#OldLivesMatter – Journée Internationale de lutte contre l’âgisme et entretien avec Audrey Dufeu Schubert

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : INTERGENERATIONNEL

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Notre société est ponctuée de nombreux problèmes intergénérationnels. Les politiques sont peu adaptées pour accompagner la transition vers une espérance de vie de plus en plus longue. En effet, un réel mal-être gangrène ces questions essentielles : il s’agit de l’âgisme. Afin de lutter contre cette forme de discrimination par l’âge une Journée Internationale de lutte contre l’âgisme a été mise en place. La députée Audrey Dufeu Schubert en a fait son cheval de bataille.

Pour cerner correctement le problème de l’âgisme il est important de bien comprendre le terme en lui-même. L’âgisme désigne toutes formes de discrimination liées à l’âge. Ce terme est créé en 1969 par le gérontologue américain Robert Butler. L’âgisme est présent dans tous les secteurs et au quotidien. Par exemple, les stéréotypes sur les seniors les qualifiant de « gâteux » ou la négation de leur besoin d’intimité en sont l’illustration. Comme tous problèmes sociaux, il peut être résumé selon un processus récurrent : une différenciation par l’âge, la réduction de l’individu, l’uniformisation dans une masse collective et enfin la stigmatisation.

#OldLivesMatter 14 septembre : La Journée Internationale de lutte contre l’âgisme, un événement pour éveiller les consciences

Afin d’attirer l’attention sur ce fléau, la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) a fédéré la création, pour la première année, de la Journée Internationale de lutte contre l’âgisme. En tout, 42 organisations de 29 pays ont rejoint le mouvement et lancent le slogan #OldLivesMatter. C’est l’occasion de faire un gros plan sur la lutte contre le racisme anti-âge et un moyen efficace de sensibiliser l’opinion public sur le respect des aînés. Une campagne publicitaire qui comprend différents spots vidéos ainsi que des contenus adaptés pour les réseaux sociaux est dévoilée. L’objectif de cette journée est de proposer une approche différente sur les seniors avec une meilleure conscience du vieillissement.

La lutte contre l’âgisme : la priorité de la députée Audrey Dufeu Schubert

Audrey Dufeu Schubert

En décembre dernier, Audrey Dufeu Schubert présentait son rapport avec de nombreuses mesures qui visent à stopper l’âgisme. Jérôme PIGNIEZ, Président de SilverEco.fr s’est entretenu avec la députée à l’occasion de cette première journée internationale de lutte contre l’âgisme.

Si l’on devait résumer l’âgisme en une phrase :

L’âgisme est très simplement une discrimination liée à l’âge, certes envers le grand âge, mais il pourrait aussi plus globalement s’appliquer pour les jeunes générations qui peuvent également être discriminées, par exemple à l’embauche.

Silver-citoyenneté : Vieillir est une chance

Les grands principes exprimés dans mon rapport sont d’adopter une démarche où le vieillissement est perçu comme une réelle chance. La France est en pleine transition démographique, il faut en faire une priorité au même titre que la transition environnementale ou la transition numérique. C’est le juste équilibre de ces trois transitions qui fera que l’on aura une vision prospective et visionnaire de la longévité dans notre pays.

Transition environnementale, transition démographique : De l’éco-citoyenneté à la silver-citoyenneté

Il est clair que les risques écologiques sont devenus une priorité, mais il ne s’agit pas d’en extraire la logique humaine.

Ce que je reprocherais à Greta Thunberg c’est qu’elle parle beaucoup de la planète mais finalement très peu des Hommes qui la peuplent et je crois que pour avancer sur ces deux champs, il faut traiter les deux. Il faut prendre conscience qu’il est nécessaire d’accompagner la planète et en prendre soin mais cela ne saurait être positif pour tout le monde si cela se faisait au détriment des Hommes qui la peuplent. Nous avons une société qui vieillit et une planète qui va mal, il faut prendre les 2 enjeux à bras le corps sans donner de priorité à l’un ou l’autre.

Le politique a peur du vieillissement

Il est primordial d’accompagner le vieillissement d’une manière positive et transversale dans les politiques publiques. En ce sens la lutte contre l’âgisme apparaît comme l’un des fondamentaux, faute de quoi le déni lié au vieillissement et le déni indirectement lié à la mort existeront toujours dans nos politiques publiques avec comme conséquence une mise à distance des enjeux liés au vieillissement. Parce que cela fait peur et notamment peur aux hommes et femmes politiques. C’est d’ailleurs pour cela que celles et ceux qui s’occupent de ces thématiques sont souvent d’anciens soignants ou issus du monde de la santé, ce qui leur confère moins de distanciation avec la vieillesse.

Je regrette qu’il n’y ait pas de lobby des personnes âgées et des ainés, ils et elles ne sont pas représentés, pas organisés, les seuls lobby qu’il y ait sont ceux des professionnels de santé. Par conséquent, on a une approche du vieillissement qui est principalement sanitaire et pas assez citoyenne. Bravo au passage à l’initiative de Serge GUERIN avec les Etat Généraux de la Seniorisation.

L’enjeu c’est de prioriser la longévité dans nos politiques publiques, on a beaucoup avancé du fait, malheureusement, de la prise de conscience liée à la crise COVID. J’espère que les deux futures lois grand âge qui sont en étude sauront répondre à cet enjeu.

« On a toujours moins peur de ce qu’on connait »

On a toujours moins peur de ce qu’on connait, aussi l’âgisme s’exprimera d’autant plus si l’on côtoie peu de personnes âgées, si on les mets à l’écart, invisibles. L’erreur à ne surtout pas commettre dans la loi grand âge c’est de se concentrer uniquement sur un parcours de soin basé sur l’EHPAD.

En effet, 95% des personnes âgées sont encore à domicile. C’est pourquoi la base de réflexion devrait s’orienter sur l’approche domiciliaire afin d’éviter l’isolement et pas uniquement sur les EHPAD puisque la plupart des gens ne veulent pas aller en institution.

Dans les prochaines semaines, la député restera donc « vigilante face aux futures annonces ». Elle précise qu’elle sera notamment « très attentive » au rapport Vachey qui doit être, selon elle, « vraiment axé sur le domicile ».

RDV à Cannes pour parler âgisme et représentation des seniors dans la société ?

La thématique de l’âgisme sera à nouveau traitée à l’occasion du Festival SilverEco / SilverNight en décembre 2020.

Je trouve ce RDV toujours très sympathique, précise Audrey Dufeu Schubert, c’est toujours dynamique, il n’y a pas de misérabilisme dans vos événements et cela donne une image positive de ce que peut être le vieillissement et la longévité, et on a besoin justement d’optimisme pour traiter cette thématique !

RDV est donc pris au Palais des Festival de Cannes en décembre prochain.

Les autres vidéo de #OldLivesMatter

Ces vidéos disponibles en français, anglais, espagnol, italien, portugais, russe et allemand « #OldLivesMatter » représentent 3 cas de racisme ordinaire et universel envers les âgés.

Nous avons souhaité montrer à quel point l’âgisme est une discrimination si courante qu’on ne la voit plus, explique le Pr Olivier Guérin, Président de la SFGG.

En 2050, les 60 ans et + seront 2 milliards dans le monde :

La société pourra retirer un avantage de cette population vieillissante si nous vieillissons tous en meilleure santé. Mais pour cela, nous devons éliminer les préjugés âgistes.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page