De la médecine de précision à une prévention personnalisée : des clés pour un vieillissement réussi

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

C’est en 1999 que le concept de « médecine de précision » a été évoqué pour la première fois [Source : Langreth R, Waldholz M. New era of personalized medicine: targeting drugs for each unique genetic profile. Oncologist [Internet]. 1999]. Ce concept désigne une part des population, souvent limitée, de patients pouvant bénéficier d’un « produit de santé » ciblé dont le développement est régulièrement coûteux.

Le concept de « médecine de précision » devrait être aussi adapté au cas de populations marquées par le vieillissement et la perte d’autonomie ou susceptibles de faire face à ces situations à l’avenir. La population âgée reste la plus coûteuse en matière de soins et souffre généralement de multiples maladies chroniques et d’incapacités fonctionnelles.

L’importance de la prévention dans ces situations conduit à promouvoir des décisions cliniques précoces et des interventions efficaces et sécurisées, en élargissant le concept de « médecine de précision » à celui de « prévention personnalisée » [Beckmann JS, Lew D. Reconciling evidence-based medicine and precision medicine in the era of big data: challenges and opportunities. Genome Med [Internet]. 19 déc 2016]. L’objectif de cette extension est de garantir un vieillissement en bonne santé, avec une fonctionnalité active [Standford University. Precision Medicine and Health].

aidant-aide-bonheur-senior

La mise en œuvre de la « prévention personnalisée » repose avant tout sur l’utilisation d’informations prédictives, de données sur l’historique de santé familiale, d’informations sur les déterminants liés à l’environnement (généraux, professionnels, domestiques) et les comportements de vie, y compris l’alimentation, ainsi que sur l’évaluation des risques [Au R, Ritchie M, Hardy S, Ang TFA, Lin H. Aging Well: Using Precision to Drive Down Costs and Increase Health Quality. Adv Geriatr Med Res. 2019].

La mise en pratique de cette « prévention personnalisée » vise à identifier les facteurs de risque sur lesquels il est possible d’agir afin de :

  • réduire les maladies cardiaques, le diabète, les maladies cérébrovasculaires, les états dépressifs et les cancers, qui ont souvent un début insidieux, une progression trompeuse et un pronostic difficile à évaluer avant l’apparition de symptômes cliniquement détectables
  • gérer leurs conséquences sur la santé et l’autonomie
  • éviter l’augmentation des coûts associés à ces maladies

Elle encourage également à compléter les visites médicales annuelles par une utilisation plus étendue des dispositifs de surveillance continue de la santé (collecte de données, moteurs de recherche), permettant ainsi d’obtenir une image plus détaillée des risques encourus et des premiers signes de maladies. Le tout dans le but de redéfinir des statuts « asymptomatique » et « présymptomatique ».

Cette méthode invite enfin à s’appuyer sur le développement des technologies portables du type capteurs pour faciliter le « bien-vieillir ». Ces technologies portables de « précision » fournissent des données physiologiques comprenant :

  • l’analyse en temps réel qui permettra un suivi objectif de l’état de santé fonctionnelle (mobilité, posture, activité quotidienne et qualité du sommeil)
  • la réadaptation personnalisée
  • la prise de décision thérapeutique
  • et l’évaluation des résultats

Il est essentiel de garantir la confidentialité des données, ces technologies basées sur la collecte de données, la portabilité, la géolocalisation et la téléassistance pourront donc bénéficiées :

  • au dépistage des risques
  • le diagnostic, en particulier dans le domaine cardiovasculaire
  • et la prédiction des exacerbations aiguës de maladies chroniques avec une anticipation de sept jours

Dans le but d’améliorer la prévention des maladies chroniques et de maîtriser le fardeau économique lié à leurs soins ainsi qu’aux avancées de la médecine de précision [Shapiro SD. The promise of precision medicine for health systems. Am J Health Syst Pharm. 1 déc 2016], l’Académie nationale de médecine recommande :

  • de développer la personnalisation des actions de prévention, y compris la vaccination, par les médecins, les autres professionnels de la santé et le public. Cela implique la création d’un « film » en temps réel sur la santé d’un individu, permettant d’identifier les périodes où les interventions seraient les plus efficaces pour favoriser un meilleur vieillissement
  • que les campagnes de prévention se concentrent notamment sur les « rendez-vous de prévention » aux moments clés de la vie, tels que les tranches d’âge de 40-45 ans et 60-65 ans. Les avancées technologiques sont également utilisées pour promouvoir un vieillissement en bonne santé
  • que les pouvoirs publics affectent les moyens financiers pour garantir que les politiques de prévention en matière de santé contribuent au développement de la prévention personnalisée

Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut