Pénurie de carburant : l’inquiétude des professionnels des services à la personne et de l’aide aux personnes âgées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Les principaux acteurs du secteur de l’aide aux personnes âgées et des services à la personne ont, chacun de leur côté, évoqué les risques pour les bénéficiaires et personnes âgées face aux fermetures des stations essence par manque de carburant. Le SYNERPA, l’AD-PA, la FESP ou encore l’ADMR ont, ce 13 octobre, interpellé le Gouvernement afin de trouver une solution à cette situation inquiétante.

Services à la personne : des déplacements de plus en plus compliqués

Les salariés du secteur des services et services à la personne sont touchés par cette pénurie qui menace leur travail depuis plusieurs jours. La poursuite de la grève au sein de Total Energies et d’Esso-Exxon Mobil complique leurs déplacements. Les consultations à domicile, en EHPAD, en résidences seniors ou encore en résidences autonomie sont menacées. L’AD-PA a réalisé une enquête flash afin de connaître la situation d’accès au carburant. Seuls 7 départements sur une soixantaine ont prévu que les véhicules des services à domicile et les personnels des établissements et des services soient prioritaires. L’AD-PA s’est interrogée sur l’hétérogénéité des décisions des préfets sur l’ensemble du territoire.

Pour sa part, le SYNERPA a effectué une demande urgente pour que les professionnels du secteur soient reconnus comme prioritaires lors de leurs passages à la pompe à essence.

Comme lors de la crise du COVID-19, il est indispensable que les professionnels essentiels à l’accompagnement des personnes âgées fragiles figurent dans les dispositifs de priorisation de l’Etat, ce qui n’est pas le cas, à ce jour.

Florence ARNAIZ-MAUMÉ, Déléguée générale du SYNERPA

La FESP, quand à elle, souligne les risques d’arrêt des visites à domicile face à cette pénurie. Lors des Assises Nationales de la FESP à Nice, certains intervenants ont d’ores et déjà affirmé qu’ils n’étaient plus en capacité d’assurer les visites chez les patients !

En France, 1,5 million de personnes travaillent au domicile de bénéficiaires de soins. Elles sont souvent le seul point de contact de la journée de ces personnes. Si nos intervenants ne peuvent pas trouver de carburant pour se rendre au domicile, certaines personnes vont rester alitées. L’essence est un besoin vital ! 

Brice Alzon, Président de la FESP

L’ADMR a elle aussi annoncé rencontrer des difficultés pour rendre visite aux personnes fragiles. Pour l’ADMR, 94.000 salariés sont touchés avec parfois des risques d’aggravation des possibilités de déplacement.

Pénurie de carburant et maintien à domicile : l’occasion de faire entendre certaines revendications

L’ADMR a tenu à interpeler le Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, Jean-Christophe Combe. Leur volonté est de reconnaître les salariés des services d’aide et de soins à domicile comme « publics prioritaires ». Cette demande garantirait la continuité des missions d’utilité sociale auprès des personnes accompagnés au quotidien par l’organisation.

Mobilité et transports en commun

La FESP a tenu a rappelé son souhait de développer une carte pour les professionnels de ce secteur. Le rôle de cette dernière serait de donner l’autorisation, aux salariés d’entreprises de services et services à la personne, de circuler et stationner plus facilement.

L’AD-PA est dans la même la même lignée que les fédérations précédentes concernant l’aspect prioritaire des professionnels du secteur. De plus, l‘AD-PA souligne le manque d’homogénéité des décisions sur le territoire et en demande une mutualisation pour rendre pour faciliter la mise en place de processus d’urgence.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut