Dossier Silver Economy
Consulter tous les dossiers silver économie


Départ à la retraite : comment ça marche ?

Le projet de partir à la retraite vous laisse perplexe… Combien de trimestres à cotiser ? Quand pourrai-je cesser mon activité ? A quelles caisses suis-je affilié ? Ce dossier, issu du guide du bien-vieillir Ma Vie en Silver, vous permettra d’y voir un peu plus clair sur la retraite dans l’Hexagone…

Préparation du départ à la retraite
Casse-tête chinois

depart-a-la-retraiteAvez-vous une idée bien claire du système français des retraites ? Probablement pas, ce qui est normal compte-tenu de sa complexité. Régime de base et complémentaire, cotisations aux caisses de retraite, âge légal de départ… Un véritable casse-tête chinois ! Pour s’y retrouver, il faut d’abord savoir que la retraite repose sur deux piliers : la répartition et la capitalisation.

Le principe de répartition, basé sur la solidarité nationale, signifie que les cotisations des actifs financent eux-mêmes leur propre retraite.

Lire aussi : Marisol Touraine annonce la création du compte personnel retraite Info-retraite.fr

Régimes de base et complémentaires

Le système de retraite comprend deux niveaux : un régime de base et un régime complémentaire. Le régime de base fonctionne en annuités, autrement dit, les droits à la retraite varient en fonction du nombre d’années d’assurance cotisées (ou trimestres). Les cotisations des régimes de base portent sur la rémunération à hauteur du plafond de la Sécurité sociale.

Pour compléter le régime de base, les régimes complémentaires permettent de verser davantage de droits à la retraite : plus on cotise, plus on cumule de points.

Cotisations aux caisses de retraite

retraite-administratif-calculTous les actifs sont affiliés à une ou plusieurs caisses de retraite spécifiques en fonction de leur statut et branche d’activité professionnelle. La mission des caisses : encaisser les cotisations des actifs et verser les pensions aux retraites. Elles fonctionnent en réseau, dotées d’une structure nationale et d’instances dans les régions.

En cas de changement de statut en cours de la carrière, comme par exemple, un salarié qui devient fonctionnaire, celui-ci cotise à une ou deux nouvelles caisses sans perdre le bénéfice de ses cotisations passées. Par ailleurs, les caisses de retraite gèrent aussi des fonds sociaux en faveur de l’amélioration de la vie quotidienne des actifs et des retraités (perte d’autonomie, handicap, surendettement…).

Lire aussi : Sondage Ipsos : les français favorables à un départ à la retraite avant 62 ans

Cnav,  Rsi, Arrco…

Couple de personnes âgées à la retraiteDans le cadre du régime général, la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) regroupe l’ensemble des salariés du secteur privé (entreprises, associations…). De son côté, le Régime Social des Indépendants (RSI) gère la retraite des artisans, industriels et commerçants, celui de la Mutualité Sociale Agricole (MSA), celle des salariés et exploitants agricoles…

Des caisses de régimes existent également dans la Fonction publique. Elles concernent la fonction publique d’Etat ou les collectivités territoriales et hospitalières. D’autres caisses représentent les régimes spéciaux (SNCF, marins, clercs et employés de notaire…). Par ailleurs, le régime complémentaire des salariés du secteur privé comprend principalement l’affiliation à deux caisses de retraite : l’Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) et l’Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres).

Compte pénibilité

Les salariés exposés à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels pour leur santé ont droit de créditer des points sur un compte prévention pénibilité. Ces points permettent par exemple de financer des trimestres d’assurance retraite pour un départ anticipé ou un passage à temps partiel sans perte de salaire.

> Lire aussi : Retraite / Compte pénibilité : un suivi se met en place

Age légal ? Age à taux plein ?

On distingue :

  • L’âge légal de départ à la retraite : 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955. Il augmente progressivement de 60 à 62 ans pour les personnes nées avant cette date. Cet âge légal est celui à partir duquel on peut cesser son activité professionnelle et percevoir une pension. Les fonctionnaires « actifs » (agents de police municipaux, sapeur-pompiers, gardiens de prison…) verront leur âge de départ passer de 55 à 57 ans d’ici 2017.
  • L’âge de retraite à taux plein : il varie entre 65 et 67 ans selon la date de naissance. Pour les fonctionnaires « actifs », il est porté de 60 à 62 ans.

Lire aussi : Un Français peut espérer percevoir sa retraite pendant 24,6 ans !

Allongement de la durée de cotisation

Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devez atteindre l’âge légal de départ à la retraite et avoir cotisé un certain nombre de trimestres. La loi du 20 janvier 2014 sur la réforme de la retraite allonge la durée de cotisations : un trimestre supplémentaire tous les trois ans de 2020 à 2035.

Le nombre de trimestres est de 172 (43 ans) pour les actifs nés à partir de 1973 et elle varie entre 160 et 172 trimestres pour les personnes nées avant 1973.

Décote et surcote

CalculUne décote sera appliquée au montant de votre retraite si vous ne comptabilisez pas le nombre de trimestres requis. Cette diminution est proportionnelle au nombre de trimestres manquants. La décote est fixée à 1,25% par trimestre.

À partir de 67 ans (pour les générations nées en 1955 et les suivantes), âge d’obtention automatique du taux plein, la décote n’est plus appliquée.

À l’inverse, une surcote est imputée au montant de votre pension si vous continuez à travailler après avoir atteint l’âge légal de la retraite et obtenu tous les trimestres exigés pour le taux plein.

Le départ à la retraite, ça se prépare

À 55 ans, il est temps de penser à sa future retraite. Comptez six mois avant la date de départ souhaitée pour réunir tous les justificatifs et faites le point avec votre caisse de retraite. L’anticipation aide à bien tourner la page et à s’engager dans un nouveau projet de vie.

Le point sur vos droits

Bricolage à la retraiteLa retraite est une étape importante demandant à être anticipée pour mieux la vivre. À partir de 55 ans, vous recevez l’estimation indicative globale (EIG), document qui permet d’évaluer votre future pension. Celui-ci est envoyé tous les cinq ans et réactualisé jusqu’à votre départ effectif à la retraite.

Vous pouvez, par ailleurs, demander à tout moment le relevé de situation individuelle qui récapitule la totalité de vos droits. Pour définir par la suite le bon moment de départ à la retraite, il faut tenir compte du nombre de trimestres cotisés en intégrant certains critères (femmes ayant des enfants, possibilités de départ anticipé…).

Six mois avant le départ : je fais ma demande

Vous avez décidé du moment de votre départ à la retraite, faites alors une demande six mois avant la cessation d’activité afin d’éviter tout retard de paiement. Un formulaire unique est disponible auprès de votre caisse de retraite de base ou peut être téléchargé sur Internet.

Plusieurs justificatifs sont exigés pour bénéficier de vos droits (derniers bulletins de paie, dernier avis d’imposition…). Prenez rendez-vous avec un conseiller de votre caisse de retraite afin de faire le point sur les démarches à effectuer et les documents à transmettre. Il reste à informer la DRH de son employeur de la date prévue d’arrêt d’activité.

Lire aussi : Les Français passent-ils trop de temps à la retraite ?

Lorsque l’entreprise sensibilise

Retraité connecté avec une tablettePour réaliser plus facilement la transition entre vie professionnelle et retraite, des formations sont organisées au sein de certaines entreprises.

Les modules abordent les étapes du changement, le projet de vie (personnel, familial…), le capital santé et la prévention (conseils sur le bien-vieillir, sur l’hygiène de vie…), la gestion du patrimoine ou les ressources à la retraite. La réflexion et les échanges sur ces sujets aident à construire l’avenir des futurs retraités.

Calcul de la retraite

Dans le secteur privé, la pension de retraite est calculée à partir de la moyenne de rémunération sur les vingt-cinq meilleures années. Le montant de la retraite de base à taux plein s’élève à 50% du salaire annuel moyen. En revanche, dans le secteur public, le calcul se base sur les six derniers mois de rémunération avant le départ.

L’estimation de la retraite prend aussi en compte la validation de trimestres. Pour valider ceux qui sont directement
cotisés auprès du régime de retraite, il faut gagner l’équivalent de 150 heures payées au Smic dans le secteur privé ou travailler 90 jours dans le public. La validation de la retraite intègre également des trimestres assimilés : maternité, chômage, service militaire, maladie, invalidité…

Travail choisi ou travail subi ?

Reprise du travail à la retraiteL’heure de la retraite a sonné, mais pour beaucoup de seniors, c’est le moment de reprendre le travail… Besoin de rester actif ou nécessité financière, le cumul emploi-retraite entre petit à petit dans les moeurs. Si vous décidez de poursuivre une activité professionnelle, il faut néanmoins respecter quelques règles.

À la soixantaine, un retraité a encore devant lui une vingtaine d’années d’espérance de vie. Nombreux sont les français qui reprennent, à ce moment-là, le chemin du travail. Rester actif, se rendre utile à la société ou améliorer les fins de mois : les motivations sont diverses.

En tout cas, la frontière entre retraite et activité professionnelle est de plus en plus perméable. Les seniors souhaitent se former, valoriser leurs compétences et transmettre leur savoir.
Ils reprennent du service chez leur ancien employeur, deviennent consultant, ouvrent un gîte rural, donnent des cours à domicile….

Retraité… et salarié

Innovation seniors - Silver économieLe cumul emploi-retraite vous permet de travailler tout en profitant, sous certaines conditions, de vos revenus professionnels et de votre pension de retraite. Une fois que la cessation d’activité est actée et que vous avez liquidé votre pension de retraite, vous pouvez exercer dans le secteur privé ou public.

Pour toute reprise d’activité professionnelle, vous devez prévenir votre caisse de retraite et lui transmettre les justificatifs d’emploi au cours du
mois suivant la date de cette reprise. Le cumul des revenus professionnels et de la pension de retraite est soit intégral, soit partiel.

Il est intégral dans le respect de certaines conditions (atteinte de l’âge légal de départ à la retraite, règles ouvrant droit à la pension de retraite à taux plein, liquidation des retraites de base et complémentaires). Le cumul est partiel lorsque les conditions donnant droit au cumul total des revenus ne sont pas remplies. On peut alors bénéficier d’un cumul des revenus plafonné.

Portage salarial : entre le salariat et l’indépendance

Si vous avez une expertise ou une longue expérience dans un domaine précis, vous pouvez travailler en portage salarial. Vous disposez d’un contrat de travail avec une entreprise de portage et réalisez des prestations pour le compte d’entreprises clientes. La société de portage facture l’activité aux clients et gère les formalités administratives. En contrepartie, elle prélève environ 10% du montant de la prestation.

A noter

Pour une pension de base liquidée à partir de 2015, les cotisations vieillesse versées dans le cadre de l’activité professionnelle ne permettent pas de toucher de nouveaux droits à la retraite, sauf en cas de retraite progressive.


Commenter

[Votre email ne sera pas publié ni diffusé - vous pouvez utiliser un pseudo dans le champ "name"]
[Les commentaires sont en DoFollow et modérés]

*


SilverEco ® - Gérontechnologie ®
© 2008-2017 ONMEDIO - Tous droits réservés

Numéro ISSN : 2276-0393
Silvereco.fr est un media d'information édité par ON-MEDIO sous la direction de Jérôme PIGNIEZ.
L’objectif du portail national de la silver économie est de dresser un panorama complet des actualités de la Silver économie et de référencer les acteurs en France de la Silver Eco, ainsi que leurs offres de produits et services.


FERMER
CLOSE