des médicaments à propriété anticholinergique fréquente alors qu’ils présentent des risques d’effets secondaires périphériques ou centraux avec un impact négatif sur la santé des personnes âgées indique Aude Letty, déléguée générale de la Fondation Korian pour le Bien-vieillir.

Médicament - santé

Les médicaments anticholinergiques entraînent le plus souvent de nombreux effets indésirables : confusion, désorientation, rétention urinaire, constipation… Plusieurs médicaments ont été identifiés pour leurs propriétés anticholinergiques « masquées » au sein de plusieurs classes : anxiolytiques, antipsychotiques, antidépresseurs, antihistaminiques… Chez les sujets âgés, ils déclenchent ou majorent des troubles déjà présents, ces derniers étant plus sensibles à l’effet cumulatif de l’association de plusieurs médicaments à propriété anticholinergique.

Méthodologie de l’étude

Cette étude a été réalisée au sein de 33 établissements du Groupe, sur une durée de 18 mois.

D’un côté 10 établissements intervention dans lesquels des outils d’identification des médicaments anticholinergiques et de proposition d’alternatives ont été mis en place (voir outils développés). Les médecins coordonnateurs ont également reçu tous les mois des indicateurs de prescription de ces médicaments anticholinergiques sur leur site (pourcentage de résidents sous anticholinergiques, le nombre d’anticholinergiques prescrits, nombre d’ordonnance, etc.). Ils ont également reçu les données globales de l’ensemble des établissements, leur permettant de comparer leurs indicateurs à la moyenne du groupe intervention et du groupe témoin. Ils ont ainsi pu piloter leur action de communication auprès des médecins traitants prescripteurs et des pharmaciens.

De l’autre côté, 23 établissement témoins (aucune communication ni action particulière).

En complément de l’analyse statistique des données de l’étude, deux groupes de discussion ont été organisés avec des médecins coordinateurs pour recueillir leur avis sur le vécu, la pertinence de la campagne et l’intérêt du dialogue engagé sur cette problématique avec les médecins traitants.

Médicament - Traitement Alzheimer

Les outils développés

Plusieurs outils d’information ont été créés :

  • Une brochure de sensibilisation sur les anticholinergiques (rappels des effets secondaires, signaux d’alerte à surveiller, listing des molécules ciblées pour l’étude…),
  • Le livret Korian du médicament pour un bon usage chez la personne âgée,
  • Un outil informatique d’identification des médicaments anticholinergiques avec proposition d’alternatives thérapeutiques (renvoi vers le Livret du médicament Korian),
  • Des affiches de sensibilisation.

Les résultats de l’étude

  • L’étude a permis d’obtenir une baisse significative de 14% des prescriptions de médicaments anticholinergiques dans le groupe intervention comparé au groupe témoin.
  • Elle a ainsi évité des prescriptions potentiellement inappropriées chez 3 résidents sur 100.
  • En appliquant cette méthode à toutes les maisons de retraite en France, plus de 20 000 résidents pourraient ne plus être exposés aux médicaments anticholinergiques potentiellement inappropriés.
  • La partie qualitative de l’étude a souligné l’acception de la démarche par tous les médecins et pharmaciens, un dialogue interprofessionnel renforcé et une meilleure vigilance.

Je veux souligner la méthode pertinente utilisée dans cette étude, respectueuse des médecins prescripteurs. Nos médecins coordinateurs se sont positionnés comme des partenaires pour les aider à démasquer les anticholinergiques. Un dialogue fructueux s’est noué entre eux souligne Paul-Emile Haÿ, directeur médical et soins de Korian France Seniors.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page