Réseau « Villes Amies des Aînés » et secrétariat d’Etat aux Personnes âgées : signature d’une convention de partenariat

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Un partenariat vient d’être signé entre le secrétariat d’État chargé des Personnes âgées et de l’Autonomie et le Réseau francophone « Villes Amies des Aînés ». L’objectif ? Mieux adapter les cités à l’avancée en âge de la population.

villes-amies-des-aînés

Cette convention, signée le 6 septembre entre Pascale Boistard, Secrétaire d’État et François Rebsamen, président du RFVAA, doit permettre de diffuser les bonnes pratiques des collectivités déjà engagées dans la démarche et favoriser de nouvelles vocations.

Un partenariat qui renforce la collaboration entre les deux parties

Le réseau « Villes Amies des Aînés » regroupe déjà plus de 70 villes, soucieuses « d’adapter les villes à une population vieillissante, prévoir des services et structures accessibles à tous, optimiser l’accès aux soins de santé, sécuriser l’espace public, tenir compte des différences et des besoins de chacun ». On vous parlait d’ailleurs la semaine dernière d’Issy-les-Moulineaux qui, après Bordeaux ou encore Dieppe, rejoignait le réseau.

Pascale-BoistardSelon Pascale Boistard, l’objectif de la convention est « d’officialiser notre partenariat, sur le plan des idées, mais d’abord et avant tout sur le plan des actions ». Du côté du ministère, cela devrait se traduire par la poursuite d’actions communes, mais aussi par un soutien renforcé à l’action du réseau. Le ministère encouragera également le développement du réseau.

« Ville Amies des Aînés » : un réseau collaboratif francophone et mondial

Les cités candidates au réseau « Villes Amies des Aînés » doivent respecter un certain nombre de critères relatifs à divers secteurs : la mobilité et les transports, l’habitat, l’information, la participation citoyenne des seniors, le lien social et la solidarité, la culture et les loisirs, l’urbanisme et l’accessibilité des bâtiments.

Lire aussi : Manchester : une ville « amie des aînés »

Ville amie des aînéesLe réseau, lui-même affilié au Réseau mondial des villes et communautés amies des aînés, prévoit d’accueillir une cinquantaine de nouveaux membres dans les mois à venir, dont Paris et Lille.

En France, il réunit des villes aux caractéristiques très variées, mais toutes entendent « œuvrer sans discrimination à l’organisation d’une société qui accepte la différence, y compris celle de l’âge ».

« Personne ne peut être exclu de la cité au titre de sa mobilité ou bien de ses finances… Rester citoyen, c’est vivre où on le désire et avoir le soutien de relais pour cela », complète Pascale Boistard, qui veille à l’application de la loi d’adaptation de la société au vieillissement.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page