Etats-Unis : les assureurs prennent des mesures pour ralentir l’augmentation alarmante des chutes chez les seniors

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : INTERNATIONAL

Partager cet article

10 000 personnes atteignent chaque jour l’âge de 65 ans aux Etats-Unis. Le pays connaît donc, au même titre que la très grande majorité des pays occidentaux, un vieillissement de plus en plus rapide de sa population.

Les Etats-Unis doivent ainsi faire face à plusieurs problèmes tels que la malnutrition des seniors ou encore le taux très élevé de chutes qui entraîne des hospitalisations et des dépenses de soins importantes.

Drapeau USALes chutes, un fléau pour les seniors américains

Chaque année, un américain sur trois âgé de 65 ans et plus chute. Bien qu’elles n’entraînent pas toutes des blessures, les chutes sont la première cause de mortalité chez les seniors, elles constituent aussi la première cause de fractures et de traumatismes crâniens. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : chaque année, 258 000 seniors américains souffrent de fractures de la hanche, 95% d’entre-elles sont dues à des chutes.

death-rate-graph-500w

En 2013, les USA ont dépensé 34 milliards de dollars pour des frais médicaux directement liés aux chutes. Le coût de la prise en charge d’une personne âgée victime de chute est donc estimé entre 14 306 et 21 270 dollars. Et comme les chutes entraînent une perte d’autonomie parfois importante, plusieurs seniors se voient contraints d’intégrer des Ehpad où le coût d’une chambre est compris entre 6000 et 7000 dollars par mois.

Et les dépenses engendrées par les chutes peuvent croître très rapidement. Les boomers américains vivent de plus en plus longtemps et, d’ici 2030 le pays devrait compter environ 72,1 millions de seniors contre 55 millions aujourd’hui.

Prévenir les chutes pour réduire les dépenses

Face au nombre croissant de chutes et aux dépenses engendrées, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux et les assureurs privés cherchent des moyens de réduire le nombre de chutes pour assurer le maintien à domicile, et en bonne santé, des seniors.

Le gouvernement fédéral américain a mis en place l’an dernier, un plan national de prévention des chutes, dans le cadre de ce plan, 5 millions de dollars ont été alloués à la création d’un Centre National de Ressources et de Prévention des Chutes (National Falls Prevention Resource Center).

Cet été, le ministère de la Santé et des Services sociaux a examiné un programme de prévention des chutes qui s’appuie sur l’intervention d’infirmier(e)s aux domiciles des Américains âgés afin de les sensibiliser à la question des chutes et de leur dispenser des conseils simples afin de les éviter. Des recommandations personnalisées leurs sont également adressées en fonction de leur situation (maladies chroniques, interactions de certains médicaments etc.). Ces recommandations sont aussi envoyées aux médecins traitants.

En Juin, le ministère a annoncé que ce programme de prévention, appelé LIFT Wellness, a permis de réduire les taux de chute des participants de 11 % en un an par rapport à un groupe témoin. En outre, les frais remboursés par les assurances ont été réduits d’un tiers sur trois ans.

Mais ces résultats et les économies réalisées pourraient ne pas suffire à convaincre le gouvernement fédéral ou les compagnies d’assurance privées à financer la mise en place de ce programme à travers le pays.

De nombreux autres programmes de prévention des chutes sont testés de manière locale. Le U.S. Centers for Medicare et le Medicaid Services Innovation Center ont subventionné un projet coûteux pour promouvoir le bien vieillir intitulé « The Capable project ».

Ce projet permet d’aménager les domiciles des seniors ayant des revenus modestes (à hauteur de 1200 dollars par foyer) et d’augmenter leur autonomie. Des infirmier(e)s les aident à mettre en place un programme personnalisé et des objectifs à atteindre (faire des exercices adaptés, adopter une meilleure nutrition…)


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut