Ressources humaines : tensions majeures dans les établissements et services pour personnes âgées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AIDANTS & AIDE AUX AIDANTS

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Il existe de nombreuses tensions en matière de ressources humaines. La Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (FNADEPA) tire la sonnette d’alarme.

En effet, entre l’épuisement, les arrêts maladies, les démissions… les professionnels du secteur sont de plus en plus mis à rudes épreuves. De plus, la FNADEPA appréhende que la loi Grand âge soit encore reportée. Elle en appelle donc aux pouvoirs publics pour prendre des mesures urgentes.

Multiplication des absences et des démissions

Ces dernières semaines, les directeurs des établissements et services pour personnes âgées ne parviennent plus à pallier les absences des personnels, épuisés par la « première vague » qui augmentent rapidement. Entre démissions et arrêts maladie, l’absentéisme s’étend désormais aux professionnels non soignants, pourtant habituellement moins touchés. Les agences d’intérim ne parviennent plus à répondre à l’ensemble des demandes et la réserve sanitaire ne permet pas de couvrir les besoins de tous les établissements en difficulté qui la sollicitent.

déprimé-senior-désespoir-tristesse

Une situation d’urgence

La FNADEPA réclame une campagne de promotion de la réserve sanitaire auprès du grand public afin de faire connaître et de renforcer ce vivier de professionnels volontaires et mobilisables par l’État. Par ailleurs, elle appelle à nouveau les pouvoirs publics à lancer un plan massif de recrutement des métiers du Grand âge dont la crise sanitaire a mis en lumière les valeurs humaines et solidaires et qui contribueront au plan de relance.

Concurrence malsaine et inégalités de traitement entre établissements

De plus, le versement d’une prime Grand âge aux seules structures publiques hospitalières et les différences de temporalité dans le versement des revalorisations prévues par le Ségur de la Santé entraînent une concurrence malsaine entre les établissements selon leurs statuts. Quant à la prime Covid, elle tarde encore à être versée dans l’aide à domicile. Pire, les professionnels des résidences autonomie sans forfait soins, pourtant impactés d’égale manière par la crise, en ont été purement oubliés…

Soutien - Aidant - Couple

Une appréhension qui s’amplifie

Ces iniquités de traitement, qui s’ajoutent à l’épuisement et aux inquiétudes face à la recrudescence de l’épidémie, sont ainsi source d’une frustration importante, voire de démissions des professionnels devenus désabusés. C’est pourquoi la Fédération demande à nouveau urgemment l’attribution des Primes Grand âge et Covid, de manière équitable et rapide, quels que soient les statuts des structures.

Consultation - Médecin - Santé

Une ligne rouge à ne pas franchir

Enfin, dans cette période de crise qui nécessite plus que jamais une visibilité sur les réformes à venir pour les acteurs de terrain, la FNADEPA s’inquiète d’un éventuel report de la loi Grand âge et Autonomie, pourtant promise par le chef de l’État en 2019 puis en 2020. Cette éventualité représenterait la ligne rouge à ne pas franchir pour les professionnels du secteur qui attendent des actes. C’est pourquoi la FNADEPA participera au « Laroque de l’Autonomie » si celui-ci vise à une co-construction de la loi et non à une énième concertation.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page