Le Collectif Je t’Aide présente son baromètre : Où sont les aidant.es et leurs proches dans la campagne présidentielle ?

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AIDANTS & AIDE AUX AIDANTS

Partager cet article

Seul 1 candidat sur 2 émet des propositions en faveur des aidant.es

A moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle, comment les aidant.es et leurs proches ont-ils été pris en compte par les différents partis politiques ? Le Collectif Je t’Aide présente son baromètre, qui analyse les propositions des candidat.es en faveur des aidant.es. Ce baromètre vise à faire réagir les candidat.es et à les amener à se positionner sur davantage de mesures pour les aidant.es et d’alimenter la réflexion des partis politiques en vue des élections législatives.

Pourquoi un baromètre ?

Transition démographique, augmentation du nombre de personnes atteintes de maladies chroniques, les aidant.es qui devront s’occuper d’un proche seront de plus en plus nombreux. En 2030, c’est un actif sur 4 qui sera aidant. Les enjeux sont de taille et pourtant la stratégie « Agir pour les aidants » annoncée par le gouvernement n’a donné lieu à ce jour qu’à une mesure visible : la mise en place du congé de proche aidant, encore trop limité. Le Collectif a jugé nécessaire d’étudier quels candidats se positionnent sur la question des aidant.es.

Le saupoudrage des propositions dédiées aux aidant.es dans les programmes met en lumière la sous-estimation de leur rôle. Nous constatons l’incapacité des candidat.es à penser la transition démographique et ses impacts et à y apporter des réponses concrètes dès aujourd’hui. Les aidant.es pallient les carences de notre système de santé et cela risque de s’aggraver si rien n’est fait.

Morgane Hiron, Déléguée Générale du Collectif Je t’Aide

Les aidant.es : les grands oubliés dans la campagne électorale

Contrairement aux autres sujets (handicap, perte d’autonomie …), le Collectif Je t’Aide fait le lourd constat que la question des aidant.es n’est présente que dans la moitié des programmes des candidat.es, alors qu’ils sont aujourd’hui 11 millions en France.

Après analyse des différents programmes, le Collectif note que quasiment aucun candidat.e ne propose d’avancées sur les droits des aidant.es : seuls 2 proposent l’allongement du congé de proche aidant ou la prise en compte du rôle d’aidant.e dans le calcul des droits à la retraite. Quant au répit, il apparaît dans un seul programme de campagne. Ni la formation des professionnel.les de santé et du secteur médico-social au repérage et à l’orientation des aidant.es, ni la simplification administrative dans le parcours de soin n’apparaissent dans les programmes de campagne.

En cette période agitée sur les différents scandales des Ehpad, 2 candidat.es sur 3 proposent bien la valorisation des métiers du soin et de l’accompagnement mais aucun n’apporte de solution pour la financer. Il en va de même pour la 5ème branche de la Sécurité Sociale qui, aujourd’hui, pose beaucoup question quant à son financement.

1 candidat sur 2 ne formule aucune proposition pour les aidants

Au final, peu de propositions concrètes sont formulées directement pour les aidant.es ; davantage d’aides sont proposées pour leurs proches.

Les revendications du Collectif Je t’Aide

Les aidant.es reste un sujet encore trop peu traité par les politiques et subsiste une invisibilisation de leur rôle primordial dans la société. Pourtant, la question porte bien sur quelle société voulons-nous pour prendre en charge les vulnérabilités ? Une réflexion globale et un vrai projet politique peinent à émerger et manquent crucialement dans le programme des candidat.es. Quant aux moyens financiers, ils sont totalement absents.

Dans la continuité de son engagement pour la défense des droits des aidant.es, le Collectif Je t’Aide se positionne pour une véritable prise en compte des aidant.es dans la société lors du prochain quinquennat.

Il souhaite également qu’une suite soit donnée à la stratégie aidants annoncée en 2019 par le Gouvernement. Répit, congés, cotisations retraite, santé, information, formation, simplification des démarches administratives, … Tous les aspects de l’aidance doivent être pris en compte et davantage de moyens doivent être accordés.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut