Voyage vers le futur : Comment serons-nous soignés en 2030 ?

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

Voyage vers le futur : Comment serons-nous soignés en 2030 ? Réponse le 14 septembre 2018 au Carrousel du Louvre à l’occasion de la 3ème édition de PharmaCité, l’Université des entreprises du médicament (leem). 

Pour sa troisième édition, PharmaCité, l’Université des entreprises du médicament, organisée par le Leem le 14 septembre 2018 au Carrousel du Louvre, explorera la santé du futur. Plus de 1 000 participants – chercheurs, professionnels de santé, patients, étudiants, industriels, startupeurs – sont attendus à ce rendez-vous, introduit cette année par un sondage exclusif d’Ipsos sur les attentes des Français en matière de progrès thérapeutique. Ce sera également la première prise de parole du nouveau Président du LEEM, Philippe Tcheng, élu le 11 septembre.

Pour 63 % des Français, les progrès en santé en 2030 viendront d’abord des nouveaux médicaments

Les Français considèrent en effet, dans leur très large majorité, que les progrès en santé d’ici 2030 viendront des nouveaux médicaments comme l’immunothérapie et la thérapie génique (pour 63 % d’entre eux) et de la régénération des cellules (pour 59 %), d’après un sondage Ipsos réalisé auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 2.000 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas), interrogées par Internet, du 10 au 20 août 2018.

Perçues également comme des sources de progrès pour le futur, la chirurgie assistée par des robots, le recours à l’Intelligence Artificielle et les applications de santé numérique n’arrivent qu’en deuxième rang, illustrant les points de vigilance que la population exprime à l’égard du respect des données personnelles et du risque de déshumanisation de la relation entre les professionnels de santé (auxquels ils accordent, par ailleurs, un très fort niveau de confiance) et les patients.

Si les progrès à venir reposent, selon les Français, sur les nouveaux médicaments, c’est qu’ils sont une réponse immédiate aux maladies qui les inquiètent le plus, au premier rang desquelles le cancer. Dans ce contexte, la personnalisation des traitements est également perçue comme une source potentielle de progrès pour une partie de la population (38 % des personnes interrogées).

Guérir du cancer et de la maladie d’Alzheimer : deux priorités pour les Français d’ici 2030

La seconde question posée aux Français par Ipsos pour PharmaCité concerne la recherche sur le médicament et les maladies qu’elle permettrait de guérir d’ici 2030. La majorité d’entre eux (83 %) espère la guérison du cancer, très largement devant une autre maladie qui inquiète significativement les Français : Alzheimer (53 %).


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut