#TousEgaux, la chanson qui fait résonner la colère des aides à domicile du secteur privé

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

« Pendant la pandémie, elles étaient chaque jour auprès de nos aînés, elles sont aujourd’hui oubliées et méprisées« . Depuis le début de la pandémie, les aides à domiciles du secteur privé sont elles aussi présentes en première ligne pour soutenir, accompagner et soigner les personnes âgées. Pourtant, elles dénoncent un manque d’harmonisation de leurs salaires avec ceux du secteur associatif.

Sur l’air de « Ma liberté de penser » de Florent Pagny, plusieurs aides à domicile du secteur privé dénoncent leur inconfort en chantant « l’Etat nous a bien zappé ». Une colère montante mise en musique pour faire passer les différents messages qui pèsent sur le cœur de ces professionnels. Jocelyne, Pascal, Émilie, Wilder, Solande, Marie-Lidia et d’autres font entendre leurs voix à travers une chanson et un clip ainsi qu’à travers trois autres vidéos complémentaires.

La demande d’une harmonisation des salaires

Le Gouvernement a annoncé une hausse historique des salaires pour les aides à domicile qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain. Cependant, cette annonce fait débat auprès des professionnels concernés puisque cette mesure entraîne différents traitements en fonction du statut de l’aide à domicile : public, associatifs ou privés.

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, Amir Reza-Tofighi le président de la Fedesap, qualifie ces disparités de traitements « indécents ». Il complète : « les personnes dépendantes s’interrogent-elles sur le statut de celles et ceux qui les lavent, les nourrissent, les accompagnent au soir de leur vie ? » Autrement dit, le travail et service effectué étant le même, pourquoi créer des catégories.

Les aidants à domicile du secteur privé sont en colère

Dans le but d’attirer l’attention du Gouvernement, plusieurs professionnels ont uni leurs forces et leurs voix en reprenant l’une des chansons phares de Florent Pagny « Ma liberté de penser ». Cette nouvelle version dévoile le point de vue et le ressenti des aides à domicile du secteur privé qui ont du, aussi, faire face à la crise, mais qui se sentent pourtant « oubliés et délaissés » par le Gouvernement.

« Zappés« , « spoliés« , les paroles sont fortes et dénoncent un vrai malaise de la part des professionnels sous couvert d’une inégalité des salaires. Les professionnels mettent leur cœur pour interpréter cette chanson dont un clip a même été réalisé. Un seul message à faire passer « secteur public, asso ou privé… Tous égaux ! »

Les paroles de la chanson Tous Egaux

Il y a un an on fermait tout et on craignait,
Que tout s’effondre et on s’inquiétait aussi pour notre santé,
De nos aînés qu’allions nous faire,
Et finalement on y est allé,
Sans masques comme les infirmières,
On nous a un peu oublié,
Mais on a fait ce qu’on devait faire …
Je suis comme toi toujours aimable,
Alors pourquoi suis-je oublié,
Pour l’instant, rien n’est négociable
Et nous les Privés …. l’Etat nous a bien zappé.
Et en Octobre, rebelote, faut rien lâcher,
Toujours présents, nos ainés faut bien s’en soucier,
Les aides-soignants, les infirmières, les médecins et les Pompiers,
Nos cœurs battaient pour les aider,
Notre engagement n’a pas faibli,
Surement que ce n’est pas fini,
Privés Assos, tous, on espère,
Une petite prime égalitaire,
Les assos prioritaires,
Et nous les Privés … l’Etat nous a bien spolié …
Qu’on soit Assos ou bien Privé, on a œuvré,
Tous égaux dans les faits mais nous, Privés, on sera pas payé
Pas de Saints ni même des héros, on a juste fait notre boulot,
Avec le cœur, la bonne humeur,
On mérite d’être tous égaux,
Qu’on soit Privé ou en Assos,
Permettez moi de l’répéter,
Maint(e)nant qu’vous l’avez annoncé,
Et surtout avec équité,
Va falloir le faire,
Nous tous on l’espère,
Une vraie hausse de nos salaires !
Et pas des paroles en … l’air !

Des vidéos complémentaires pour porter leur message

Ces chanteurs attachants, nous les retrouvons aussi dans une série de petites vidéos. Ils se présentent, racontent leur quotidien et développent les raisons de leur mal-être. Le combat ainsi détaillé qu’ils mènent intéressera et touchera autant les professionnels que les patients.

Dans ces vidéos, certains déclarent leur amour à leur métier :
D’autres témoignent de leur incompréhension face aux décisions prises par le Gouvernement :
Et enfin, certains témoignent de leur incompréhension face aux différents traitements établis :

Des discussions avec le Gouvernement sont engagées

Le 12 mai dernier, des acteurs du secteur privé (FESP, SYNERPA Domicile et FEDESAP) se sont entretenus avec Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie. En vue du futur avenant 43 sur le champ de l’aide à domicile, les trois fédérations se sont mobilisées pour demander une équité de traitement en termes de revalorisation des rémunération du personnel.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page