Sœur André, nouvelle doyenne de l’Humanité âgée de 118 ans

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La doyenne de l’Humanité, Kane Tanaka, s’est éteinte ce lundi 25 avril 2022 à 119 ans. Même si aucun organisme officiel décerne le « titre » de doyen, Lucile Randon alias Sœur André, une Alésienne âgée de 118 ans, lui succède.

Suite à la triste nouvelle annonçant la mort de la doyenne de l’Humanité, Kane Tanaka, une Japonaise âgée de 119 ans, c’est Lucile Randon surnommée Sœur André qui reprend ce titre du haut de ses 118 ans, fêtés le 11 février dernier.

Ce titre est notamment décerné par le célèbre livre Guinness World Records, publié chaque année, et par la base internationale sur la longévité (International Database of Longevity, IDL). Sœur André a « un état-civil vérifié« , souligne Laurent Toussaint, qui participe à la base internationale IDL, car des personnes avec des âges bien plus avancés tentent de dérégler les données de la base scientifique IDL.

Sur les traces de Jeanne Calment

Malgré ses 118 ans, Sœur André reste encore loin du record détenu par Jeanne Calment, doyenne de l’Humanité, décédée à 122 ans en 1997. D’après Jean-Marie Robine, directeur de recherche et professeur émérite à l’Institut français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) :

[la France est] le pays qui fournit le plus grand nombre de supercentenaires validés, vérifiés (…) En France, on a un des états civils les plus vieux au monde.

Le secret de la longévité

Sœur André naît à Alès, dans le sud de la France en 1904. Elle grandit dans une famille protestante et éloignée de la religion. A l’âge de 20 ans, elle devient gouvernante dans la famille Peugeot. A la déclaration de la Sonde Guerre Mondiale, elle a alors 35 ans :

Depuis que je suis au monde, je ne vois que des guerres et des bagarres.

C’est alors qu’elle décide, tardivement, de se convertir au catholicisme et de rentrer dans les ordres, au sein de la compagnie des Filles de la Charité. Dans les années 1970, elle entre en maison de retraite en Savoie, dans les Alpes Françaises, où elle séjourne pendant 30 ans, avant d’intégrer l’établissement dans lequel elle se trouve actuellement. Elle y côtoie d’autres religieuses à l’office du matin. En 2017, elle guérit de la Covid-19, sans avoir eu aucun symptôme. A ce jour, Sœur André déclare ne pas savoir les secrets de sa longévité.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page