Étude de la DREES : 9,3 millions de proches-aidants apportent une aide régulière à un proche

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AIDANTS & AIDE AUX AIDANTS

Partager cet article

La DREES (Direction de la Recherche des Études de l’Évaluation et des Statistiques) a publié une nouvelle étude portant sur les proches-aidants majeurs et mineurs. Grâce au dispositif des enquêtes Autonomie, la DREES détaille les catégories d’aides apportées et dresse le profil des aidants familiaux.

DREES (Direction de la Recherche des Études de l'Évaluation et des Statistiques) logo

Le dispositif Autonomie 2021-2025 sur le handicap et la perte d’autonomie a permis la réalisation d’une première enquête sur la vie quotidienne et la santé. Cette enquête concerne les proches-aidants, ils sont 334 000 à y avoir répondu. L’étude de la DREES montre des disparités géographiques, ainsi que des différences selon l’âge et le genre.

En 2021, 9,3 millions de personnes déclarent aider un proche régulièrement

8,8 millions d’aidants adultes et 0,5 millions de mineurs ayant au minimum 5 ans aident leurs proches régulièrement, soit un adulte sur six et un mineur sur vingt. Ces proches-aidants ont, pour la plupart, entre 55 et 64 ans. Les aides apportées touchent à la vie quotidienne (5,7 millions de personnes), au soutien moral (6,4 millions d’aidants) ou bien au soutien financier (1,3 millions d’adultes).

Les aidants sont des aidantes : les femmes en tête de liste

Ce fait est connu, les proches-aidants sont dans une grande majorité des femmes chez les adultes. Mais c’est aussi le cas chez les mineurs, où les filles sont légèrement surreprésentées. Tous les âges sont concernés par cette hausse féminine à l’exception des 75 ans où, à l’inverse, les femmes sont sous-représentées. Cependant, l’aide financière des proches aidants est souvent reflétée par les hommes.

DREES 
aidant
handicap

Les proches-aidants en moins bonne santé que la population générale

La DRESS dans son étude confirme également un fait relativement connu dans le secteur de l’aidance : la détérioration de la santé des proches-aidants. En effet, ils sont nombreux à ne pas utiliser le terme « très bon » en parlant de leur santé. Le mot « bonne santé » ou « assez bonne santé » ressort plus régulièrement. À cause de la charge mentale et physique que peuvent supporter les aidants, un impact plus ou moins important sur leur santé est souvent constaté. Phénomène d’ailleurs très connu avec le syndrome d’épuisement connu chez les aidants. Dans de très nombreux cas, il a été constaté que certains d’entre eux mouraient avant la personne aidée !

L’aide dans la vie quotidienne par le proche-aidant augmente dans les DROM, les Hauts-de-France et la Corse

C’est en Martinique (avec 15,1% d’aidants) où les proches-aidants sont majoritaires. Vient ensuite la Guadeloupe (12,5%), La Réunion (11,5%), à Mayotte (10,4%), en Guyane (10,3%), dans les Hauts-de-France (10,2%) et en Corse (9,6%). À savoir, ces régions sont celles où la part de personnes âgées se déclarent fortement limitées.

DREES 
aidant
handicap

Télécharger l’étude complète de la DRESS : 9,3 millions de personnes déclarent apporter une aide régulière à un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie en 2021


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut