Le Groupe SOS s’engage pour que le mieux vieillir ne soit pas un privilège

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AUTONOMIE & DEPENDANCE

filiere silver economie international festival 2024
Solutions pour bien vieillir
Partager cet article

Depuis plus de 10 ans, l’association Groupe SOS Seniors accompagne les personnes âgées, selon les parcours de vie, les moyens ou leur lieu de résidence, afin que chacun puisse vieillir dans les meilleures conditions, en établissement ou à domicile. Le Groupe publie aujourd’hui 11 recommandations pour que le mieux vieillir ne soit pas un privilège, mais un droit accessible à toutes et tous.

logo groupe sos seniors
logo groupe sos

Un plaidoyer pour combattre les exclusions et les difficultés que rencontrent les seniors

D’après une étude de la Dress, une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes de 1,2 million en 2012 à 3,62 millions d’ici 2060 serait envisageable.

Combattre les exclusions et les difficultés rencontrées par les seniors incite le Groupe SOS Seniors à agir et à innover pour apporter les solutions les plus adaptées aux crises. Le Groupe SOS Seniors a notamment mis en place le surloyer solidaire. Ce concept a récemment été repris dans la Loi Bien Vieillir de mars 2024. Une victoire pour lutter contre les inégalités d’accueil.

Aujourd’hui le Groupe SOS Seniors publie un nouveau plaidoyer, « pour que le mieux vieillir ne soit pas un privilège », et comprend des propositions concrètes pour rendre les seniors pleinement acteurs de leurs choix tout en conservant le plus longtemps leur autonomie et en s’engageant à renforcer le lien social.

Quelques propositions du plaidoyer

« Faire de la lutte contre l’isolement social un enjeu prioritaire »

  • Proposition 1 : Mettre la lutte contre l’isolement des seniors en priorité nationale, avec des actions de sensibilisation pensées à grande échelle, pour toucher toute la société.

« Fluidifier le parcours de santé des seniors »

  • Proposition 5 : Développer massivement le recours aux bilans fragilités réalisés dans les hôpitaux pour les personnes âgées en établissement, pris en charge par la sécurité sociale directement, tout en collaborant avec des équipes mobiles hospitalières, capables d’effectuer ces bilans directement dans les Ehpad, afin de réduire les déplacements des seniors fragiles.

« Multiplier les solutions alternatives en faveur des personnes vieillissantes requérant des accompagnements spécifiques »

  • Proposition 7 : Élargir le dispositif d’Appartements de coordination thérapeutiques au public précaire vieillissant permettant d’accompagner leur volonté de se maintenir à domicile en renforçant pour cela l’accompagnement nécessaire.

« Renforcer l’ouverture aux voisin.e.s âgé.e.s des Ehpad pour soutenir le maintien à domicile »

  • Proposition 9 : Diffuser le développement des Centres de ressources territoriaux ou d’équipes mobiles pluridisciplinaires à tous les Ehpad volontaires pour intervenir auprès des personnes fragiles sur leur territoire de proximité, particulièrement en secteur rural.

« Assurer un nombre de professionnel.le.s suffisant dans les établissements au service des personnes âgées »

groupe sos seniors plaidoyer
  • Proposition 14 : Assurer le financement des postes permettant d’atteindre un ratio d’encadrement de 8 professionnel.le.s pour 10 résident.e.s, comme le préconise le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge, permettant d’augmenter le temps soignant et médical, mais aussi les temps d’intervention des psychologues, ergothérapeutes et psychomotriciens dans nos établissements.

Actuellement il est de 6 pour 10 dans leur organisation, moyenne du secteur dans lequel il travaille. Ce ratio leur permettrait un accompagnement de meilleure qualité pour les personnes en perte d’autonomie. Ce renforcement de compétences doit aller de pair avec un alignement des rémunérations dans le secteur associatif au même niveau que dans les établissements publics.

  • Proposition 15 : Doter les Ehpad de postes d’infirmiers en pratique avancée pour favoriser la coordination des soins et lutter contre la désertification médicale.

« Soutenir la promotion des gestes responsables et l’intégration des énergies renouvelables dans nos établissements »

  • Proposition 23 : Mobiliser des incitations financières pour favoriser les investissements nécessaires à l’intégration des énergies renouvelables dans leurs établissements.
  • Proposition 24 : Supprimer l’interdiction des récupérateurs d’eau de pluie dans les établissements sociaux et médicosociaux. Le projet d’un décret est d’ailleurs en cours.
image plaidoyer

Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *