« Les Français et le cancer » : un sujet qui n’est pas tabou chez les 56 – 75 ans

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

Livi, spécialiste en téléconsultation, s’est associé à Opinéa pour interroger 1010 personnes de 18 à 75 ans représentatif de la population française au sujet du cancer, de sa perception et des raisons pour lesquelles il est parfois considéré comme un sujet tabou. L’enquête met notamment en avant que pour les 56 et 75 ans, le cancer représente un tabou moindre par rapport à la moyenne. 

Cancer : La parole s’ouvre chez les 56-75 ans

L’enquête a été réalisée du 13 au 17 octobre 2022. Elle est basée sur des interviews en ligne et un échantillon de 1010 répondants de 18 à 75 ans, représentatif de la population française. Parmi eux, 313 répondants sont âgés de 56 à 75 ans.

Pour 64,9% des 56-75 ans, le cancer n’est pas considéré comme un sujet tabou. On remarque qu’ils sont plus sensibilisés à ce sujet que la moyenne générale (55,2%). Ils ne sont d’ailleurs que 3,2% à affirmer que le cancer est “tout à fait” tabou contre 9.2% sur l’ensemble des répondants. Au-delà du risque de mort (70,2%), le traitement douloureux (57,7%) et la méconnaissance de la maladie (56,2%) sont les principales craintes qui nourrissent le tabou chez les 56-76 ans.    

Les hommes se font moins dépister que les femmes

Les 56-75 ans se font en moyenne plus dépister que le reste de la population. En effet ils ne sont que 17,3% à ne s’être jamais fait dépister, alors que sur l’ensemble des répondants ils sont plus de 4/10 (45,7%) à n’avoir jamais réalisé de dépistage.

Par ailleurs, on remarque que les femmes de 56-75 ans se font plus dépister des cancers féminins (86,2%) que les hommes du même âge qui sont seulement 31,8% à se faire dépister des cancers masculins.

Si des initiatives comme le Movember sont à saluer, un grand travail de sensibilisation reste néanmoins à accomplir concernant les cancers masculins. En effet, les campagnes pour informer sur le cancer du sein ou la santé féminine plus généralement sont de plus en plus nombreuses. De la même manière, la sensibilisation aux cancers de la prostate et des testicules doit s’accentuer pour libérer la parole et les inciter à se faire dépister au moindre doute, afin de les prendre en charge le plus tôt possible. Pour les plus âgés, pourtant moins à l’aise avec le numérique, la téléconsultation reste une accès facilité et rapide à un avis médical permettant de préciser une symptomatologie potentiellement suspecte et d’orienter le patient dans un réseau de soin adapté , notamment pour des personnes isolées ou en perte d’autonomie par exemple.

Dr François BUTÉ, Livi

Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut