La startup sociale Alenvi lève 1,1 million d’euros pour « humaniser l’aide à domicile des personnes âgées » à grande échelle

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SERVICES A LA PERSONNE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Clément Saint Olive, Guillaume Desnoës et Thibault de Saint Blancard ont créé l’Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS) Alenvi en 2016 en réponse à un constat : les professionnels de l’aide à domicile ne peuvent bien accompagner les personnes âgées que s’ils travaillent eux-mêmes dans un cadre de travail stable, épanouissant et valorisant. La création d’Alenvi répond à la nécessité de repenser les métiers de l’accompagnement, dans leur dimension humaine, au-delà de la simple production de service.

Regroupant 55 personnes, Alenvi crée un nouveau modèle d’organisation du travail pour le secteur de l’aide à domicile en développant des communautés d’« auxiliaires d’envie » embauchés en CDI. A côté de leur activité d’accompagnement à domicile des personnes âgées, les auxiliaires gèrent en autonomie, par équipe, le recrutement de leurs pairs, la prospection, les plannings. 40 auxiliaires travaillent déjà en Ile de France et à Lyon dans ce cadre qui leur permet de fournir un accompagnement sur mesure, au plus près des besoins des bénéficiaires. Tous les publics peuvent bénéficier de ce service grâce à la tarification solidaire mise en place par Alenvi. Les bénéficiaires pris en charge à 100% par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) n’ont ainsi aucun reste à charge à verser pour utiliser les services d’Alenvi.

Repenser l’accompagnement des personnes âgées

Alenvi repense le métier de l’accompagnement des personnes âgées au-delà du modèle organisationnel. Alenvi développe des technologies mobiles collaboratives (chatbot) permettant aux auxiliaires de prendre le pouvoir sur leur métier et de gérer leur planning en équipe, ainsi que des programmes de formation continue centrés sur le savoir-être et la relation humaine.

Grâce à ce premier tour de table, l’entreprise va pouvoir développer son modèle dans de nouvelles régions et continuer à investir dans la technologie et la formation. « Nous allons pouvoir rentrer dans une phase d’industrialisation et de passage à l’échelle du modèle. C’est nécessaire. Il suscite beaucoup d’attentes. Il y a des centaines de milliers d’auxiliaires de vie qui souhaitent travailler dans un cadre qui les valorise en tant que professionnels et soit en phase avec leur vision du métier » insistent les co-fondateurs.

Une partie de la levée a été souscrite par Phitrust, pionnier français de l’investissement à impact, par le biais du fonds Phitrust Partenaires Europe développé en partenariat avec le Fonds Européen d’Investissement. « Lorsque nous avons rencontré les fondateurs d’Alenvi, nous avons été très intéressés par leur projet de changer significativement la manière dont les personnes âgées sont accompagnées, en permettant notamment aux personnes âgées à faibles revenus de bénéficier de ce service » indique Xavier Thauron de Phitrust.

main aidant solidarité

Répondre avec efficacité à une problématique sociale universelle

Le tour de table a également réuni des Business Angels, certains ayant investi via la plate-forme Lita.co, spécialisée dans l’investissement à impact. Thierry Gauthron, fondateur d’Altman Partners, a été touché par le projet managérial : « Chez Alenvi il y a une idée qui nous a beaucoup plu dès le départ. C’est celle de créer des communautés d’ « auxiliaires d’envie », autonomes et qui s’auto-organisent avec une équipe centrale, qui est là seulement pour leur apporter les outils dont ils ont besoin. On a adoré cette confiance car c’est ce qui selon nous permet à un collectif de gagner en souplesse, de s’adapter et d’être agile. » Philippe Perrin, PDG de Domiserve, investisseur à titre personnel, en voit la pertinence par rapport aux problèmes du secteur : « Ce que j’ai aimé dans le projet d’Alenvi c’est le diagnostic de départ que j’ai trouvé très juste : le modèle RH actuel sous-évalue les professionnels d’accompagnement ce qui impacte la qualité du service humain. Et la solution que propose Alenvi ce n’est pas d’inventer un nouveau métier, ni une nouvelle activité. C’est le même métier mais fait différemment, sur un modèle RH qui est innovant car il laisse plus de place à la responsabilisation des personnes. »

Pour Eva Sadoun, co-fondatrice de Lita.co, « Alenvi incarne une nouvelle génération d’entreprises qui se saisissent des possibilités variées qu’offrent le digital et les modèles innovants pour répondre avec efficacité à une problématique sociale universelle».


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut