Marché de l’audition, assistants d’écoute VERSUS appareils auditifs

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Du fait du vieillissement de la population et du faible taux d’équipement des français, le marché des dispositifs d’aide à l’audition s’annonce prometteur. Les marges y sont confortables et de nouveaux acteurs se positionnent sur ce secteur en proposant notamment des assistants d’écoute. Face à l’augmentation de l’offre de ces produits les acteurs traditionnels du secteur et audioprothésistes souhaitent être entendus.

Audition : un marché prometteur

Parmi les personnes présentant des troubles de l’audition, seulement 15% sont actuellement équipées (en comparaison les chiffres sont de 27% au Royaume-Uni et 35% aux USA), 6 millions de français vivent ainsi avec un trouble de l’audition sans être équipés.

Ce faible taux d’équipement s’explique notamment par l’existence de tabous liés aux appareillages auditifs.
Ces freins psychologiques (la peur de « faire vieux ») devraient progressivement être levés, à ceci s’ajoute le vieillissement de la population, autant d’ingrédients qui laissent présager une croissance du secteur de plus de 8% par an (estimation marché 2009 selon Alcimed : 740 millions d’euros / 463.000 prothèses).

Il est donc naturel de voir de nouveaux acteurs se positionner sur ce marché, ainsi le groupe Alain Afflelou a récemment annoncé le lancement de son offre de prothèses auditives avec l’ouverture de plusieurs enseignes « Alain Afflelou Acousticien » sur ce 2ème semestre 2011.

Assistants d’écoute VERSUS appareils auditifs

D’autres acteurs arrivent sur le marché et positionnent leur offre sur le prix et la simplicité d’équipement. Ainsi, alors qu’une audioprothèse classique coûte environ 1500 €uros par oreille avec un très faible remboursement, et exige plusieurs consultations chez un spécialiste ORL, la société SONALTO propose une oreillette auditive de confort, non médicalisée dite « assistant d’écoute » vendue à un tarif inférieur à 300 €uros.

Octave de Sonalto : l'assistant d'écoute> L’assistant d’écoute Octave, la solution proposée par Sonalto
« Prêt à l’emploi, accessible en libre-service en pharmacie, ne nécessite pas l’intervention d’un spécialiste »

Octave est donc un assistant d’écoute présenté ainsi par Sonalto : « une nouvelle oreillette auditive numérique qui amplifie intelligemment les sons pour améliorer votre confort d’écoute. Prêt à l’emploi et accessible en libre-service chez votre pharmacien, Octave ne nécessite pas l’intervention d’un spécialiste. »

Même si Sonalto précise qu’Octave « n’est pas une prothèse auditive (…) si vous ressentez une gêne persistante, consultez un médecin ORL », certains audioprothésistes, Audika en tête, s’opposent au développement de cette offre qui commence à être largement diffusée en pharmacie et souhaitent qu’il n’y ai pas de comparaison entre une audioprothèse et un assistant d’écoute, d’autant que le différentiel tarifaire est important.

Audika> Audika rappelle les spécificités de l’appareillage auditif :
« les assistants d’écoute sont à l’audition ce que les lunettes loupes sont à la vue »

Ainsi face à l’émergence sur le marché d’assistants d’écoute, Audika (leader de la correction auditive en France) tient à rappeler dans un communiqué les spécificités d’un appareillage pour « éviter toute dérive et amalgame qui risqueraient de fausser la réalité d’une pratique complexe ».

« Toute déficience auditive n’est pas une presbyacousie – rappelle Audika – Derrière la baisse d’audition peut se cacher des pathologies plus graves. Aussi, s’appareiller sans prescription médicale peut retarder un diagnostic et la mise en place d’une thérapeutique appropriée et efficace. La délivrance d’un appareil auditif est soumise à prescription médicale préalable. »

Audika ajoute que « L’audioprothésiste, professionnel qualifié, est alors en mesure de pratiquer la rééducation auditive de l’ouïe déficiente appareillée, de définir la prothèse auditive adaptée, et d’en contrôler son efficacité immédiate et permanente. Il assure un accompagnement humain et psychologique du patient, garantie un suivi complet de l’appareillage (réglage et suivi technique).
Alors que l’appareillage auditif répond à un objectif médical, l’assistant d’écoute ne procède qu’à une amplification basique du son. Il permet de pallier à des problèmes auditifs mineurs, sans tenir compte des spécificités liées à la perte d’audition.
»

« L’appareillage auditif est réalisé sur-mesure, il nécessite la prise d’une empreinte du conduit auditif afin de procurer le plus de confort possible à son utilisateur. Tout appareillage auditif nécessite un réglage spécifique, adapté au mode de vie de celui qui les porte. Ces aides auditives, dernières générations numériques et quasiment invisibles, améliorent ainsi le confort de vie des malentendants. »

En conclusion pour le N°1 français de l’Audition, « quand l’appareillage auditif doit s’adapter à la déficience de l’ouïe, l’assistant d’écoute est issu de produits standardisés, vendus en libre service, sans suivi personnalisé. »

La bataille semble donc être engagée sur le marché de l’audition. L’idéal pour tous serait de constater une baisse des prix des appareils auditifs. Le marché est en progression les économies d’échelle des fabricants devraient donc le permettre.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Marché de l’audition, assistants d’écoute VERSUS appareils auditifs”

  1. Un article intéressant, je ne connaissait pas cette appareil (octave) qui est apparemment un excellent alternatif à un appareil auditif classique pour remédier à de petites pertes auditives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page