Un potentiel traitement anti-Alzheimer fondé sur une nouvelle molécule : la verubecestat

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : ALZHEIMER

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Un nouveau traitement contre la maladie d’Alzheimer, pour le moment au stade expérimental, s’est révélé prometteur et sans effet toxique, d’après les résultats d’un essai clinique publiés dans la revue médicale américaine « Science Translational Medicine ». Cette étude ouvre la voie à 2 essais cliniques plus importants.

Les traitements déjà commercialisés pour traiter Alzheimer minimisent les symptômes de la maladie mais aucun n’est encore capable de l’arrêter.

Alzheimer : où en est la recherche ?
Crédit : Kjpargeter /Shutterstock.com

Une molécule qui réduirait la présence de beta-amyloïdes

La maladie d’Alzheimer est due aux protéines toxiques beta-amyloïdes qui forment des plaques en s’agglutinant, ce qui altère le fonctionnement des neurones, affectant les capacités cognitives et notamment la mémoire.

Les laboratoires américains Merck ont développé une molécule, appelée verubecestat. Celle-ci réduirait la présence de protéines toxiques beta-amyloïdes dans le cerveau en bloquant une enzyme appelée BACE1.

Lire aussi : Marisol Touraine opposée au dérembousement des médicaments anti-Alzheimer

Un essai clinique sans toxicité pour les patients

Maladie d'Alzheimer et perte de mémoire
Crédit : lanatoma/Shutterstock.com

Après avoir observé les effets de la molécule verubecestat sur les rats et les singes, un essai clinique a été mené sur 32 participants souffrant de la maladie d’Alzheimer, à des stades précoces ou modérément avancés.

Contrairement aux autres molécules neutralisant l’enzyme BACE1 développées précédemment, la verubecestat, développée par les laboratoires Mercke, ne serait pas toxique.

« Elle n’a pas provoqué d’effets secondaires hépatiques et neurologiques sévères », explique Matthew Kennedy, du laboratoire de recherche de Merck.

Cependant, ce petit essai clinique n’ayant été réalisé que sur un panel restreint de personnes, il est nécessaire de mettre en place des essais cliniques de phase III pour s’en assurer. 

Deux autres essais cliniques en cours

Recherche médicale et chercheur
Crédit : Sebastian Gauert/Shutterstock.com

Deux essais cliniques de phase III sont en cours, dans l’objectif d’évaluer l’efficacité clinique du verubecestat. Des conclusions devraient être avancées d’ici le mois de juillet 2017.

Si les résultats sont probants, ce traitement sous forme de comprimés pourrait être mis sur le marché d’ici deux à trois ans.

Par ailleurs, d’autres molécules réduisant les plaques amyloïdes font également l’objet d’essais cliniques de phase III, comme le solanezumab ou le aducanumab.

Lire aussi : La pollution impliquée dans la maladie d’Alzheimer ?


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Un potentiel traitement anti-Alzheimer fondé sur une nouvelle molécule : la verubecestat”

  1. La maladie d’alzheimer a été décelée chez mon compagnon, il est actuellement suivi ,traite. par la molécule Donepezil….début de maladie…mais il souhaiterait participer aux essais cliniques de la nouvelle molécule verubecestat….Que faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page