« Ce que veulent les aidants », un sondage réalisé par La Maison des Aidants-Aidants en mouvement

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AIDANTS & AIDE AUX AIDANTS

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

A l’occasion de la Journée Nationale des Aidants, qui se tiendra le 6 octobre 2016, la Maison des Aidants-Aidants en mouvement a souhaité donner la parole aux aidants en lançant le sondage « Ce que veulent les aidants ». Les témoignages exprimés confirment que les aidants acquièrent une conscience collective du rôle qu’ils jouent dans la société.

Sondage sur ce que veulent les aidants - La maison des aidants« Ce que veulent les aidants » : un sondage spontané

Durant 31 jours, le sondage est resté en libre accès sur Internet, l’occasion de permettre à 282 personnes d’y participer. Il abordait 5 thématiques phares :

  • Les aides à domicile
  • Les relations avec les administrations ou organismes
  • Le médical
  • La conciliation activité professionnelle / rôle d’aidant
  • L’amélioration de la condition d’aidant

Les aides à domicile

« Moins de changement dans les personnes qui interviennent à domicile ! »

Salarié aidant - aidantA 50%, les aidants souhaitent moins de changement dans les personnes qui interviennent à domicile, suivi de près par « plus d’heures d’aide à domicile pour mon proche » (44,7%) et « d’interventions à domicile qui respectent le rythme de vie à la maison » (40,2%).

La question de la formation des aides à domicile ne figurait pas parmi les options, c’est cependant cette thématique qui a été le plus souvent évoquée dans les propositions.

En effet, les aidants réclament plus de qualification des aides à domicile, une meilleure coordination des intervenants et des moyens additionnels (moins de reste à charge, meilleure rémunération des personnels…).

Les relations avec les administrations ou organismes

« De la compréhension de la part des administrations ou organismes publiques ! »

Les aidants souhaitent plus de compréhension de la part des administrations ou organismes publiques, à hauteur de 65,8%. Ils évoquent également un « guichet unique » qui puisse traiter toutes les demandes (52,2%) ou encore des interlocuteurs qui les considèrent en tant qu’aidants (49%).

Le domaine de relation avec les administrations recueille le plus bas score de satisfaction puisque seulement 3,1% des aidants considèrent qu’il n’y a pas de problème.

Le domaine médical

« Etre reconnu comme un partenaire de soin »

Dans le domaine médical, les aidants souhaiteraient des personnels qui les considèrent comme un partenaire de soin, et qui tiennent compte de leur avis, à hauteur de 53,4%. Egalement, ils plébiscitent que le médecin de l’aidé se préoccupe également de leur bien-être (48,5%) et plus d’explications de la part du personnel soignant sur la maladie ou le handicap du proche aidé (47,2%).

Les sondés proposent à ce titre :

  • Un soutien à l’aidant intégré au parcours de soin
  • Des professionnels de santé à même de conseiller sur les solutions de répit pour l’aidant
  • Une meilleure préparation entre médecin et aidant du retour à domicile de la personne hospitalisée

La conciliation activité professionnelle et rôle d’aidant

« Des congés supplémentaires et des aménagements d’horaires ! »

besoin et attentes des aidantsInterrogés à ce sujet, les aidants souhaiteraient bénéficier de jours de congés supplémentaires pour s’occuper de leur proche (67%),  aménager leurs horaires de travail (60,5%) ou travailler depuis chez eux, occasionnellement ou régulièrement (47,7%).

65% des répondants sont salariés aidants et, à ce titre, très demandeurs en termes de temps, de congés ou de travail à distance. Ils semblent toutefois moins enclins à souhaiter avoir un soutien au sein même de leur entreprise.

Consulter l’infographie : Les aidants en activité professionnelle expriment leurs besoins

L’amélioration de la condition aidant

« Du répit à domicile et une association d’aidants ! »

Pour améliorer leurs conditions en tant qu’aidants, ces derniers sollicitent la possibilité de pouvoir s’absenter quelques jours en confiant son proche à une personne qualifiée, capable de s’en occuper jour et nuit (51,5%). Ils réclament également une association d’aidants pour s’entraider et se défendre (49,1%) ou encore la possibilité de pouvoir participer à des réunions d’informations-formations (41,3%).

Le besoin de répit est fortement exprimé, notamment à domicile et aussi par des séjours adaptés et en accueil temporaire, de même que le besoin de soutien et d’accompagnement.

> Consulter le sondage dans son intégralité


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page