Le tango : une façon de mieux vivre la maladie de Parkinson ?

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : LOISIRS & CULTURE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La Mutualité Française Occitanie, Languedoc Mutualité, l’association France Parkinson Hérault et l’association Ma Vie se sont associées pour proposer le projet « Tango Parkinson », qui permet aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson de danser le tango pour améliorer leurs fonctions motrices.

Tango et maladie de Parkinson - Danse

Le tango en guise de thérapie face à Parkinson

C’est à Montpellier que des personnes atteintes de la maladie de Parkinson dansent le tango, une thérapie non médicamenteuse qui permettrait d’améliorer leur motricité. Egalement ouverte aux aidants, cette activité est l’occasion de renouer des liens avec ses proches et de contribuer au bien-être psychologique et émotionnel du couple aidant-aidé.

Prise en charge différente et ludique de la maladie, le projet « Tango Parkinson« est une vraie thérapie pour les patients qui voient leur posture et leur équilibre renforcés.

« Ce temps de partage, à la fois ludique et convivial, améliore la qualité de vie et les capacités fonctionnelles des patients », indique Emilie Guettard, spécialiste en médecine physique et de réadaptation à la clinique Beau Soleil de Languedoc Mutualité.

> Lire aussi : Interview de Florence Delamoye, Directrice de l’Association France Parkinson

Visionner la vidéo : 

Des cours qui semblent être bénéfiques pour les patients comme les aidants

Animés par Leonardo Montecchia et Karina Pantaléo, respectivement chorégraphe et danseurs, les cours sont hebdomadaires et durent deux heure.

Tango et maladie de Parkinson - DanseGrâce à ces cours, les patients témoignent d’un meilleur équilibre, d’une légère amélioration de la vitesse de marche et d’une baisse du nombre de chutes.

Les aidants goûtent, quant à eux, au plaisir retrouvé de danser avec leur proche. Ils apprécient également les rencontres et les échanges avec d’autres aidants ayant un vécu similaire.

Ces premiers résultats sont toutefois à interpréter avec prudence en raison du faible nombre de danseurs (environ 40 personnes au total). Le dernier groupe ayant terminé sa session en juin 2017, l’initiative sera reconduite dès la rentrée de septembre 2017.

> Consulter notre dossier : Parkinson : causes, conséquences, traitements… où en sommes-nous ?


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page