AVC : savoir reconnaître les signes et prévenir les risques de récidive

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

L’AVC et sa récidive sont les premières causes de handicap chez l’adulte*; 505 000 personnes vivent avec ses séquelles. Aujourd’hui, il est possible de prévenir le risque de récidive en adaptant son mode de vie et en respectant le traitement prescrit par le médecin.

Fortement impliquées dans la prévention de l’AVC et de la récidive, la Fédération Nationale France AVC, la Société Française Neuro-Vasculaire (SFNV) et la Fondation Coeur et Artères, en partenariat avec Bayer HealthCare ont lancé cette année une nouvelle campagne de sensibilisation intitulée « le vrai danger ne prévient pas toujours« .

AVC, prévention, Bayer, Healthcare130 000 nouvelles personnes victimes d’un AVC chaque année

Chaque année, en France, près de 130 000 nouvelles personnes sont victimes d’un AVC*. 64% des Français connaissent dans leur entourage au moins une personne ayant déjà eu un accident vasculaire cérébral**. Ce mal frappe sans prévenir et de manière brutale, soudaine.

« Le grand public, notamment les personnes âgées, ne connaît pas bien l’AVC et ne perçoit pas son côté imprévisible. Pourtant, 1/3 des personnes victimes d’un AVC va avoir des séquelles, ce qui n’est pas négligeable. Auparavant, les médecins parlaient d’attaque cérébrale plutôt que d’accident vasculaire cérébral : cet intitulé montrait bien la brutalité et la soudaineté d’installation des symptômes », explique le Dr François Rouanet, neurologue, Hôpital Pellegrin, CHU Bordeaux Unité Neuro-Vasculaire.

Pour réduire au maximum les risques de séquelles, pire de mortalité, il est indispensable de connaître les signes d’un AVC pour agir vite. « Une déviation de la bouche ou du visage, une faiblesse du bras ou de la jambe, des difficultés pour s’exprimer, Il faut immédiatement appeler le 15 pour déclencher les secours qui vont adresser le patient dans un établissement de santé où il pourra être pris en charge rapidement. Des traitements existent pour essayer de déboucher l’artère du cerveau mais avec des délais de mise en route très courts, 6 heures au maximum », insiste le Dr Rouanet.

Un risque de récidive trois fois plus élevé dans les 5 ans suivant le 1er AVC

98% des Français considèrent, à juste titre, qu’une rechute est probable pour une personne ayant déjà été victime d’un accident vasculaire cérébral**. En effet, « entre 30 et 40% des patients risquent de faire un nouvel AVC dans un délai moyen de 5 ans », affirme le Dr François Rouanet. « Les patients qui récidivent sont ceux dont les artères sont déjà très abimées et ceux qui ne prennent pas les médicaments que le médecin leur donne après le 1er AVC. Ces médicaments servent à contrôler les facteurs de risque et ainsi éviter la récidive. Mais souvent, nous, médecins, n’expliquons pas clairement aux patients pourquoi nous leur imposons de prendre régulièrement des médicaments et qu’il va falloir les prendre toute la vie. Malheureusement, certaines personnes arrêtent le traitement dès qu’elles se sentent mieux et là, une nouvelle attaque peut survenir », ponctue-t-il.

Pour améliorer l’adhésion des patients au traitement et ainsi optimiser leur prise en charge et réduire les risques de récidive, certains hôpitaux proposent des séances d’éducation thérapeutique. « Les personnes suivant un traitement prescrit par un médecin doivent impérativement être observants. C’est vital ! Ils ne doivent en aucun cas l’interrompre. Ces médicaments soignent les facteurs de risque de l’AVC tels que l’hypertension artérielle, la fibrillation atriale, le cholestérol… Sans une bonne observance et une bonne hygiène de vie, les patients risquent de faire un second AVC », alerte quant à elle Françoise Benon, Présidente Nationale de la Fédération France-AVC.

*Guide Affection longue durée HAS – Accident Vasculaire Cérébral mars 2007
**Etude Ifop/Bayer « Les Français et les accidents vasculaires cérébraux ». Echantillon de 1002 personnes,
représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Du 11 au 13 septembre 2013.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


3 réflexions sur “AVC : savoir reconnaître les signes et prévenir les risques de récidive”

  1. Bonjour ,
    J ai fait un avc il y a maintenant 2 semaines (dont 1 semaine en icu,
    Resultat je parle tres difficilememnt , tout le reste est bon

    Pensez vous que je retrouverais la parole normalement un jour, ou cela est termine definitivement .
    Je sais que le cerveau a une capacitee de reparation assez prodigieuse

    Merci d une reponse
    J.e.m.

    1. Bonjour Monsieur,

      Nous vous invitons à consulter votre médecin pour davantage d’informations.

      Restant à votre disposition,

      La rédaction SilverEco.fr

    2. Bonjour Monsieur,

      Votre AVC est assez récent et comme vous l’avait compris, le cerveau a une capacité de réparation remarquable s’il est stimulé comme il faut. La récupération neurologique peut aller jusqu’à 100 jours post AVC.
      C’est pourquoi, vous ne devez pas perdre espoir et suivre avec rigueur et volonté les séances de kinésithérapie que vous effectuez sûrement déjà ainsi que d’orthophonie. La volonté des patients ayant fait un AVC influe beaucoup sur leur récupération; je vous conseille donc de stimuler un maximum le langage, votre thérapeute vous donnera sûrement des exercices à effectuer de votre côté et ceux ci sont très important.

      Courage à vous,
      Coradialement,
      Mme Crombez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut