« Objectif Grand âge : éviter l’hôpital » un rapport du Think Tank Matières Grises

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

Le Think Tank Matières Grises, qui réunit des acteurs de la filière d’accueil et de prise en charge des personnes âgées, a présenté son second rapport « Objectif Grand âge : éviter l’hôpital » qui met en lumière les solutions pour limiter les hospitalisations des personnes âgées.

Dans un contexte de crise des services d’urgence et des hôpitaux, d’EHPAD bashing et en pleine préparation de la loi Grand Âge et Autonomie, ce rapport s’inscrit dans une démarche en accord avec les objectifs du Plan « Ma Santé 2022 » lancé en septembre 2018. Il met en avant le fait que les personnes âgées sont des patients plus fragiles que les autres et pour qui les taux d’hospitalisation sont plus élevés, les durées de séjour plus longues et les passages aux urgences plus nombreux et que par conséquent, l’hospitalisation peut être problématique dans la vie des seniors aussi bien financièrement que pour des raisons sanitaires. Cependant, sans proposer de nouvelles solutions, ce rapport met en lumière les dispositifs permettant de limiter les hospitalisations déjà existants et qu’il est nécessaire de développer.

Think Tank matières grises

Des hospitalisations indésirables

Chez les seniors, les hospitalisations peuvent s’avérer plus longues et plus fréquentes. D’après le rapport de Matières Grises, le taux d’hospitalisation des plus de 80 ans s’élève à 406% contre 191% pour l’ensemble de la population et ce, principalement pour des chutes ou problèmes cardio-vasculaires. A partir de 85 ans, les séjours à l’hôpital sont d’une durée moyenne de 10 jours soit le double par rapport à la durée d’hospitalisation des moins de 64 ans. Dans certains cas, ces séjours à l’hôpital peuvent être la cause d’une perte d’autonomie pour 30 à 60% des seniors âgés de 70 ans et plus.

Par ailleurs, ces hospitalisations se font souvent après un passage aux urgences qui peut durer plus de 4h dans 57% des cas chez les plus de 75 ans. Le rapport dénombre 45% des hospitalisations de personnes de plus de 80 ans s’étant faites en passant par les urgences et met en avant le fait que pour les résidents d’EHPAD le risque de passage aux urgences est doublé.

Cependant, il est possible de limiter le nombre d’hospitalisations grâce à plusieurs solutions qu’il est nécessaire de développer. A long terme, cela pourrait mener à plusieurs milliards d’euros d’économie pouvant être reversés au secteur du Grand Âge.

Hospitalisation à domicile

Bien que les seniors représentent la majorité de la patientèle de l’hospitalisation à domicile, ils n’y recourent que rarement, souvent en cas de plaies complexes ou de fin de vie. Il en va de même pour les EHPAD qui ne sont que 1,7% à y recourir.

En développant cette solution, elle pourrait à terme, remplacer l’hospitalisation dans certains cas. Mais il existe encore des freins à son évolution :

  • La méconnaissance des prescripteurs médicaux vis-à-vis de l’HAD (en général et en Ehpad)
  • L’absence de protocoles partagés
  • Les difficultés d’accès à un avis médical pour les résidents d’Ehpad

IDE de nuit

Relation infirmière patient

Expérimenté depuis 2014 et ayant déjà fait ses preuves, le principe de l’IDE de nuit permet de diminuer les hospitalisations, de réduire et optimiser le recours à la régulation, de sécuriser les prises en charge de nuit et de réduire les durées d’hospitalisation grâce aux soins techniques programmés. Il est encore marginalisé en raison de difficultés de mise en œuvre mais devrait être généralisé et se développer plus amplement d’ici 2020.

Une meilleure formation

En EHPAD, des équipes mieux formées à la gestion des urgences et ayant une meilleure connaissance de l’environnement local pourraient permettre une diminution des hospitalisations et des passages aux urgences.

Pour les interventions à domicile, une meilleure formation des professionnels pourrait contribuer, dans certains cas à la prévention ou l’anticipation des hospitalisations.

Tarif Global et pharmacie à usage interne en EHPAD

Avec une meilleure maitrise des ressources au sein des EHPAD, il est possible de limiter les hospitalisations. Les EHPAD en Tarif Global en sont la preuve, grâce à des ressources mieux organisées, on peut y observer un taux d’hospitalisation plus faible que dans les EHPAD en Tarif Partiel. Cette distinction peut s’avérer encore plus importante lorsque les établissements disposent de pharmacies à usage interne qui peut réduire les prescriptions inappropriées et par conséquent diminuer les risques d’iatrogénie médicamenteuse, l’une des premières cause d’hospitalisation chez les seniors. Cependant, pour des raisons législatives, ces solutions demeurent peu démocratisées.

Soins palliatifs

Actuellement, les soins palliatifs ne sont que peu anticipés dans les EHPAD. Pourtant, une meilleure anticipation pourrait permettre d’éviter certaines hospitalisations. Il faudrait pour cela favoriser le recours aux équipes mobiles de soins palliatifs et mieux identifier les résidents pour qui ils sont nécessaires en particulier grâce au développement des directives anticipées.

Télémédecine

Dispositif en plein développement actuellement, la télémédecine est reconnue pour être une solution permettant de simplifier l’accès aux soins, de répondre à l’enjeu des déserts médicaux mais aussi de limiter les hospitalisations et passages aux urgences notamment grâce à la téléconsultation. Même s’il existe encore quelque freins techniques mais ce dispositif se démocratise peu à peu.

Hébergement temporaire

Si on ne peut réduire la durée d’hospitalisation des personnes âgées, il est cependant possible d’avoir recours à l’hébergement temporaire qui permet de maintenir un temps d’hospitalisation adapté ailleurs que dans les hôpitaux. Certains EHPAD expérimentent cette solution depuis 2013 en proposant des places limitées à 30 jours d’accueil et un coût similaire à celui des hôpitaux. Cette expérimentation a permis de dresser un bilan positif au niveau de la prise en charge et au niveau économique. Par conséquent, 1000 places sont financées en 2019. Afin de développer cette solution à grande échelle, il faudra que celle-ci puisse s’adapter aux spécificités locales et aux structures déjà existantes.

Consulter l’intégralité du rapport « Objectif Grand âge : éviter l’hôpital »

Consulter la synthèse du rapport


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut