« La perte d’autonomie : sensibiliser, accompagner, innover » le livre blanc de la Mutuelle Intégrance

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AUTONOMIE & DEPENDANCE

Partager cet article

En raison du vieillissement croissant de la population, les enjeux de fragilité et de dépendance deviennent de véritables défis pour la société. Forte de ce constat et appuyée d’une étude de l’Institut IPSOS, la Mutulle Intégrance, experte des questions liées au handicap et à la perte d’autonomie a publié en juin dernier son livre blanc « La perte d’autonomie : sensibiliser, accompagner, innover » dans lequel elle formule 15 propositions afin d’agir pour le bien-vieillir.

Il est grand temps de prendre conscience de la nécessité à mobiliser l’ensemble des parties prenantes afin d’apporter des réponses concrètes et pérennes pour améliorer le quotidien des publics vulnérables et celui de leurs proches. explique Émeric Guillermou, président de la Mutuelle Intégrance.

Sommaire

  • Vieillissement et autonomie : mieux comprendre pour mieux agir
  • Les défis liés à la révolution de l’âge
  • Vieillissement et pacte social : un lien rompu ?
  • Gouvernance de la politique de l’autonomie : une nouvelle ambition sociétale ?
  • Vieillissement et cadre de vie : changer le modèle d’accompagnement ?
  • Les proches aidants : vers la reconnaissance de leurs droits ?
  • Inclusion des personnes âgées : un engagement à portée de main ?
  • Agir pour bien vieillir : Propositions

Contributeurs

Romain Gizolme, AD-PA. Pour son directeur, l’Association des directeurs au service des personnes âgées a le rôle de regrouper les professionnels du secteur, les représenter et soutenir leurs actions. Avec sa démarche Citoyennage, l’AD-PA participe à créer les conditions de la pleine participation des personnes âgées à la société.

Patrick Gohet, Adjoint du Défenseur des Droits. Professionnel du secteur du handicap et très investi dans la vie associative, il a travaillé à la négociation et à la mise en œuvre de la Convention internationale sur les droits des personnes handicapées. Inspecteur général des Affaires sociales depuis 2009, il a été directeur général de l’Unapei de 1987 à 2002. Depuis 2014, il occupe la fonction d’adjoint du Défenseur des Droits en charge de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité.

Marie-Anne Montchamp, CNSA. Ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé et de la Protection sociale, chargée des Personnes handicapées, elle est présidente de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie depuis 2017. La Caisse contribue au financement de l’aide à l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées en lien avec les conseils départementaux.

Julien Paynot, Handéo. Il rejoint en 2011 Handéo, la référence des services de qualité pour les personnes en situation de handicap dans l’Hexagone, et y occupe le poste de directeur général depuis 2015. Engagé depuis quinze ans dans l’économie sociale et solidaire, il dit « croire profondément en l’humanité et à une société solidaire ».

Jean-François Serres, Monalisa. Après un passage à Emmaüs Habitat et aux Petits frères des pauvres, il crée en 2014 Monalisa, l’association de mobilisation contre l’isolement social des personnes âgées, dont il est aujourd’hui le référent national. Pour lui, « la solitude est un problème politique », sujet qu’il aborde notamment dans son ouvrage Vaincre l’isolement, un engagement à portée de main (éditions de l’Atelier, 2019).

Les 15 propositions pour agir pour le bien-vieillir réparties selon 4 thèmes

Protéger

  • Créer un « 5ème risque dépendance »
  • Contrôler le reste à charge en établissement
  • Revaloriser le tarif soin des établissements
  • Soutenir financièrement les aidants
  • Optimiser la gestion de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Assister

  • Transformer les MDPH en Maisons de l’autonomie (MDA)
  • Confier à la CNSA le référentiel national des aides techniques
  • Réformer la tarification du secteur des aides à la personne
  • Créer des lieux de vie alternatifs
  • Intégrer une dimension « gérontologie » au sein des réseaux de soins
  • Développer l’accessibilité
  • Labelliser les services et dispositifs d’aide à destination des publics vulnérables

Sensibiliser

  • Développer une culture préventive du vieillissement
  • Créer une nouvelle fonction de préventeur

Innover

  • Développer l’innovation au service des publics vulnérables

Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut