Interview de la psychologue Martha de Sant’Anna sur son logiciel de stimulation cognitive

Carthagea

filiere silver economie international festival 2024
Solutions pour bien vieillir
Partager cet article

La stimulation cognitive a une place majeure dans le traitement des déficiences cognitives. Elle est aujourd’hui réalisée dans les hôpitaux et en accueil de jour, il est important d’en permettre un accès plus large. C’est dans cette optique que des stratégies sont développées afin que ces outils soient disponibles à domicile par le biais de l’informatique.

Gérontechnologie.net : Martha de Sant’Anna, vous êtes psychologue à l’hôpital Broca, vous êtes membre du groupe de recherche sur les gérontechnologies du service gériatrie et avez mis au point avec l’aide d’une petite équipe de psychologues un logiciel de stimulation cognitive. Pouvez-vous nous présenter ce logiciel?

Martha De Sant’Anna : Avant de vous présenter le logiciel lui même, je souhaite évoquer le principe de la prise en charge par la stimulation cognitive. Plusieurs travaux de recherche (Cognitive plasticity in healthy, Mild Cognitive Impairment subjects and Alzheimer’s disease patients : A research project in Spain ; Fernandez-Balesteros, Zamarron et Tarraga ; European psychologist 2003 et Cognitive and neural plasticity in aging : général and task-specific limitations ; methodological and conceptual advances in the study of brain behavior dynamics : a multivariate lifespan perspective ; Jones, Nyberg, Sandblom, Neely, Ingvar, Petersson ; Neuroscience and biobehavioral reviews 2006) ont mis en évidence que les sujets âgés, même atteints de troubles cognitifs, tels que la maladie d’Alzheimer, seraient capables d’améliorer leurs performances, après entrainement de leurs ressources cognitives résiduelles.
C’est à partir de ces connaissances que la stimulation cognitive a été crée. Il s’agit d’une intervention non médicamenteuse qui comprend un ensemble de méthodes psycho pédagogiques destinées à solliciter les fonctions cognitives et psycho-sociales de la population visée.
Ces interventions peuvent être menées en groupe ou de manière individuelle et sont conçues différemment et de façon très précise, selon le déficit cognitif de la population à laquelle elles s’adressent. Depuis le début de mon activité à l’Hôpital Broca, cela fait douze ans, j’ai eu l’occasion d’animer différents groupes de stimulation cognitive, soit :

  • ceux destinés de façon préventive à des personnes âgées en bonne santé ayant une plainte mnésique,
  • ceux destinés aux patients appelés « MCI » (mild cognitive impairment). Ces patients présentent un déclin cognitif que nous mesurons au moyen de tests neuropsychologiques et présentent un risque de développer une démence,
  • ceux atteint d’une Maladie d’Alzheimer et bénéficiant d’un traitement anticholinestérasique.

Gérontechnologie.net : Comment l’idée vous est-elle venue d’utiliser un support informatique dans le cadre de la stimulation cognitive ?

Martha De Sant’Anna : Les patients atteints de démence ainsi que leurs aidants, sont très demandeurs d’une intervention cognitive en complément du traitement par anticholinestérasique. Néanmoins, les premiers ont souvent des problèmes (inhérents à leur maladie) pour se déplacer seuls (troubles de l’orientation, de la planification, etc.) et les deuxièmes, n’ont pas toujours une disponibilité de temps et de santé, afin de les accompagner.

Gérontechnologie.net : Quels sont les avantages qu’apporte cet outil par rapport aux stimulations cognitives non-informatique?

Martha De Sant’Anna : L’informatisation constitue une alternative intéressante car cela permet à la population visée de bénéficier de la prise en charge sans avoir à se déplacer. De plus, cela permet une vraie flexibilité en termes de lieu, d’horaires et d’accessibilité aux programmes.
Le fait de proposer un logiciel est une alternative intéressante pour ceux qui ne peuvent pas intégrer les groupes à l’hôpital, c’est aussi un bon outil pour ceux qui ont déjà participé à des ateliers et qui souhaitent donner une continuité à ce travail.

Gerontechnologie.net : Qui sont les bénéficiaires, quel est le public visé?

Martha De Sant’Anna : En ce qui concerne ce premier logiciel, le public visé est le patient atteint de maladie d’Alzheimer débutante et modérée. Les exercices ont été conçus de façon à entrainer leurs ressources cognitives résiduelles afin de permettre le renforcement des automatismes et le ralentissement du désapprentissage.

Gérontechnologie.net : Comment fonctionne t-il?

Martha De Sant’Anna : Le programme propose une série très variée de séances qui durent entre vingt et quarante minutes, selon le rythme de l’utilisateur. Ils y accèdent par un mot de passe.
Le patient atteint de maladie d’Alzheimer n’est pas toujours à même d’avoir l’initiative de la connexion. C’est pourquoi, l’aidant doit être à ses côtés au démarrage.
A chaque connexion, le patient se voit proposé une séance différente composée de tâches qui abordent des thèmes variés. Ces thèmes portent sur la vie quotidienne (alimentation, hygiène, déplacements, fêtes, saisons, etc), sur le contexte actuel (politique, etc), mais aussi sur des intérêts divers comme les arts, la musique, le sport, l’écologie, la botanique, etc.
Les tâches stimulent plusieurs fonctions cognitives touchées par la maladie, telles que l’attention/concentration, la mémoire épisodique, la mémoire sémantique, la logique, l’abstraction, la mémoire de travail, le langage, les fonctions exécutives, etc.
Le logiciel comporte trois niveaux de difficulté qui évoluent en fonction du travail du patient. Ainsi, le niveau monte ou descend, selon la quantité d’erreurs et d’assertassions et selon le temps requis par le patient pour finir chaque tâche. Cela permet de moduler et de personnaliser le travail selon le profil du patient.

Gérontechnologie.net : Quelles difficultés se sont posées pour mener à bien ce projet? Combien de temps vous a-t-il fallu pour mettre au point ce logiciel?

Martha De Sant’Anna : Il a fallu trois ans pour le mettre au point et quatre étapes :

  • a) Concevoir des exercices qui visent à solliciter de façon adaptée les fonctions cognitives épargnées. Il a également fallu concevoir un cahier de charges qui tenait compte des contraintes que l’informatique imposait et concevoir des exercices en adéquation.
  • b) Afin de concevoir un produit « utilisable » par la population ciblée, les patients ont été mis à contribution. En effet, la deuxième étape a été de tester trois groupes totalisant 25 individus volontaires (n’ayant pas de troubles cognitifs/MCI /déments) afin d’observer leurs difficultés à manier un ordinateur standard (clavier/écran/souris).
    Nous avons ainsi fait un recueil qui a servi à déterminer le design du programme, en termes de couleurs d’écrans, de choix et taille des polices de caractères, de vitesse de présentation des écrans, de la taille des cibles, etc.
  • c) La troisième étape a été de trouver une entreprise d’ingénierie informatique qui s’occupe de la conception pratique du logiciel et que nous avons pu payer grâce au financement de la Fondation Méderic Alzheimer et de OSEO-ANVAR-RNTS.
  • d) Une fois finie la première conception du programme, j’ai encore mis les patients à contribution : cette fois-ci, 17 individus atteints de maladie d’Alzheimer et 9 aidants familiaux sont venus se familiariser avec l’outil pendant 4 séances d’une heure.

Nous avons pu confirmer lors de ce travail, que l’outil était facile à manier et qu’il répondait à une demande bien exprimée. L’outil a également augmenté le « sentiment de compétence » des patients qui ont exprimé une grande joie du fait d’être capables de travailler sur ordinateur.
En effet, tous les participants ont confirmé leur souhait de bénéficier de ce programme de stimulation cognitive à leurs domiciles.

Gérontechnologie.net : Maintenant que ce projet est réalisé, que pensez-vous de cet outil? y a-t-il des défauts?

Martha De Sant’Anna : Il est vrai que nous n’avons pas encore testé l’outil à distance, c’est à dire, à domicile.
Cette prochaine étape sera de grande importance car elle nous renseignera sur la fréquence d’utilisation du logiciel, les difficultés rencontrées sur le terrain et les bénéfices à long terme.

Géronechnologie.net : Quel avenir pour cet outil, est ce l’annonce d’une plus grande place que l’informatique aurait à jouer dans la stimulation cognitive?

Martha De Sant’Anna : Plusieurs questions peuvent être soulevées car l’accès aux TIC reste encore limité dans cette population actuellement. En effet, en 2004 les études montraient que les seul 9% des ménages de 70 ans et plus disposent d’un ordinateur à domicile et seul 5% d’entre eux ont accès à internet. Cela cantonnerait les usagers potentiels à une minorité. Malgré ce constat, nous savons que la diffusion, l’usage et l’acceptabilité des outils technologiques ont progressé ces dernières années en France y compris dans cette population.
Je suis persuadée que la conception de ce logiciel adapté aux patients atteints d’une maladie d’Alzheimer légère et modérée est un premier pas vers une prise en charge soutenue et quotidienne des ces patients. En vue de la place que les technologies prendront dans un futur très proche, ce type de prise en charge sera à la portée de tous et donc plus répandu.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le

3 réflexions sur “Interview de la psychologue Martha de Sant’Anna sur son logiciel de stimulation cognitive”

  1. Bonjour,
    Je suis étudiante en Ecole de commerce et nous travaillons actuellement sur le marché des séniors, plus particulièrement, leur besoins en stimulation cognitive.
    Je souhaitais savoir comment ce logiciel serait mis à la disposition des utilisateurs finaux (à savoir les personnes âgées) :
    – des licences seront « vendues » via l’Hopital ?
    – le prix de la solution sera-t-il pris en charge par la sécurité sociale?
    – des aides spéciales de l’Etat subventionneront elle l’offre au public ?
    – un autre acteur privé rentrera-t-il dans la chaîne de distribution de la solution cognitive ?

    Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

  2. de Sant'Anna Martha

    Réponse aux questions:
    Bonjour et désolée de mon retard pour vous répondre. En effet, ce logiciel ne sera pas commercialisé. C’est un outil qui sera utilisé à l’aphp, pour les patients de l’aphp. Nous sommes encore dans nos réflexions sur le type de financement le plus adapté.
    Martha de Sant’Anna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *