Regards sur la SilverEco : Nicolas Menet et Laurence Lafont, Silver Valley

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Nicolas Menet et Laurence Lafont, respectivement directeur général et présidente de Silver Valley, entreprise qui se donne pour mission d' »accélérer le développement d’activités économiques innovantes, répondant aux besoins et aux usages des seniors » dressent un état des lieux de la filière.

Une tribune à retrouver dans l’Annuaire national de la Silver économie 2019 éditée sous le patronage du Ministère des Solidarités et de la Santé et du Ministère de l’Économie et des finances.

Silver économie, une filière qui se structure malgré de nombreux progrès restant à accomplir

Bientôt, la France aura 30 % de sa population âgée de plus de 60 ans.
Pourtant, comme l’a rappelé le Premier Ministre Édouard Philippe lors du congrès national de l’Union Nationale des CCAS, le 15 octobre 2018 : « notre société n’a pas encore pris conscience de tous les enjeux du vieillissement
démographique ».

Ces enjeux constituent pourtant une formidable aubaine d’innovation sociale, doublée d’un avantage majeur pour l’économie française, tout en questionnant les notions d’éthique et de responsabilité que nous nous devons d’avoir à l’égard des populations âgées et fragilisées.

En 2013, l’État a lancé la filière Silver économie afin d’inciter les acteurs privés comme publics à investir les opportunités de la transition démographique. Cette filière est dorénavant arrivée à un tournant stratégique de son développement. En effet, les enjeux liés au vieillissement de la population ne pourront être adressés que par la conjonction d’une approche économique (développement de nouvelles entreprises dans le domaine et des offres de produits et services associés à la Silver économie), d’une approche sociétale (contribution des acteurs associatifs au service du mieux-vieillir et engagement des seniors dans la démarche), et d’une approche sociale (par l’identification des modes de financement de cette offre de services permettant de contribuer au mieux-vieillir pour chacun).
Prendre soins de nos aînés, préparer la société de la longévité de demain, préserver notre système unique au monde de protection sociale, nécessite une coopération bienveillante entre les acteurs et le déploiement des
intelligences collectives.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page