Les trois finalistes du prix du livre Nohée 2024 sélectionnés par les 400 résidents seniors du club de lecture Nohée

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : LOISIRS & CULTURE

filiere silver economie international festival 2024
Solutions pour bien vieillir
Partager cet article

Encourager la lecture chez les seniors et soutenir la littérature est la double vocation du Prix du Livre Nohée. Créé en 2020, ce prix doté de 5 000 euros récompense chaque année un roman ou un récit en langue française sur le thème de la famille et de la transmission. Le lauréat de cette 5 ème édition sera dévoilé en octobre prochain sur la chaîne YouTube de Nohée.

Les trois finalistes sélectionnés par les résidents seniors

Venez rencontrer cette structure à l’occasion du Festival SilverEco Bien-Vieillir
Palais des Festivals de Cannes / 16 et 17 Septembre 2024
> Je souhaite participer / Je demande mon Pass d’Accès

Evènement réservé aux professionnels – nombre de places limité

Parmi les six titres en compétition, les participants au Club de Lecture des 33 résidences Nohée se sont réunis en juin et ont voté pour leurs trois livres préférés :

logo prix du livre nohée
  • L’autre part, de Morgane Az (Plon, août 2023)
  • Basses terres d’Estelle-Sarah Bulle (Liana Levi, janvier 2024)
  • Ce que je sais de toi, d’Éric Chacour (Philippe Rey, août 2023)
  • Mon enfant, ma sœur, d’Éric Fottorino (Gallimard, septembre 2023)
  • Mon oncle d’Australie de François Garde (Grasset, janvier 2024)
  • Odette Froyard en trois façons d’Isabelle Monnin (Gallimard, janvier 2024)

L’autre part, de Morgane Az (Plon, août 2023)

Par ces mots débutent les premiers jours de Manelle au Maroc au début des années 1950. Par ces mots, toujours, Lina découvre les vingt ans de cette grand-mère qui vient de les quitter, emportant l’ailleurs qu’elle gardait secret. Elle décide de prendre un aller sans retour pour retracer sa trajectoire dans ce pays encore étranger.

Derrière le noir et blanc des cartes postales de l’époque, celles dont Manelle disait qu’elles permettaient de tout inventer, la ville d’hier ouvre ses portes au son des voix de Radio Le Caire, des contes de rues et des cafés au-dessus de la mer. Sous statut international, elle abrite l’esprit de la Beat Generation qu’on lui connaît encore aujourd’hui, mais aussi le théâtre d’une résistance de l’ombre contre le protectorat et la naissance des premières associations de femmes luttant pour leurs revendications.

Dès ses premiers pas à Tanger, Lina se plonge à son tour dans la fougue et la liberté de celle qui l’a précédée, touchant du doigt sa propre histoire et les mémoires indicibles qui façonnent notre héritage. Et répond ainsi aux questions qui guident chacune de nos pertes : Qui devient-on quand on nous quitte ? Quelle place, au monde, nous donnent ceux qui partent ?

Quelques mots sur l’auteure : Morgane Az est née en 1991. Après quelques mois en Turquie et un master recherche en littérature dédié aux récits de voyage, elle enseigne désormais le français dans un collège de Normandie. L’autre part est son premier roman.

L’avis des résidents

« Ce roman qui parle du combat des femmes pour obtenir leur liberté nous touche. L’histoire de filiation entre la petite fille et la grand-mère est émouvante et captivante. On découvre le Maroc sur fond de nostalgie de la vie d’avant. »
Le Club de Lecture du Carré Chablais à Thonon-les-Bains

Ce que je sais de toi, d’Éric Chacour (Philippe Rey, août 2023)

Le Caire, années 1980. La vie bien rangée de Tarek est devenue un carcan. Jeune médecin ayant repris le cabinet médical de son père, il partage son existence entre un métier prenant et le quotidien familial où se côtoient une discrète femme aimante, une matriarche autoritaire follement éprise de la France, une sœur confidente et la domestique, gardienne des secrets familiaux.

L’ouverture par Tarek d’un dispensaire dans le quartier défavorisé du Moqattam est une bouffée d’oxygène, une reconnexion nécessaire au sens de son travail. Jusqu’au jour où une surprenante amitié naît entre lui et un habitant du lieu, Ali, qu’il va prendre sous son aile. Comment celui qui n’a rien peut-il apporter autant à celui qui semble déjà tout avoir ? Un vent de liberté ne tarde pas à ébranler les certitudes de Tarek et bouleverse sa vie.

Premier roman servi par une écriture ciselée, empreint d’humour, de sensualité et de délicatesse, Ce que je sais de toi entraîne le lecteur dans la communauté levantine d’un Caire bouillonnant, depuis le règne de Nasser jusqu’aux années 2000. Au fil de dévoilements successifs distillés avec brio par une audacieuse narration, il décrit un clan déchiré, une société en pleine transformation, et le destin émouvant d’un homme en quête de sa vérité.

Quelques mots sur l’auteur : Né à Montréal de parents égyptiens, Éric Chacour a partagé sa vie entre la France et le Québec. Diplômé en économie appliquée et en relations internationales, il travaille aujourd’hui dans le secteur financier. Ce que je sais de toi est son premier roman.

L’avis des résidents

« Ce livre m’a beaucoup passionné par son humanité, sa façon de s’accepter soi et d’accepter les autres. »
Le Club de Lecture de la Villa d’Hélios à Montpellier

livre seniors

Mon oncle d’Australie de François Garde (Grasset, janvier 2024)

« Que serait une famille sans secret de famille ? » : voici la question qui hante ce livre. Dans la famille Garde se murmure à voix très basse l’histoire de l’oncle Marcel, exilé à vingt ans par son père en Australie en 1900. Désireux de rendre justice à cet inconnu, l’auteur commence par inventer le roman d’aventures du banni : son arrivée à Sydney, sa résolution de devenir un autre dans cette Terre promise. Mais en enquêtant sur cette vie effacée, l’auteur s’avise que le récit familial n’est pas fiable.

Si Marcel n’a pas disparu en Australie, il faut remonter de branche en branche dans un arbre généalogique troué de silences et de morts pour retrouver la trace de ce jeune homme au destin tragique. Comment approche-t-on au plus près la vérité d’un être ? Par les lacunes de la mémoire transmise, par les archives, par la fiction ? Les légendes, les omissions ou les dissimulations vieilles de plus d’un siècle se transmettent de génération en génération, en sorte que les fantômes déterminent parfois le destin de leurs descendants…

Quelques mots sur l’auteur : Enfant d’un professeur de russe à l’université d’Aix et d’une mère au foyer, savoyard d’adoption, François Garde s’est lancé dans l’écriture après avoir vécu une longue carrière au sein de l’administration française, après des études à Sciences Po puis à l’ENA. Ces activités qui l’amènent à voyager vont nourrir ses textes avec une place privilégiée à l’imaginaire. Il a publié plusieurs romans et essais dont certains primés.

L’avis des résidents

« Le livre pose une question très intéressante : faut-il révéler ou non les secrets de famille ? »
Le Club de Lecture du Carré Chablais à Thonon-les-Bains

trois couvertures finalistes livres

Un prix qui met à l’honneur la famille et la transmission…

La double singularité du Prix du Livre Nohée est tout d’abord sa thématique, autour de valeurs fortes, la famille et la transmission et le vote en deux temps, impliquant à la fois les résidents et un jury de personnalités. Pour la sélection des trois finalistes parmi les six titres en compétition, les résidents qui participent au Club de Lecture votent en juin par une application dédiée, sur tablette ou smartphone.

Puis pour le choix du lauréat, le jury présidé par la comédienne Brigitte Fossey se réunit en septembre et vote à l’issue d’une délibération filmée. Enfin, une autre spécificité est la cérémonie : celle-ci est orchestrée le même jour et à la même heure, courant octobre, dans les 33 résidences. En outre, la délibération du jury ayant fait l’objet d’une captation est diffusée sur la chaîne YouTube de Nohée dans les résidences en présence des amis et des membres de la famille des résidents.

Véritable enjeu de société, le livre recommandé par un libraire, un ami ou un parent, est une chaîne de partage. C’est pourquoi, favoriser la lecture est un engagement essentiel chez Nohée. Un engagement à l’image des bibliothèques présentes dans tous les salons de nos résidences.

Au-delà du plaisir personnel et des émotions qu’il procure, un livre reste un levier de discussion stimulant. Quant à ce prix qui célèbre la famille et la transmission et donc bien plus que des histoires de vie, il représente le point d’orgue festif pour tous les résidents, et plus spécifiquement pour ceux qui s’impliquent dans le Club de Lecture. En outre, il traduit notre soutien en faveur de la littérature contemporaine avec une dotation de 5 000 euros.

Jérôme Navarre, directeur général de Nohée

Le jury du Prix du Livre Nohée
Brigitte Fossey (comédienne et présidente du jury) ; Éric Bouhier (écrivain) ; Élodie Fondacci (journaliste) ; Philippe Grimbert (écrivain, psychanalyste) ; Francesca Mantovani (photographe portraitiste) et Pascale Senk (journaliste, auteure de haïkus).

Les lauréats des éditions précédentes
2020 : Anne Icart, Lettres de Washington Square (Robert Laffont, janvier 2020)
2021 : Olivier Mak-Bouchard, Le Dit du Mistral (Le Tripode, août 2020)
2022 : Mathias Malzieu, Le Guerrier de Porcelaine (Albin Michel, janvier 2022)
2023 : Marie Charrel, Les mangeurs de nuit (Éditions de l’Observatoire, janvier 2023)


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *