La Fédération des Ascenseurs dévoile les résultats du 5e baromètre Ipsos: « Les Français et l’ascenseur »

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : MONTE ESCALISER & ASCENSEUR PRIVATIF

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Pour 89% des Français les aides à la rénovation devraient être étendues à la mobilité verticale. 75% jugent l’ascenseur nécessaire avant le 4ème étage.

La Fédération des Ascenseurs dévoile aujourd’hui en avant-première les résultats de sa 5e enquête annuelle ‘Les Français et l’ascenseur’ menée par l’institut d’études Ipsos.

Une attente très forte des Français en 2020 : l’extension à la mobilité verticale des aides à la rénovation des logements

En lien avec l’actualité de la rénovation des logements, ce 5e baromètre a sondé l’opinion des Français sur les aides financières pour cette rénovation. Aides dont le Gouvernement fait un axe fort du volet BTP de son plan de relance.

Les Français sont unanimes quant à un élargissement de ces aides financières à l’équipement en solutions de mobilité verticale : près de 9 Français sur 10 (89%) y sont favorables. Plus d’un tiers (38%) le jugent même essentiel. Une installation dont l’intervention est rentabilisée en quelques mois, qui rend de façon concrète le logement plus accessible et qui facilite la mobilité pour améliorer le quotidien des personnes à mobilité réduite, qu’il s’agisse des personnes âgées ou de tout un chacun dans certaines occasions de sa vie quotidienne. Une des réponses à l’enjeu crucial du maintien à domicile que la Fédération soutient depuis des années.

De façon concrète, s’ils étaient mieux informés sur les aides existantes pour s’équiper (en ascenseur, élévateur domestique, monte-escalier, plateforme élévatrice…), 6 Français sur 10 déclarent que cela les inciterait à doter leur immeuble ou leur maison (66% dont 22% certainement).

Dans le cas d’un logement en habitat collectif, 7 Français sur 10% attendent que cette information provienne de leur gestionnaire, bailleur ou syndic.

Une autre contribution majeure de la mobilité verticale aux yeux des Français : permettre le maintien à domicile

La crise du coronavirus a fait ressurgir d’une façon très vive le souhait des Français de pouvoir vieillir chez eux. Et face aux défis de la perte d’autonomie liée au grand âge, la mobilité des seniors a plus que jamais besoin d’être facilitée pour les aider à rester plus longuement à leur domicile.

N’oublions pas, le vieillissement de la population française s’accentue avec 40% de la population qui devrait avoir plus de 65 ans en 20401.

L’opinion des Français intègre désormais pleinement l’importance et le rôle que peuvent jouer les équipements de mobilité verticale.

En effet, les solutions de mobilité verticale (par le biais d’un ascenseur pour un appartement ou bien d’un élévateur ou monte-escalier pour une maison individuelle) sont leaders lorsqu’il s’agit du 1er choix, avec un total de 39%. S’en suivent la salle de bain adaptée pour 33% des Français, puis les sanitaires adaptés pour 10% d’entre eux.

Et que pensent les Français de l’équipement des lieux publics ? Globalement satisfaisante, avec 4 axes d’amélioration

Alors que l’ascenseur demeure le moyen de transport le plus utilisé avec plus de 100 millions de trajets par jour en France2, il est omniprésent dans le quotidien de tous et en particulier dans les lieux publics.

Les Français sont aujourd’hui globalement satisfaits du niveau d’équipement de ces nombreux lieux : 81% jugent les aéroports et (grandes) gares bien équipés, 78% les bureaux, 75% les centres commerciaux, 67% les parkings, 54% les lieux culturels/musées/cinémas.

Pour bien vivre en résidentiel, 7 Français sur 10 jugent l’ascenseur nécessaire avant le 4e étage

Le plébiscite des Français pour disposer d’un ascenseur en logement collectif est majeur, la loi ELAN ayant rendu obligatoire fin 2019 la présence d’ascenseurs à partir du 3e étage dans le neuf.

La preuve avec ces chiffres qui vont plus loin encore : un tiers des Français (32%) juge l’ascenseur nécessaire à partir du 2e étage. Parmi eux, 43% des femmes et 50% des hommes de plus de 60 ans sont de cet avis. Pour 43%, c’est dès le 3e étage que l’ascenseur est nécessaire, et enfin 19% à partir du 4e. Soit au total 75% de l’opinion pour qui l’ascenseur est nécessaire avant le 4e étage.

Et cet équipement reste de façon récurrente un critère décisif pour près d’un Français sur deux quand ils choisissent un nouveau logement, en location comme à l’achat. Pour 19% c’est même un critère systématiquement, pour 30% la plupart du temps.

Avec une certaine forme de logique, près de 6 Français sur 10 (54%) de plus de 60 ans ont ce critère de décision à l’esprit, pour 26% d’entre eux il est systématique.

Alors que le confinement a obligé des millions de Français à passer bien davantage de temps chez eux, leur expression d’un besoin de bien y vivre s’est faite encore plus vive depuis.

Pour cela, accéder facilement à son logement en accomplissant les tâches courantes du quotidien (le transport des courses, l’accompagnement d’un proche âgé ou de ses jeunes enfants) passe par le besoin de pouvoir utiliser un ascenseur.

Cette forte attente est certainement liée aux principales situations dans lesquelles la présence d’un ascenseur a pu manquer aux Français en 2020.

Il a manqué à :

  • 59% pour déplacer des charges occasionnelles (déménagement, encombrants, objets volumineux, valises…)
  • 53% des 60 ans et plus l’ont ressenti en 2020 (vs 59% de l’ensemble). Et ‘face à eux’, ce sont 7 jeunes sur 10 (73%) entre 18-24 ans qui ont eu ce ressenti (vs 59% de l’ensemble), vraisemblablement parce qu’ils prennent souvent une part active à ce type de ‘transport’.
  • 56% pour porter des charges du quotidien (courses, sacs…)
Déménagements personnes âgées

Ce sont même près de 7 jeunes sur 10 (67%) parmi les 25-34 ans qui ont souvent ce ressenti, possiblement rattaché à une situation de famille avec jeunes enfants (vs 56% de l’ensemble)

  • 3% en étant accompagnés par des proches âgés

Ici également, ce ressenti est éprouvé par les jeunes, par 57% des 18 à 24 ans qui soutiennent ou ont été amené à soutenir des parents âgés voire leurs grands-parents.

  • 40% en étant accompagnés par des enfants en bas âge

Dont 45% des 25-34 ans qui déclarent avoir ressenti ce manque d’ascenseur pour se déplacer dans ce cas.

  • Pour se déplacer suite à un accident de la vie (36%).

Un jeune sur deux (49%) entre 18 et 24 ans a regretté le manque d’ascenseur en étant dans cette situation (vs 36% de l’ensemble).

  • 23% pour sortir de chez soi

Près d’un Français sur 4 s’est senti pénalisé en 2020 dans son besoin de sortir de chez lui parce que son logement n’est pas équipé d’un ascenseur. Un besoin qu’un jeune sur trois de moins de 35 ans (29%) a éprouvé également (vs 23% de l’ensemble).


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page