Un jour, un lauréat : Interview de Thomas Balandret, fondateur de Toccata et lauréat de la catégorie RH/RSE/Formation

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FORMATIONS & CONSEILS

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Le 17 décembre 2020, les Trophées SilverEco et du Bien-Vieillir 2020-2021 ont récompensé 12 lauréats et 3 prix « Coup de cœur ». La rédaction de SilverEco.fr les a rencontré. L’occasion d’échanger avec eux sur leur projet. Mais aussi, sur leurs actions, leurs ambitions et leur expérience SilverEco !

Lauréat dans la catégorie RH/RSE/Formation, Thomas Balandret est la fondateur de Toccata. Suite aux mesures de confinement, l’interview vidéo dédiée à nos lauréats n’a pas pu être réalisable. Cependant, découvrez ici ses motivations, ses actions, ses projets mais aussi son vécu de l’expérience SilverEco !

SilverEco.fr : Bonjour ! Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ainsi que votre entreprise Toccata ?

Thomas Balandret : Bonjour ! Alors j’ai 27 ans et j’ai co-fondé Toccata avec Nathalie, qui est ma maman et mon associée, en 2018. Nous sommes complémentaires. Elle est la directrice pédagogique chez Toccata et moi je suis plus axé sur la partie digitale/animation pour les offres de formations. C’est à dire, comment sont-elles proposées, à qui … ?

Pourquoi avoir opté pour un support de formation digital ?

Pour favoriser la mise en place des actions de formations dans le secteur de l’aide à domicile ainsi que, plus globalement, le développement des compétences de toutes les personnes qui interviennent professionnellement ou bénévolement au près des personnes dépendantes ou fragilisées par l’âge ou la maladie.

Pourquoi avoir choisi le secteur de la formation à l’aide à domicile ?

Pour nous ça a été comme un évidence. On s’est rendu compte qu’il y avait une réelle demande et de nombreux besoins sociétales à combler, que ce soit en France ou dans le monde. Notre société est en pleine transition démographique, il y a donc un réel besoin d’accompagnement de la population dans son vieillissement. Donc il y a un besoin de formation qui est fondamentalement lié à cette problématique.

De plus, depuis de nombreuses années les formations à distance ou un digital fleurissent dans tous les domaines. Cependant, le secteur de l’aide à domicile était un peu laissé pour compte. Donc nous on a décidé de remédier à cela en diffusant le digital pour favoriser l’accès à la compétence, à la formation, aux diplômes. Et bien sure le lien social puisque nos formations sont l’occasion pour les professionnels de se retrouver entre eux, qu’ils soient d’une même structure ou extérieur.

Qui sont vos formateurs ?

Nos formateurs sont tous des professionnels de leur domaine. Ce ne sont pas forcément des intervenants de l’aide à domicile mais ça peut être des médecins, des aides soignants, des infirmiers … Par exemple, sur toutes les formations sur Alzheimer ou les maladies psychiques, l’intervenant est un infirmer en hôpital psychiatrique.

En bref, pour chaque thématique nous collaborons avec un professionnel qualifié. C’est aussi là la richesse de notre formation, nous n’avons pas deux ou trois intervenants pour toutes les classes proposées mais bien une personne qualifiée dédiée à chaque thème.

Vos formations s’adressent-elles uniquement aux professionnels reconnus ?

Alors non et justement cette ouverture fait partie de l’un de nos tout nouveau projet. L’objectif est de former des personnes qui sont en reconversion professionnelle, qui cherche un emploi dans le secteur de l’aide à domicile… Notre nouvelle mission n’est plus de seulement former des professionnels qui sont déjà en poste mais également former un nouveau vivier d’intervenants professionnels qui seront nécessaire dans les dix, vingt, trente prochaines années.

Et c’est pour faciliter l’accès à la formation que nos programmes sont disponibles sous forme d’application mobiles depuis smartphone, tablette ou PC. Mais également sous format de classes virtuelles et d’accompagnement à la VAE à distance.

Pourquoi avoir participé aux Trophées SilverEco et du Bien-Vieillir ?

Pour gagner ! Plus sérieusement c’était une belle opportunité pour nous de gagner en visibilité et de montrer ce qu’on a créé et ce qu’on a mis en place durant de nombreux mois sur toute la période 2019-2020. On souhaitait vraiment défendre et valoriser le digital en montrant que, oui, même dans le secteur de l’aide à domicile, le digital à sa place.

Et en parallèle, profiter de cet évènement pour casser certains préjugés qui l’entoure comme par exemple le fait que le digital demande de grandes mise en place, qu’il soit réservé à une certaine élite… Comme tous les secteurs, l’aide à domicile mérite d’avoir des formations innovantes et des outils de formations prestigieux.

Que représente pour vous cette nomination de lauréat ?

C’est une fierté et une motivation supplémentaire. Même si on ne peut pas dire que nous sommes « en lancement », nous restons une toute jeune structure qui a encore besoin de reconnaissance. Pour répondre aux défis du vieillissement il faut s’ouvrir aux solutions qui se développent et nous notre objectif est de proposer des formations qui représentent un réel atout pour la personne formée et pour son entreprise.

Un conseil pour les futurs candidats ?

De bien se préparer, d’être sure de son projet et des valeurs qu’il véhicule. L’important est de convaincre le jury que notre service apporte une solution concrète à un problème bien présent. Et si on est convaincu de ce que l’on propose, le jury le sera aussi !

Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour la suite ?

En 2020 on a déjà formé plus de 1000 professionnels, donc que ce nombre continu d’accroître. Et puis continuer d’œuvrer pour que le secteur comprenne que le digital est une réelle solution au problème de manque de formation, de sous-valorisation ou tout simplement de manque de personnel.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut