Hauts-de-Seine : Gérond’if, responsable du programme ICOPE

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : DETECTION DES CHUTES

Partager cet article

La structure Gérontopôle d’Ile de France prend en main le programme ICOPE. Il vise à faire de la prévention pour les personnes en situation de perte d’autonomie.

Logo Gerondif

Mais alors c’est quoi le programme ICOPE ?

Crée par l’Organisation Mondiale de la Santé, le programme ICOPE aspire à retarder la perte d’autonomie en regardant les signes avant-coureur chez les seniors. Financé par l’Agence Régionale de Santé et les Conseils Départementaux, le projet s’inscrit dans le plan antichute. Dans les Hauts-de-Seine, c’est donc Gérondif qui s’en occupera et qui sera en collaboration avec Sémaphore Santé.

La démarche ICOPE représente un changement important dans la manière dont est abordée la santé. Au lieu de se concentrer principalement sur le diagnostic et le traitement des maladies, elle met l’accent sur les personnes et la prévention.

Icope aide les individus à rester en bonne santé pour qu’ils puissent continuer à faire ce qu’ils aiment le plus longtemps possible.

Anaïs Cloppet-Fontaine, Gériatre et cheffe de projet à Gérond’if

Pour ce faire, ICOPE favorise la coopération entre les différents acteurs de la prévention, du soin (et plus particulièrement les soins primaires) ainsi que les services médico-sociaux et sociaux pour une meilleure prise en charge globale de la santé.

À qui s’adresse le programme ?

La spécificité du déploiement du programme en Île-de-France repose sur la cible puisqu’il s’adresse principalement aux personnes à partir de 60 ans, autonomes et vivant à domicile, en particulier les plus vulnérables (précaires, migrants, aidants…) spécifiquement situés dans les zones géographiques pauvres en structures médicales.

Comment cela fonctionne ?

À partir de tests simples et ludiques une évaluation des six fonctions essentielles (locomotion, état nutritionnel, santé mentale, cognition, audition et vision) est réalisée en autoévaluation ou par un professionnel (Infirmier, kiné, travailleur social….) avec l’appui d’outils numériques développés par le Gérontopôle de Toulouse.

Si une fragilité est détectée dans l’un de ces domaines, une évaluation plus approfondie et un plan de suivi personnalisé sont mis en place. Très concrètement, il s’agit d’un accompagnement de la personne, qui conserve un rôle actif dans le renforcement ou la préservation de ses capacités.

Les acteurs locaux au centre du projet

Une des clés du projet réside dans l’implication des partenaires territoriaux qui œuvrent dans les domaines de la prévention, du social, du médico-social et du sanitaire. Il n’est pas trop tard pour les structures intéressées : elles peuvent encore rejoindre le projet en contactant Gérond’if ou le DAC pour le territoire 92 Nord.

Ces acteurs sont très impliqués : beaucoup d’entre eux ont déjà répondu présents et leur expertise nous est précieuse

Anaïs Cloppet-Fontaine, Chargée de Projet Recherche Clinique et Formation chez GÉROND’IF, gérontopôle d’Île-de-France

Les étapes du programme

  • La phase 1, entamée depuis juin dans le 92 Nord, est dite d’amorçage. Elle vise la structuration de l’environnement partenarial. Le dernier groupe de travail a eu lieu le 15 septembre 2023
  • La phase 2 correspond à la phase pilote. Il s’agit de former les différents acteurs, de s’assurer que la communication passe bien à la fois auprès des professionnels mais également auprès des bénéficiaires du dispositif. Ce sera également le temps des premières inclusions de séniors.

Ces deux premières phases doivent être dirigées en un an. Viens ensuite le déploiement du dispositif à une échelle plus large : l’étape 3.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut