Culture : « L’année du robot » une exposition photographique par Yves Gellie

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Dès le 26 février, découvrez l’exposition « L’année du robot » d’Yves Gellie, une série de 10 photographies axées sur la relation entre seniors et robots en EHPAD. Organisée par le Gérond’if, le gérontopôle d’Île-de-France, et avec le soutien de Malakoff Humanis, cette exposition sera présentée durant deux mois dans 12 établissements gériatriques d’Ile de France afin de sensibiliser les professionnels, visiteurs et résidents d’établissements gériatriques sur ces nouveaux outils de médiation.

« Une exposition photographique itinérante pour nourrir la réflexion sur l’usage de la robotique sociale en gériatrie »

Au croisement de l’art et de la science, « L’année du robot » traite de l’être humain et de son double artificiel. Telle une série d’archives détaillant les premiers contacts et dialogues entre un robot et des êtres humains, elle explore le phénomène de la dissonance cognitive, infime et mystérieux espace relationnel qui se déploie entre ces deux acteurs. Elle fait intervenir des personnes âgées, parfois atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Credit : Yves Gellie

Cette série de photographies puise dans la fiction en s’ancrant dans la réalité. Les scènes qui les composent nous racontent un futur tour à tour désiré, imaginé et parfois rejeté par nos sociétés. En poussant le robot vers une autonomie rêvée, idéalisée, presque à portée de main, il s’agit de montrer la fascination et, parfois, l’envie irrésistible qu’ont les humains de communiquer avec ces machines. Ces rapports idéalisés leur apparaissent parfois plus simples, plus apaisés par rapport à ceux qu’ils peuvent avoir avec leurs semblables.

L’artiste : Yves Gellie

Yves Gellie est un artiste qui s’intéresse depuis plusieurs années au relationnel homme-machine. Son travail est unanimement reconnu par le monde de l’art. Le développement des robots ne constitue pas pour lui l’essentiel. Les problèmes d’ingénierie et d’intelligence artificielle seront de toute façon résolus, ce n’est qu’une question de temps et de moyens. Par contre, la façon dont les êtres humains vont s’approprier ce nouvel espace relationnel reste peu exploré et confiné aux laboratoires.

Lors d’un séjour en Afghanistan pour étudier l’avènement des robots dans les unités combattantes américaines et françaises, il découvre le phénomène de la dissonance cognitive auprès de démineurs utilisant des robots.

Crédit : Yves Gellie

De retour à Paris, il décide d’ancrer son projet dans l’univers médical qui lui apparaît un espace riche de sens et de potentialités où ces machines humanoïdes peuvent être en contact quotidien avec des êtres humains. Il rejoint pendant quelques mois l’équipe du laboratoire Lusage de l’hôpital Broca à Paris. Il y élaborera son propre protocole de travail et commencera le tournage d’un film et la réalisation d’une série de photographies avec son assistant Maxime Jacobs. Malakoff Médéric Humanis et la production UPIAN le rejoindront au cours du tournage lui permettant ainsi de réaliser «L’année du robot».


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Culture : « L’année du robot » une exposition photographique par Yves Gellie”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page