Gérond’if promoteur d’une étude sur l’acceptabilité et l’usage de la réalité virtuelle chez les personnes âgées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : TECHNOLOGIES MOBILES & INFORMATIQUES

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Gérond’if, le gérontopôle d’Île-de-France, poursuit ses projets de recherche sur l’acceptabilité et l’usage des nouvelles technologies au service des personnes âgées. Le projet « VIRTUAGE », mené en collaboration avec l’Institut des Sciences du Sport-Santé de Paris (I3SP), l’Hôpital Paul Brousse AP-HP et deux start-ups de réalité virtuelle (Lumeen et KineQuantum), est destiné à mesurer les effets et l’acceptabilité de la réalité virtuelle immersive (RVI) à des fins récréatives et rééducatives chez les personnes âgées.

Soutenu par la Région Île-de-France – dans le cadre de l’appel à projets « Paris Region Phd 2019 », ce nouveau projet de recherche permettra d’établir des recommandations sur l’implémentation des outils de réalité virtuelle appliqués à la santé ou au bien-être afin d’en généraliser par la suite l’usage.

VIIRTUAGE : La réalité virtuelle pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées

Parmi les innovations technologiques actuellement disponibles dans le secteur du vieillissement, la réalité virtuelle connait un essor considérable.

Les sujets âgés représentent une population cible très intéressante pour la RV, du fait de sa facilité d’emploi, ses environnements modulables et de son accessibilité. Cette technologie s’est imposée comme un outil ludique mais aussi thérapeutique auprès des sujets âgés. Son efficacité a été suggérée vers l’amélioration des capacités motrices et de l’équilibre mais aussi dans le maintien et l’amélioration des fonctions cognitives. Sur le plan psychologique, la RV a montré sa pertinence dans le traitement de l’anxiété et de nombreux troubles phobiques.

Au-delà de l’efficacité de cette technologie, se posent des questions sur l’adhésion, la tolérance et l’ac-ceptabilité des sujets âgés pour la RV. En effet, il est rapporté qu’il existe des effets secondaires à l’usage de la RV connus sous le terme de « cybermalaises ». Ce sont des signes caractéristiques (vertiges, nausées, fatigue visuelle, etc.) semblables à ceux rapportés lors du mal des transports, et affectant à des degrés variables les usagers. S’ils sont le plus souvent sans gravité, ces malaises doivent naturellement être repérés et surveillés notamment auprès d’un public âgé.

Si la RV a montré son efficacité en tant qu’outil permettant de pallier les déficits liés au vieillissement et améliorer la qualité de vie de cette population, la prise en compte de l’adhésion et de la motivation des sujets âgés pour l’usage de la RV et des effets secondaires sont rarement évaluées.

Ainsi, afin de garantir ses effets en tant outil de loisir mais aussi thérapeutique, il semble important de tenir compte de ses effets secondaires pour garantir sa tolérance auprès des sujets âgés.

Gérond’if lance le projet de recherche « VIRTUAGE » sur l’acceptabilité et l’implémentation de la réalité virtuelle chez les personnes âgées

Cette recherche, qui fait l’objet de la thèse de doctorat d’Hajer RMADI, dirigée par le Pr Emmanuelle Du-ron (Hôpital Paul Brousse AP-HP) et Gilles Dietrich (I3SP, Université de Paris) et encadrée par Pauline Maillot (I3SP, Université de Paris), Sylvain Hanneton (I3SP, Université de Paris) et Romain ARTICO (Université Paris-Saclay) se décompose en deux études :

Etude RAVI : Evaluation de la tolérance et l’acceptabilité de l’usage de la réalité virtuelle auprès de résidents âgés en EHPAD

Réalisée auprès de résidents âgés de plus de 75 ans en Ehpad, cette première étude vise à évaluer l’acceptabilité mais aussi l’effet de l’exposition à un environnement virtuel naturel, conçu par la start-up Lumeen, sur le bien-être et l’anxiété des sujets âgés.

Etude Preuv : Evaluation de l’usage de la réalité virtuelle chez les personnes âgées comme outil de rééducation post-chute

Cette deuxième étude s’attache à évaluer la tolérance d’une thérapie rééducative en réalité virtuelle, développée par la société KineQuantum, chez des patients âgés hospitalisés en service de soins et de réédu-cation (SSR), souffrant d’une peur de chuter. Le but de l’expérience est de traiter les signes psychomoteurs et psychologiques secondaires à la chute.

Ces deux études permettront ainsi de valider l’efficacité de deux types d’environnements virtuels chez deux populations âgées différentes.

Il est attendu de ces travaux de recherche des données objectives pour réaliser un guide d’utilisation de l’outil et émettre des recommandations cliniques quant à l’usage la réalité virtuelle (à visée récréative et thérapeutique) auprès des sujets âgés.

Une étude sur la réalité virtuelle soutenue par la Région Île-de-France

Ce projet est soutenu par la Région Île-de-France dans le cadre du DIM « Longévité & Vieillissement » porté par Gérond’if et des bourses doctorales Paris Région PhD 2019.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page