La proposition de loi sur la santé visuelle des personnes âgées sera examinée au Sénat mercredi prochain

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

filiere silver economie international festival 2024
Solutions pour bien vieillir
Partager cet article

Mercredi 16 janvier 2019, à 8 h 30, la commission des affaires sociales du Sénat examinera la proposition de loi visant à améliorer la santé visuelle des personnes âgées en perte d’autonomie. Une séance à suivre en direct sur le site du Sénat.

Genèse de la proposition de loi sur la santé visuelle

Sénat Logo

La proposition sur le point d’être examinée par la commission des affaires sociales a été déposée à l’Assemblée nationale le 17 octobre 2018 par Agnès FIRMIN-LE BODO et plusieurs autres parlementaires. Le 3 décembre, elle a été adoptée avec modifications en séance publique.

Dans ses nouveaux termes, la proposition de loi vise à « expérimenter la réalisation par les opticiens-lunetiers de l’examen de la réfraction au sein d’un EHPAD, dans le cadre d’un renouvellement de délivrance, de la prescription médicale initiale de verres correcteurs ou des corrections optiques des prescriptions médicales initiales de lentilles de contact oculaire ».

L’expérimentation n’étend pas les compétences des opticiens-lunetiers, mais permet de délocaliser son exercice au plus près de personnes ne pouvant se déplacer.

Les prochaines étapes avant application du texte

Le texte sera examiné en séance publique mercredi 23 janvier 2019, dans le cadre de l’ordre du jour réservé au groupe Union Centriste (UC). Un décret déterminera ensuite les conditions de sa mise en œuvre par les opticiens-lunetiers et un arrêté ministériel déterminera les régions habilitées à conduire l’expérimentation.

Objectif du texte

lunettes - ophtalmo - opticien

Améliorer l’accès aux soins des personnes âgées en perte d’autonomie, tel est l’objectif affiché par les auteurs de ce texte, qui constatent que « de très nombreux résidents en EHPAD (près d’un quart) ne bénéficient pas d’un équipement optique adapté à leurs besoins« . Ils considèrent que « cette situation s’explique principalement par la difficulté de réaliser un examen ophtalmologique dans les EHPAD, mais également par la difficulté d’accompagner des personnes âgées en perte d’autonomie vers des lieux de consultation ou de soins« .


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut