Représentativité patronale : la Fédésap, 1ère fédération de la branche des entreprises de Services à la Personne en nombre d’entreprises

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SERVICES A LA PERSONNE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Un arrêté confirme la croissance et le dynamisme de la branche professionnelle des services à la personne, qui sont visibles au travers du nombre de créations de structures de Services à la Personne sur tous les territoires ainsi que des créations d’emplois.

fédésap
Portrait d'Amir Reza Tofighi
Amir Reza-Tofighi

Suite à cet arrêté, M. Reza-Tofighi, Président de la Fédésap, se félicite :

Avec plus de 40% des entreprises de la branche adhérentes de la Fédésap, l’arrêté de la ministre du Travail mesurant la représentativité patronale conforte la place de leader de notre fédération dans la branche des Services à la Personne. Cela traduit la reconnaissance des professionnels du secteur envers l’efficacité et la pertinence des actions menées par la Fédésap. Je les remercie de leur fidélité et de leur confiance.

M. Amir Reza-Tofighi, Président de la Fédésap

M. Reza-Tofighi précise ensuite :

L’ambition de la Fédésap est d’accompagner la croissance et le développement d’un secteur qui a beaucoup à apporter à notre pays. Nous comptons le rappeler aux candidats à l’élection présidentielle.

La Fédésap reste très interrogative sur la mesure de la représentativité du SESP

Cette mesure de l’audience patronale était très attendue par les acteurs de la branche. En effet, le Haut Conseil du dialogue social, qui a pour mission de donner un avis à la ministre du Travail sur la liste des organisations syndicales représentatives par branches professionnelles, a repoussé à plusieurs reprises le fait de statuer sur le cas de la branche des entreprises de Services à la Personne. Il l’a finalement inscrit à l’ordre du jour de sa dernière session. Le Haut Conseil attendait que le SESP lui précise les raisons et la cohérence du caractère très dynamique des chiffres contenus dans son dossier.

Le ministère du Travail a malgré tout publié, au Journal officiel du 19 décembre, son arrêté en date du 13 décembre qui établit le poids des organisations professionnelles d’employeurs reconnues représentatives à 44,20% pour le SESP, 37,38% pour la Fédésap, 10,47% pour le Synerpa Domicile et 7,95% pour la FFEC.

Ainsi, la démission d’une grande partie des adhérents du SESP depuis 2019 pour rejoindre les rangs de la Fédésap ne semble pas avoir été prise en compte dans l’appréciation de l’audience patronale.

Ainsi, l’incohérence entre le chiffre d’affaires, assis sur les cotisations versées par les adhérents du SESP, et le nombre d’adhésions déclaré ne peut être vérifiée par la Direction Générale du Travail (DGT).

Ainsi, si le SESP annonce une moyenne de 76 salariés par entreprise, alors qu’une grande partie des adhérents de cette fédération fonctionnent en mode mandataire, c’est-à-dire que les personnes intervenant au domicile des particuliers sont, en réalité, les salariés de ces derniers (qui sont donc des « particuliers employeurs »), il est impossible pour la DGT d’identifier et décompter elle-même les salariés revendiqués par le SESP.

Ainsi, si le nombre total de salariés déclaré par le SESP concourt à faire croître de 55% (250 000) le nombre officiel de salariés (160 000) dans la branche des entreprises de Services à la Personne établi par l’OPCO (opérateur de compétences) Entreprises de proximité et la DARES, la direction des statistiques du ministère du travail, la DGT ne peut que constater le hiatus.

Représentativité patronale : la qualité du dialogue sociale

Derrière la querelle des chiffres, l’enjeu de l’audience patronale n’est ni plus ni moins que la qualité du dialogue social et de la démocratie sociale. Les accords collectifs ne peuvent être étendus que s’ils ont été négociés par des organisations d’employeurs représentatives. La représentativité patronale confère également un droit d’opposition à l’extension des accords collectifs, à condition qu’une ou plusieurs organisations d’employeurs représentatives représentent plus de 50% de l’ensemble des salariés des entreprises adhérentes de ces organisations. 

Contre vents et marées et malgré des propositions de conciliation faites aux représentants du SESP, restées lettres mortes, la Fédésap étudie donc tous les moyens et voies de recours possibles pour faire valoir les droits de ses entreprises adhérentes et de leurs salariés, au nom d’un dialogue social sincère et inclusif.

Pour autant, la Fédésap préfèrera retenir le dynamisme de l’ensemble des acteurs du secteur faisant de la branche des Services à la Personne, le 1er employeur de la filière du Domicile devant le secteur associatif.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page