Lancement du label HS2® Haute Sécurité Santé : le discours de Ghislaine Alajouanine

La conférence de presse du lancement du label HS2 a eu lieu le 28 juin 2016 à Paris. A cette occasion, Ghislaine Alajouanine, auteur et concepteur du label, nous rappelle les enjeux sociaux du vieillissement de la population. 

« Un vieux naît toutes les 37 secondes et un jeune, toutes les 42 secondes ! »

Nous sommes tous concernés, tôt ou tard, c’est l’affaire de tous ! Et c’est notre devoir, à chacun, de relever ce défi majeur du 21e siècle : adapter notre société au vieillissement, et trouver les moyens d’y faire face. C’est pour répondre à cette problématique, aux enjeux du soutien à l’autonomie, entre autres, que par le biais de la démarche HS2 ®Haute Sécurité Santé, a été créé un écosystème centré sur la personne : Je !Photos G.Alajouanine portrait

Commençons par un constat, en un bref état des lieux : « Un vieux naît toutes les 37 secondes et un jeune, toutes les 42 secondes ! » C’est un phénomène inédit dans l’histoire de l’humanité : selon l’INSEE, la proportion des plus de 60 ans augmente et celle des moins de 20 ans diminue. Depuis fin 2015, les plus de 60 ans sont plus nombreux que les moins de 20 ans !

Quelques chiffres de la Silver cartographie ! Mais sans reprendre ceux cités judicieusement par Messieurs Yvon Breton et Rémi Sohier. En France ; les personnes âgées de 60 ans ou plus sont aujourd’hui au nombre de 15 millions. En 2030, elles seront 20 Millions (nous avons 1,4 Millions de plus de 85 ans actuellement). En 2060, notre pays devrait compter 24 millions de personnes âgées de plus de 65 ans et 5 millions de plus de 85 ans. A noter que 83 ans est l’âge moyen d’entrée en perte d’autonomie et qu’il faut s’attendre à un doublement de personnes dépendantes, d’ici 2060 !

« Moins de 1 Français sur 10 s’estime être en capacité d’assister financièrement un parent dépendant »

Il faut adosser ces chiffres à la diminution des retraites : nous avons actuellement 2,5 actifs pour 1 retraité et demain, en 2030, ce sera 1,5 pour 1. Comment ferons-nous ? Parmi les grands défis soulevés par la question du grand âge figure, notamment, celui du financement (pour mémoire la pension moyenne des français est de 1306 euros !) : La maison brûle !!! Déjà maintenant, moins de 1 Français sur 10 s’estime être en capacité d’assister financièrement un parent dépendant. C’est ce que révèle l’étude réalisée ce mois de juin par OpinionWay pour l’APAVE et AG2R LA MONDIALE. Ce sondage est à votre disposition.

Avec l’allongement de la durée de vie et le vieillissement de la population, la société est terriblement confrontée au problème de la dépendance et à son financement. Malgré les efforts de la collectivité, qui investit 21 milliards d’euros par an dans la perte d’autonomie, plus de 7 milliards d’euros restent à la charge des familles concernées, le plus souvent pour régler des dépenses d’hébergement.

« Ce n’est pas en améliorant la bougie que l’on a trouvé l’électricité et il y aura toujours des marchands de candélabre pour briser le progrès ! »

Certes, c’est une révolution démographique (revolvere = retournement…), mais certains emploieraient le mot à la mode, le « buzzword » de disruption, pour démontrer une valeur de nouveauté qui va changer un marché. Mais c’est oublier sa signification première (Buffon, 1749) de disrumpere : briser, rompre en morceaux ! Alors rassurons-nous avec notre ami Joseph Aloïs Schumpeter, et sa notion économique connue de Destruction créatrice, en nous rappelant que « Le nouveau ne sort pas de l’ancien, mais il apparaît à côté de l’ancien, lui fait concurrence jusqu’à le ruiner ». Aussi et tout simplement, je vous livre ma réflexion « ce n’est pas en améliorant la bougie que l’on a trouvé l’électricité et il y aura toujours des marchands de candélabre pour briser le progrès ! »

Alors, finalement je préfère parler de Métamorphose : car ce constat nous pousse à une transformation profonde et nous pose une vraie question : comment cette révolution va-t-elle nous pousser à inventer un modèle économique pour que le progrès soit partagé par tous ?

 « Je veux rester chez moi au mieux et le plus longtemps possible »

Cette transformation oblige la société à s’adapter afin d’anticiper les mutations.

Déjà dans les années 90, les grandes avancées technologiques numériques m’ont éveillée, j’oserais dire m’ont réveillée, et permis de réaliser des expériences pionnières de Télémédecine dans des zones de solidarité prioritaires ZSP. L’objectif étant de faire voyager les données plutôt que les patients et répondre à distance à leur question, angoissante  : « mais qu’est ce que j’ai, docteur ? », même dans les endroits les plus isolés ! Et pour le praticien : « qu’est ce que je fais dans ce cas là ? »

De plus, mon passage en tant que Présidente du Directoire de la Fondation pour la Recherche Médicale m’a fait découvrir l’évolution problématique de l’avancée en âge dans notre pays: son financement d’une part, et la réponse aux vœux exprimés en large majorité par les personnes fragilisées :  « je veux rester chez moi au mieux et le plus longtemps possible » (77% d’après notre sondage OpinionWay).

Label HS2 Haute Sécurité Santé

Il fallait mettre au point une méthodologie créative, sous forme de labellisation, qui prenne en compte le défi humain et financier, l’enjeu de société, mais aussi l’opportunité de croissance grâce aux nouvelles technologies… De même, il fallait que cette démarche conceptuelle soit globale, ce qui la rend d’ailleurs unique! Cette méthodologie, donc, englobe de façon « clé-en-mains » le bâtiment, les services de santé, les services sociaux et l’ingénierie financière, et fait alors la différence par rapport à la cohorte de normes, labels, qui sont souvent bons et utiles mais parcellaires (ne concernant que le bâtiment ou le handicap par exemple, ou que les services…). Ils sont parfois aussi claniques (entre nous on s’évalue ! = source de conflits d’intérêts…) le pire étant le label-racket (tu l’as Si…!). Donc, sans plagier Steve Jobs et son « penser autrement » il s’agissait « d’agir autrement… ».

En 5 points :

  1. Cela a impliqué, en premier, de veiller à l’éthique, la déontologie, la transparence, la traçabilité, l’objectivité… qui sont indispensables dans la conception d’un Label et donc d’aller chercher, de s’appuyer sur un tiers de confiance indépendant et à dimension internationale (HS2®Health Safety Services). En l’occurrence : l’organisme certificateur APAVE ;
  2. En deuxième, que ce Label dans sa globalité soit centré sur la personne, l’acteur-personne actif : le Je ! « Comment puis-je préparer mon avenir dans les meilleures conditions ? » L’approche est aussi destinée à nos proches : le Nous ! « Comment puis-je m’occuper de mes parents à distance en étant sûre que tout soit mis en œuvre pour leur bien-être ? ». 4,3 millions de personnes sont des « aidants », sur lesquels pèse un casse-tête effroyable : comment trouver une femme de ménage, un ergothérapeute, aménager le logement, trouver des aides financières alors que leur propre vie est déjà très compliquée ? Notre sondage OpinionWay révèle qu’ils sont 2,8 millions soit 76% à aider pour la vie quotidienne, 26% aident pour un Hébergement, 19% avec un soutien financier mensuel de 291 euros en moyenne et de 303 euros projeté…(le compte n’y est pas : 1306+303 !).
  3. En troisième : que ce label s’inscrive justement dans la troisième dimension du développement durable, souvent oublié ! Le Social, Sociétal…(Santé, Solidarité, Sécurité). Il s’agit de protéger notre Capital humain, notre Capital-santé (d’ailleurs, à l’instar, début des années 90 j’ai participé à l’initiative de la démarche HQE Haute Qualité Environnemental qui répond, elle, à la deuxième dimension du Développement durable et qui vise à protéger notre Capital-patrimoine, notre Capital-planète).
  4. Quatrièmement qu’il puisse s’inscrire dans le Marché du futur le « Homecare » ® (le soutien à la personne, 500 milliards, 30 ans de croissance.) qui offre un véritable écosystème
  5.  et se conjugue avec le cinquième point : les financements, l’ingénierie financière.

Le « tout » dans l’esprit et le processus de Convivance, ® c’est-à-dire : le partage des capacités de chacun au bénéfice de tous dans une cohabitation harmonieuse et intergénérationnelle: le Cum vivere, le vivre ensemble…

Repenser le rôle du logement dans les processus d’accompagnement des seniors

La démarche HS2® a vu le jour en février 2007, au Sommet Mondial du Développement Durable, qui a eu lieu à Paris. Il s’en est suivi un long cheminement, pendant toutes ces années, pour mettre au point un référentiel solide et fiable, basé sur de l’observation-terrain, et avec l’aide des plus grands experts des domaines concernés (médecins ergothérapeutes, psychologues, industriels, caisses de retraite et de prévoyance, promoteurs etc.), et il a fallu attendre toutes les réglementations en particulier dans la E-santé… pour avancer.

Aujourd’hui, inscrite dans une logique de prévention, la labellisation HS2®, dont la mise en application a été confiée à l’APAVE, tierce partie indépendante, répond précisément à ce nouvel enjeu sociétal : repenser le rôle du logement dans les processus d’accompagnement des seniors pour augmenter de 3 à 6 ans minimum la vie à domicile des personnes âgées, et ainsi réduire le coût de la dépendance.

Une première application terrain

Nous sommes heureux  de vous présenter aujourd’hui une première application terrain, un projet d’ampleur. En s’appuyant sur les orientations Agirc-Arrco, AG2R LA MONDIALE, avec la Caisse Guadeloupéenne de Retraite par Répartition (CGRR) et la Mutuelle Interprofessionnelle Antilles Guyane (MIAG), ont décidé d’investir dans l’adaptation au label HS2® d’une partie du parc de logements sociaux de la Société Immobilière de Guadeloupe (SIG).

Réduire le coût de la dépendance

Au-delà de l’espérance de vie en bonne santé, le bien-vieillir chez soi, le plus longtemps possible et en toute sécurité, semble plus que jamais répondre aux besoins de la société. Plébiscité ! Notre sondage Opinionway indique que 91% des Français sont favorables à la mise en place d’une prestation d’accompagnement d’un parent âgé, incluant l’adaptation au domicile et les services d’assistance. C’est ce que désirent les Français et c’est le seul moyen de réduire le coût de la dépendance : augmenter de 5 années supplémentaires la vie à domicile d’une personne âgée, versus son placement en maison de retraite, permettrait l’économie de 200 à 300 000 € par personne !

Il est prouvé qu’en investissant environ 10 000 euros pour adapter le logement à la perte d’autonomie, l’équivalent de trois mois d’EHPAD, la personne peut rester en moyenne cinq ans de plus dans son lieu de vie avec des économies de 200 à 300 000 euros pour l’hébergement. En moyenne, il faut compter 3720 euros/mois pour un établissement privé lucratif, 2970 euros/mois pour un établissement privé non lucratif.

C’est là où prend racine notre écosystème articulé dans la démarche HS2, écosystème avec une certification par un tiers de confiance : l’APAVE, avec son référentiel solide et fiable qui englobe le « bien vieillir » comme « le mieux vivre » dans son habitat. Il permet un « win-win » pour tous les acteurs financeurs et payeurs ; c’est tout l’intérêt des Assureurs et Caisses de prévoyance, et la personne fragilisée et son entourage seront soulagés financièrement… C’est le premier gain économique ! Ce nouveau modèle économique a cet effet vertueux de préserver et faire évoluer toute l’économie de proximité (son pharmacien est heureux, son boulanger, l’épicier, le coiffeur…) ; c’est le deuxième gain économique ! Et de plus, répondre aux vœux de 77% des français : « Rester chez soi le plus longtemps et dans les meilleures conditions possibles, et en sortir en toute sécurité » (pas de camisole domestique !). Résultat : c’est alors conjuguer de façon équitable l’économique et le social.

Le besoin est là : seuls 6% des logements sont adaptés ; 2 millions de logements occupés par des ménages de plus de 60 ans doivent être adaptés ! Voilà un grand défi, le cœur de notre sujet d’aujourd’hui, de même que l’apport des nouvelles technologies à la santé, la gérontechnologie, la santé connectée, la télémédecine qui aident à lutter contre l’isolement, à maintenir le lien social.

Une protection du capital santé des Français

En résumé : avancée aussi importante pour le monde de la santé que l’adoption par le secteur du bâtiment de la norme HQE®, la démarche HS2® a pour objectif de garantir, à tous les Français, une protection de leur capital santé. Moteur d’un modèle économique responsable, pérenne et salvateur, il anticipe les besoins spécifiques liés au grand-âge, et contribue à la réduction des dépenses de santé tout en procurant un meilleur service, grâce à l’apport des nouvelles technologies. Soutien à la personne, sécurité, mieux-être, vieillissement, autonomie : au cœur du Homecare,® marché d’avenir,estimé à 500 milliards d’euros sur 30 ans.

La Silverinnovation®

Avis aux politiques : il faut savoir que 50% des électeurs seront seniors en 2030, et ne représentent que 30% des absentéistes : c’est une force de changement, et une chance pour notre pays, qui trouve là les nouveaux moteurs de croissance de développement économique et de création d’emploi.

Innovation seniors - Silver économieLa nouvelle économie activée par les personnes âgées, nommée Silver économie, est un enjeu crucial : il s’agit de permettre et d’encourager la Silverinnovation®, les innovations qui vont nous accompagner dans notre avancée en âge et maintenir notre autonomie. La Silverinnovation®,  qui recouvre l’aspect social-sociétal de l’innovation répond aussi à la troisième dimension du Développement Durable

HS2® s’appuie sur la révolution numérique des objets connectés, de l’internet des objets, de cette Silverinnovation®, pour proposer un bouquet de services pour bien vieillir chez soi ; c’est la mobilisation de la technologie et de l’humain , mais aussi de tous les aspects de la Prévention…

Le projet applicatif de démonstration de la SIG à la Guadeloupe repose sur les 3 piliers du bien vieillir à domicile : il s’agit de l’adaptation des logements (Hard), des services e-Bien-être, des services e-Santé (Soft), tout en ayant en tête que les technologies doivent s’effacer, se mettre au service des relations humaines.

Pour le déploiement opérationnel, un groupement d’intervenants experts s’est constitué dans un processus de Convivance®, chacun dans sa spécialité (Groupe Prunay, FSI, Visiomed, Sesin, Santech, Libhéros, Tabbya, H2AD, Cimbiose, Samsung…) et coordonné, orchestré en Ingénierie par Group Homecare. L’ingénierie financière sera assurée par l’expert en Viager mutualisé, Viager Virage. Enfin, la labellisation HS2® sera effectuée par APAVE Certification.

Un mieux-vivre ensemble

Mesdames, Messieurs les journalistes, vous l’avez compris, cette adaptation au vieillissement, cette Métamorphose fait que nous assistons à la naissance d’une nouvelle société qui a le désir du « mieux vivre », du « bien vieillir »; et ma préférence ? Essayer de mieux-vivre, sans vieillir… trop vite ! Mais en tous cas cette nouvelle société aspire au « vivre ensemble en harmonie ! » Cum vivere …

Vous les journalistes, les Messagers d’avenir, votre responsabilité est grande ! C’est vous qui par une baguette magique, plutôt votre stylo magique ! avez le pouvoir de nous sortir de l’anonymat, de révéler les changements, comme d’influer pour un monde meilleur. Il est vraiment temps, mais il peut l’être, si vous ouvrez une nouvelle ère : l’ère de la Convivance.

A vos plumes ! Et grand merci d’avance…


Commenter

[Votre email ne sera pas publié ni diffusé - vous pouvez utiliser un pseudo dans le champ "name"]
[Les commentaires sont en DoFollow et modérés]

*


SilverEco ® - Gérontechnologie ®
© 2008-2015 ONMEDIO - Tous droits réservés

Numéro ISSN : 2276-0393
Silvereco.fr est un media d'information édité par ON-MEDIO sous la direction de Jérôme PIGNIEZ.
L’objectif du portail national de la silver économie est de dresser un panorama complet des actualités de la Silver économie et de référencer les acteurs en France de la Silver Eco, ainsi que leurs offres de produits et services.


FERMER
CLOSE